J’entends le bruit des ailes qui tombent de Gipsy Paladini

Résumé

« Al avait déjà pensé au mal, le pur et dur, celui qui ne connaît ni la souffrance, ni la morale, celui qui évolue dans un néant absolu sans passé, sans présent, sans futur. Il avait parlé à des tueurs dans les yeux desquels il n’avait rien lu. Le vide. Le noir. Un abîme. Pas même une branche pourrie à laquelle s’accrocher. On plongeait en chute libre dans leur rétine et on ne s’arrêtait jamais, parce que le mal n’a pas de fond. »

New York. 1969. Entre les bouleversements sociaux et politiques qui saignent les Etats-Unis en cette fin de décennie, des meurtres ne pèsent pas lourds dans une ville comme New York. Mais lorsque des enfants sont retrouvés chez eux assassinés dans des mises en scène macabres, la terreur s’installe. Al Seriani, un flic rongé par la culpabilité depuis la mort de son collègue, est mis sur l’affaire. Mais l’instabilité de son état émotionnel ne lui rend pas la tâche facile. Révolté par sa vie personnelle chaotique et l’indifférence des suspects, il tente tant bien que mal de contenir la boule vibrante de rage qui grossit en lui. L’enquête le mène sur les traces d’une vieille légende qui le poussera à fouiller dans le passé obscur de l’humanité, un passé semé de cadavres où il se trouvera confronté aux origines de la cruauté des hommes, mais également à ses propres origines, dévoilant l’abominable vérité sur sa naissance.

Mon avis.

La très sympathique auteur Gipsy Paladini arrive dans le milieu des grands auteurs de thrillers et ne fait pas de détail en mettant un bon coup de pied dans la fourmilière avec J’Entends Le Bruit des Ailes qui Tombent.

C’est l’histoire d’un flic Al Seriani dans le New-York des années 60 et auquel il est difficile de s’attacher de par ses méthodes et son mode de vie qui patine dans une enquête complexe et très noire.

L’auteur est très surprenante par la plume qu’elle nous offre avec cet ensemble rempli d’horreurs ce qui pourra avoir de quoi heurter les plus sensibles parmi les lecteurs mais à y regarder de plus près, la miss apparait culotée , vous allez comprendre.

Outre le fait que l’histoire soit passionnante et vous engloutie tel un marécage, ce qui m’a le plus marquée dès le début, c’est l’assurance avec laquelle Gipsy va droit au but et connait parfaitement son sujet. C’est d’une telle maitrise que j’ai presque trouvé ça effronté. Il faut oser !

Et cela suffit à procurer au fil des pages une ambiance angoissante avec tant de puissance qu’elle en arrive à torturer le lecteur et ne se perd pas non plus dans des descriptions interminables en alternant diaboliquement les rebondissements et entretenant à merveille le suspense.

J’ai fait le choix de ralentir un peu ma vitesse de lecture pour faire durer le plaisir car je m’en prenais plein la figure.

Un ensemble qui frôle la perfection et vous restera en mémoire. Je le range volontiers parmi mes coups de cœur de l’année.

Une auteur à suivre et qui fera partie des succès littéraires incontournables dans les semaines à venir.

Son précédent roman Sang pour Sang doit être réédité ce mois-ci et je compte bien ne pas le manquer.

Bonne lecture !

Advertisements

3 commentaires sur « J’entends le bruit des ailes qui tombent de Gipsy Paladini »

  1. Un avis qui donne réellement envie de le découvrir. Je l’ajoute à ma Pal, il fera partie de mes lectures avant la fin de l’année. Je fais confiance à Agnès pour ces coups de cœur !

  2. J’avais déjà vu cette couverture quelque part. Apparemment, ce roman ne laisse pas indifférent et je vais le mettre dans mes envies avant d’oublier.
    Merci Agnès pour cette chronique. 😉

Les commentaires sont fermés.