Une toile sur la toile

Je n’avais rien posté depuis un certain temps par manque d’inspiration, me revoilà donc à vous parler d’un grand succès passé du cinéma américain, histoire de nous rajeunir Rire, un film qui d’ailleurs fait parti de notre jeunesse.

61E55tKS9NL._SL1024_

A Tulsa, petite ville d’Oklahoma, Ponyboy, et Sodapop vivent sans parents, sous la responsabilité de leur grand frère Darrel. Leur maison est délabrée et sert de refuge à leur bande des Greasers, c’est-à-dire des délinquants des bas-quartiers. Vêtus de vestes de cuirs et de jeans, ils attaquent les Socs, ou les fils à papa au col de chemise toujours propre. Un soir, Ponyboy et Johnny, un copain de la bande, rentrent plus tard : ils ont rencontré et sympathisé avec Cherry, la petite amie du chef des Socs. Ce dernier, mécontent, a voulu se venger et Johnny, en voulant sauver Ponyboy, a poignardé un Socs. Les ennuis sérieux commencent…

Trailer du film The Outsiders

Un grand succès du cinéma américain sorti en 1983. C’était l’époque de tous ces films sur la jeunesse mais il faut dire que là, Coppola avait mis le paquet.

Non seulement ce dernier nous permettait de découvrir de nombreuses stars US en devenir mais avec un scénario poignant et profond, cela a suffi pour faire un impact sur le public partout sur la planète.On a tous été ados et on accrochait tous.

Un film qui est et restera une référence dans le genre jeunesse.

Publicités

4 commentaires sur « Une toile sur la toile »

  1. J’ai vu ce film une bonne dizaine de fois. Ayant 4 frères, je n’y ai pas loupé, mais, au final, j’ai beaucoup apprécié. J’ai découvert certains de mes acteurs préférés comme Patrick Swayze, Rob Lowe et Matt Damon. Tom Cruise, je n’ai malheureusement jamais été fan.
    Merci pour ce bel article, Agnès. que de souvenirs !

    1. Ravie que ce film t’ai plu Christelle. J’y ai repensé récemment et comme je viens de m’offrir le dvd, j’ai jugé bon de l’évoquer car un très bon souvenir pour beaucoup de monde. Une belle réussite lorsque nous étions gamins 🙂

  2. « en voulant sauvant Ponyboy, à poignarder un Socs. » une petite coquille dans le texte.
    Il film que ma fille aimerait sans doute puisqu’elle était fan de Patrick Swaize.
    A pluche.

    1. Merci Anatolem d’avoir signalé cette mauvaise coquille, correction faite !
      Et pourquoi ne pas en profiter pour faire ce sympathique cadeau à ta fille ? Au moins, elle verrait ce qui nous accrochait nous la jeunesse précédente à la sienne.

Les commentaires sont fermés.