Le jeu des questions réponses, une occasion rêvée

Les blogs sont nombreux sur la blogosphère et dans de multiples domaines mais j’ai rarement vu sur l’un deux l’initiative que je vous propose aujourd’hui.

Quelles que soient les pages, les lecteurs peuvent y être tout aussi nombreux entre les fidèles, les réguliers et les occasionnels mais tous peuvent avoir besoin à un moment ou à un autre de savoir quelque chose sur le contenu du blog, le blog en lui-même ou le blogueur ou la bloggeuse afin de mieux connaitre l’endroit qu’il fréquente ou découvre.

L’occasion vous est donc donnée de me poser dans les commentaires toutes les questions que vous souhaitez à propos du blog, de son contenu, de mes méthodes de travail, de ma philosophie, mes lectures mais aussi des questions d’ordre personnel pour les lecteurs plus occasionnels afin de mieux me connaitre.

Je tâcherais d’y répondre honnêtement et sincèrement afin de vous apporter le plus de clairvoyance possible.

Le but de cette initiative est que vous ne restiez pas sans réponse à vos potentielles questions.

N’hésitez pas, je vous attend !

Advertisements

12 commentaires sur « Le jeu des questions réponses, une occasion rêvée »

    1. Je me rappelle avoir toujours eu plein de livres quand j’étais gosse, bibliothèque rose/verte , les Martine etc… J’adorais lire,m’évader,aller à la bibliothèque et j’ai tenté un bac littéraire, Je me souviens d’ailleurs que ma sœur ainée qui elle passait le même bac lorsque j’avais 11 ans avait des tas de livres pour suivre son programme scolaire et je lui piquais souvent pour les lire comme par exemple le Cid de Corneille ou du Molière et d’autres classiques. Je me régalais en cachette de ma frangine.
      Mais du fait des circonstances de la vie et de mes différentes orientations et évolutions et mon vécu d’ailleurs j’ai passé 20 ans sans littérature, sans lire un seul bouquin car je poursuivais ma carrière musicale. Et une étape de ma vie en 2011, en l’occurrence un déménagement m’ayant permis de revenir à un endroit que j’aimais et où je me sentais bien a été l’opportunité de replonger dans les livres et rattraper le temps perdu. Quel bonheur !. Une chose que j’ai également au fond de moi est que les livres enrichissent la culture et c’est aussi cela qui me motive.

      1. Je vois que nous avons eu des lectures communes, biblio verte, rose.. Et oui un garçon lisait de la biblio rose. Il faut dire que je prenais tout ce qui me passait sous la main. Je me souviens m’être régalé avec les malheurs de Sophie.

        1. Les malheurs de Sophie que je viens de relire pour retrouver le plaisir d’antan. J’ai d’ailleurs acquis récemment sur la liseuse l’intégrale de la comtesse de Ségur de chez Arvensa pour me permettre de replonger dans l’enfance.

  1. Tu aimes les livres, la lecture. Est-ce que ton blog est un moyen d’entretenir une autre passion : celle de l’écriture en général ?
    Si oui, l’outil « blog » te satisfait-il ?

    1. Non Frad, le blog n’est pas pour moi un moyen d’entretenir la passion de l’écriture car ça n’a jamais été en projet pour moi d’autant plus que je ne le pourrais pas pour des raisons de santé. Il y a suffisamment de livres véritablement passionnants doublement avec le numérique maintenant pour que je laisse ça à ceux qui s’épanouissent de cette manière. Néanmoins, j’aime soutenir les projets d’auteurs émergents en plus de mes propres lectures et donc le blog est un outil tout indiqué pour ces nombreuses choses.

    1. Je pense que ça aurait pu être possible si ma santé n’avait pas interféré sur un tel projet mais comme tu le sais, mon léger handicap neurologique suite à mon accident me gêne beaucoup pour m’exprimer et de ce fait, je ne pourrais pas l’envisager.

  2. Bonsoir. Aujourd’hui, le lecteur a davantage de choix d’auteurs, connus ou indépendants et il peut lire sur différents supports et non plus uniquement sur le sacro-saint livre papier. Quel regard portes-tu sur le bouleversement du monde de l’édition et du livre ? Penses-tu que les grandes maisons d’éditions vont devoir s’adapter ?

    1. Micka,pour répondre à ta question qui d’ailleurs touche à plusieurs thèmes dont certains assez sensibles, je dirais d’abord que l’arrivée du numérique a été une véritable révolution tant pour les lecteurs que dans le monde de l’édition et les éditeurs quels qu’ils soient, petits et grands se retrouvent dans l’obligation de s’adapter du fait du marché de la concurrence. Mais d’une autre façon, on constate au quotidien qu’à leur manière, ils freinent volontairement ce développement du numérique avec les DRM et là aussi, dans un avenir proche, ils se verront contraints de s’adapter car les verrous sauteront ou se verront modifiés afin d’appliquer au livre numérique la définition juridique qui est la sienne. Au passage, je ne félicite pas les grandes maisons qui ne respectent pas le droit du lecteur et pour lesquelles tout lecteur est un potentiel voleur, Bruxelles les feront plier. Un vieux dicton dit  » on récolte ce qu’on a semé ». A bon entendeur !
      Mais je dois malgré tout rajouter un point, c’est que le numérique ternit l’image du métier de l’édition car n’importe qui peut s’improviser éditeur.Le simple particulier peut se permettre de rééditer des livres du domaine public histoire de se faire quelques sous et de nombreuses sociétés sont arrivées sur ce marché et arrivent encore mais sans aucune assurance de pérennité ou trop faible dans leur business plan. Nous en avons vu de nombreuses déjà disparaitre ou traverser des périodes difficiles. Heureusement, certaines arrivent à sortir leur épingle du jeu.Quand aux particuliers qui rééditent des livres, rares sont ceux de qualité car insuffisamment corrigés et une mauvaise mise en page. Trop d' »éditeurs » dans le numérique n’est pas sain, il ne faut pas oublier que l’édition est un véritable métier , ne mélangeons pas les torchons et les serviettes !

  3. Une question d’ordre « quantitatif » : tu lis plus qu’avant avec les bouquins électroniques ou ta consommation livresque est constante ?

    1. Pour répondre à ta question Fred, depuis ma découverte du numérique, je lis beaucoup beaucoup plus qu’avant et je crois que c’est fréquent parmi ceux ayant découvert le numérique. Un livre aussitôt terminé, j’en enchaine un autre dans la même journée.En moyenne, je lis un voir deux livres dans la semaine mais tout dépend du genre et de l’épaisseur. J’aurais par exemple trois Harlan Coben à lire à la suite, sûr qu’ils ne feraient pas la semaine car c’est le genre qui défile très vite pour moi. Je me rappelle avoir lu son avant dernier en 2 jours. Mais comme tu le sais, si je me mets dans quelque chose qui vient titiller de trop près mes difficultés neurologiques, chose que j’évite d’ailleurs, en général je ne m’en sors pas et j’abandonne. Et pour finir, je crois que niveau quantitatif, je rattrape ces nombreuses années passées sans lecture.

Les commentaires sont fermés.