1974 de Arnaud Codeville

Résumé

À Sebourg, petit village du Nord de la France, c’est l’effervescence. Les pompiers mettent le feu au 16 de la rue Jean Jaurès.
La plupart des habitants se massent pour admirer le spectacle. Tous redoutent la vieille demeure et tous se réjouissent de la voir disparaitre à jamais du paysage et pour cause : elle serait hantée…
Parmi la foule de curieux, un homme assiste à l’incendie. Il est sans doute le seul à être aussi fasciné par l’agonie de la bâtisse…
Pour rien au monde, il n’aurait raté ce moment.

Mon avis

Se lancer dans le nouveau roman de Arnaud Codeville reste une chose tout à fait spéciale qui se fait de manière  différente que pour tout autre livre. De mon ressenti, j’étais véritablement impatiente et dans un sens j’appréhendais beaucoup car la réussite et la puissance de son précédent livre La Tour de Sélénite  avait eu un tel effet de plaisir sur moi que je craignais la moindre déception. Et j’ai fait une chose que je n’avais jamais fait jusqu’à présent, faire durer la lecture. C’est que le livre devait en valoir le coup.

De la même manière que La Tour de Sélénite , nous avons droit pour 1974  à une superbe couverture qui d’entrée de jeu vous en met plein la vue et fait son effet, c’est véritablement une belle réussite.

Quand à l’histoire, elle commence gentiment par une scène classique, un flic dépressif avec des ennuis personnels qui se réfugie dans l’alcool et le laisser-aller. Pas le top pour remonter la pente mais suffisant pour laisser  le temps à l’intrigue de se mettre en place et vous rendre dépendant.

En comparaison, j’avais beaucoup apprécié dans le précédent roman le côté court des chapitres pour une raison de confort de lecture. Là dans 1974 on a droit à des chapitres un peu plus longs mais on s’en rend à peine compte tant l’auteur a pris la maitrise du lecteur.

De nouveau, on retrouve le côté très soigné et appliqué d’Arnaud ce qui sera sans doute toujours son point fort et c’est tant mieux. Ce qui peut toujours surprendre pour un auteur qui n’en est qu’à son deuxième roman mais le talent ce n’est ni sur rendez-vous ni sur plan.

Une histoire diabolique qui n’en finit plus de vous effrayer, de vous oppresser tant l’évolution est angoissante et la plume de l’auteur sait diaboliquement bien entretenir ces sentiments. Nous avons droit à une multitude de rebondissements qui lorsque les choses ont tendance à se calmer niveau intensité, eh bien non ça repart de plus belle. Et cela jusqu’à la fin.

Une fois de plus, Arnaud Codeville a su développer une intensité rarement lue dans un livre, cela reste véritablement impressionnant.

Le suspense n’en parlons même pas car au vu de l’ambiance générale, personne ne ressort étanche d’un tel livre.

Vous l’aurez compris, en vous lançant à la lecture de 1974 , vous ne savez pas encore à quoi vous vous attaquez. Le danger est partout……

Non seulement une grande réussite mais surtout un très grand cru que je classe parmi mes coups de cœur

Publicités

4 commentaires sur « 1974 de Arnaud Codeville »

  1. Encore un très bel article ! Je pense que 1974 va finir par atterrir dans ma PAL.
    Le résumé est attrayant, sans compter ta chronique qui donne plus qu’envie de découvrir ce nouveau roman.

Les commentaires sont fermés.