L’exemple de ce qu’est un bon maire….

Pour donner suite à mon billet précédent dans lequel je lançais un appel aux philosophes du libre, un exemple de l’importance du libre pour certains.

Cherchant toujours des tuyaux sur le libre , j’ai eu l’idée de me rendre à l’espace multimédia de ma ville comme il y en a dans beaucoup de villes en France. Je ne m’attendais pas à des miracles mais je me disais que c’était probablement le meilleur endroit pour trouver des infos sur le sujet. Peine perdue !

Outre le fait que l’espace multimédia et tous leurs postes tournent complètement sous Windows , j’ai au moins réussi à avoir une longue conversation avec le responsable de cet endroit et j’y ai mis du coeur Clignement d'œil  puisque cela s’est montré parfois énergique.

Au final , je suis ressortie déçue , très déçue en m’apercevant que le libre n’aura jamais droit de cité dans ma ville. Triste

J’ai demandé si il y avait un endroit, une association, des ateliers,un stand à la foire etc.… où il était question du libre. La seule réponse que j’ai obtenu c’est qu’en cas de soirée à thème genre internet , ce pourra être un sujet abordé mais que sinon au niveau de la ville,du milieu associatif il ne fallait rien espérer pour les années à venir sauf si des militants du libre genre associations venaient de l’extérieur. J’ai répliqué que c’était une honte et que l’idée mériterait vraiment de remonter à la mairie.Mais au cas où, ce sera une voie sans issue car le fin du fin, c’est que notre maire a refusé de signer le pacte du logiciel libre de l’April publié sur candidats.fr.

J’habite une ville d’à peu près 50000 habitants et c’est attristant qu’il n’y ai rien ni personne qui œuvre pour le libre ici.

Ne pourrait-on pas lancer un appel à une délégation régional associative pour venir pour des démos, de la promo , informer le public sur le sujet ?

Bref , il reste beaucoup à faire ici , tout est à bâtir et ça en est qu’au début.

Publicités

2 commentaires sur « L’exemple de ce qu’est un bon maire…. »

  1. Que le maire refuse de signer le pacte du logiciel libre, soit, mais la plus grande pénétration du logiciel libre sont réalisées via des initiatives personnelles.
    L’initiative la plus courante était l’organisation d’install partys dans la commune mais maintenant ce sont plutôt les ateliers qui prennent de l’envergure.
    Et cela se passe où ? Eh bien cela dépend des personnes portant le projet. Cela peut être dans les locaux d’une association (http://aful.org/gul/), d’une maison pour tous ou d’un espace public numérique ( EPN – normalement toute commune devrait en avoir un).
    Il n’y a pas besoin d’être un expert dans l’utilisation de Gimp ou de Firefox pour organiser un atelier car c’est avant tout un lieu de partage d’expérience.
    Donc il ne vous reste plus qu’à trouver une salle pour démarrer un premier atelier 😉

  2. On est d’accord pour le Maire , ce n’est pas le plus important même si ça peut à un moment ou à un autre devenir un obstacle pour le déploiement des initiatives. Des contacts divers sont en attente de réponse. Si arriver à faire prendre conscience aux gens d’ici que le délaissement et l’indifférence du libre en local est une chose révoltante,peut-être aurons-nous la chance de pouvoir construire le noyau d’une petite structure. Reste encore à fouiller du côté de la banlieue de la ville, peut-être ont-ils des trucs.

Les commentaires sont fermés.