Petit retour sur le passé…..

Aujourd’hui c’est séance cinéma pour la première fois sur le blog. Naissance donc de la nouvelle rubrique correspondant.

Après certaines de mes lectures qui m’ont poussé à fouiller dans mes bons souvenirs de films, j’ai fait quelques acquisitions DVD sympathiques. Et pourquoi pas à mettre parmi vos propres souvenirs cinématographiques ?

Tom Joad rentre à la ferme familiale après avoir purgé une peine de 4 ans de prison pour homicide involontaire. La Grande Dépression sévit alors et comme beaucoup d’autres fermiers, sa famille est chassée de son exploitation. Ensemble, ils partent pour un périple éprouvant à travers le pays dans l’espoir de trouver, un jour, du travail en Californie. Ils survivent de camps de réfugiés en bidonvilles de fortune. La résistance à l’oppression commence, Tom devient rapidement un véritable chef de file… Expropriée de ses terres, une famille de fermiers traverse les Etats-Unis à la recherche d’un emploi. Mais dans ces années de crise, ils ne rencontrent que spoliation et injustice.

Un véritable régal du roman de John Steinbeck

 

 

Romuald est le jeune PDG d’une importante entreprise, Blanlait. Mari et père heureux, il impose Paulin comme directeur des usines de Lyon, avec la mission d’augmenter la production de yaourts… Juliette, elle, fait le ménage de Blanlait, pendant la nuit. Antillaise, mère de cinq enfants, attachée au célibat, elle vit en banlieue et s’occupe de sa famille, sans oublier d’ouvrir les yeux et les oreilles. C’est ainsi qu’elle découvre la liaison de Paulin et Françoise, la femme de Romuald, ainsi que les agissements de Blache qui, anticipant sur l’OPA prévue sur l’entreprise rivale, fait acheter en sous-main des actions par Nicole, la secrétaire de Romuald

Comme quoi rien n’est impossible….

Un joli succès de Coline Serreau

 

Film culte pour bon nombre d’adolescents à la fin des années quatre-vingt, Le Cercle des poètes disparus invite – parfois naïvement – le spectateur à penser par lui-même et à profiter de chaque instant qui passe (vous savez, carpe diem). C’est en tout cas le message qu’essaie de transmettre à ses élèves Robin Williams, professeur de lettres pas vraiment à sa place dans une école privée pour garçons de la bonne société. Peter Weir (The Truman Show) parvient à créer des scènes très émouvantes, notamment celles qui traitent des conflits entre adolescents et adultes. Le moment où un père soumet son fils – interprété par Robert Sean Leonard – à une pression terrible pour qu’il renonce à sa passion du théâtre, ou encore la scène finale – le fameux « Ô capitaine, mon capitaine » –, tirent aisément des larmes au spectateur. Entouré d’excellents jeunes comédiens (au premier rang desquels Leonard et Ethan Hawke), Robin Williams apporte tout son charisme à son personnage tout en restant d’une relative sobriété. Par ailleurs, le moindre des mérites du Cercle des poètes disparus n’est en tout cas pas d’avoir fait (re)découvrir Walt Whitman et Henry David Thoreau. –Tom Keogh

Les littéraires se régaleront….un film qui révéla toute la puissance de Robin Williams

Et vous, quels sont vos souvenirs de cinéma ?

Bonne séance !

Advertisements

5 commentaires sur « Petit retour sur le passé….. »

  1. J’ai vu ces trois films et je n’ai lu que les raisins de la colère.
    Pour ce qui est de mes souvenirs, « Créances de sang » de Michael Connelly, adapté au cinéma par le grand Clint Eastwood m’a beaucoup marqué.

    1. J’avais lu les raisins de la colère lors de mon adolescence et à la relecture il y a quelques semaines, le livre m’a retourné devant sa valeur littéraire. Quand au cercle des poètes disparus, le film reste mémorable devant la bonne « morale » de cet enseignant riche de valeurs.
      Perso , je n’ai pas vu Créances de Sang mais lu le livre quand même étant une accro de Michael Connelly comme de Sire Cédric, Harlan Coben…..
      Dans l’ensemble, trois films bien différents mais qui se rejoignent d’une certaine manière de par les valeurs qu’ils véhiculent.

  2. J’en ai vu deux sur trois : « Romuald et Juliette » et « Le Cercle des poetes disparus ». Le second a marqué mon adolescence.

    Quant à « Romuald et Juliette » derrière l’histoire d’amour un peu romancé, c’est un très bon film.

    Sinon, un souvenir que j’ai, c’est celui d’avoir vu « Harvey Milk » avec Sean Penn. Un biopic de qualité, loin de l’excrémentiel Jobs.

    1. Il est vrai que le message transmis par le cercle des poètes disparus était fort ce qui a marqué beaucoup de monde, ça faisait un bout de temps que je projetais de me l’offrir.Tout comme j’ai adoré Romuald et Juliette qui en dehors du côté histoire d’amour prône le respect à plus petit que soi.
      Je ne connais pas Harvey Milk, je tacherai de regarder ça de plus près…….le nez contre l’écran 😀

  3. Bonjour !
    Je n’ai vu que le Cercle des Poètes disparus, un très bon film effectivement, j’avais beaucoup aimé. Quant aux deux autres, cela donne envie de les regarder ! Personnellement, j’ai été très marquée par deux films : « Sense and Sensibility » tiré d’un roman de Jane Austen, et « Meet Jo Black ». Tous deux dont résolument dans l’émotion (petite larme garantie), avec des jeux d’acteur exceptionnels… Je vous les conseille 🙂

Les commentaires sont fermés.