Qu’est-ce que le livre idéal ?

Depuis un certain temps, j’avais l’envie de tenter de répondre à cette question. Voyons ensemble les différentes possibilités.

Couverture

La cover a une importance majeure car c’est la première chose que les lecteurs verront et par laquelle il sera possible de les accrocher. Une couverture de qualité reflétant au mieux l’ambiance du livre sera accrocheur. On voit fréquemment des visages ou corps humains sur la couverture de nombreux livres du fait de cette mode de l’érotisme, mode qui passera. Il n’est pas certain que ce soit l’idéal comme couverture pour attirer des lecteurs. Des couleurs, des ambiances, des paysages, des habitations sont des facteurs qui feront davantage d’impact car véhiculant mieux l’ambiance d’un livre.

Sujet

Sans doute le paragraphe le plus court car c’est là qu’interviennent les gouts et les couleurs qui restent indiscutables et propres à chacun. L’auteur je pense  doit réfléchir à l’objectif qu’il se fixe avec son livre et à sa cible favorite au niveau des lecteurs. Un sujet très documenté reste indispensable et sera toujours un point fort comparé à un sujet survolé. C’est donc une question de travail pour les auteurs. Après on aime ou on n’ aime pas.

Chapitres

Dans chapitres, il y a chapitres et chapitrage.

Lire un livre non chapitré reste éprouvant et difficile car il ne faut pas oublier que tout au long de sa lecture, le lecteur a besoin de repères et de cohérences pour bien suivre et s’y retrouver. Rien de tel qu’un livre réparti en différents chapitres. Le nombre en soi n’est pas forcément le plus important même si j’inciterai les auteurs à ne pas négliger un point, le confort de lecture du lecteur. Et pour cela, des chapitres relativement courts sont lus plus rapidement, des livres avec des chapitres beaucoup trop longs  peuvent rendre la lecture éprouvante. Il appartient aux auteurs de trouver un juste milieu. Un dizaine de pages par chapitre me semble une bonne moyenne.

L’orthographe

De nombreux auteurs passent énormément de temps à la relecture de leur écrits pour les corrections. Certains n’ont pas forcément les moyens de s’offrir les services d’un correcteur pro et encore la garantie n’est pas assurée à 100%. Mettez un point d’honneur à l’orthographe de vos livres car c’est sans doute le facteur le plus important qui fera fuir le plus vite les lecteurs. Si certains prennent le risque de publier parfois leur livre avec un minimum de correction, on découvre de véritables torchons.

Lorsque de petites fautes vous sont signalées, n’hésitez pas à les corriger immédiatement et procéder à une petite mise à jour de votre livre.

La qualité de l’orthographe est la première marque de respect de l’auteur envers le lecteur. C’est donc une étape importante à ne négliger sous aucun prétexte

L’invisible

Quel drôle de titre pour ce paragraphe non ?

Par invisible, j’entends tout ce qu’on ne voit pas et qui concerne l’effet et le ressenti sur le lecteur, cela relevant d’un bon travail des auteurs.

Des lecteurs qui se prennent des longueurs à n’en plus finir, des tonnes de descriptions auront vite fait de faire demi-tour et de mettre un terme à leur lecture avant la fin du livre. Donc éviter les excès de descriptions ou alors avec une meilleure répartition dans l’histoire afin que ça ne joue pas sur des longueurs.

La grande quantité de dialogues me semblent indispensable car ça aidera le lecteur à se rapprocher des personnages voir à s’identifier à certains et là on tape sur le ressenti des lecteurs, juste là où il faut. Un livre avec de trop nombreuses pages remplies de descriptions n’aura jamais le même succès qu’un livre avec de nombreux dialogues et quel que soit le sujet.

L’après

C’est je dirai plus familièrement l’outillage de base.

En finissant une histoire, un lecteur doit pouvoir comprendre s’il peut s’attendre à une suite de l’histoire ce qui relève du travail de l’auteur.

Il doit aussi pouvoir découvrir les autres références de l’auteur , son éditeur s’il en a un, tous les moyens doivent lui être donné pour un contact possible (email, url…..).Un numéro d’ISBN doit figurer au début ou à la fin du livre. Bref comme je disais, l’outillage de base.

Pour finir, n’oublions pas qu’un livre est fait pour voyager et s’évader de la réalité sans voir le temps passer.

Et comme disait Victor Hugo “Les mots sont les passants mystérieux de l’âme”

Advertisements

4 commentaires sur « Qu’est-ce que le livre idéal ? »

  1. Tout est dit ! Il y a également le plaisir d’écrire qui se ressent toujours quand on lit un livre bien structuré.
    Qui a dit qu’être auteur était donné à tout le monde ? 🙂
    Merci pour ce bel article, Agnès.

Les commentaires sont fermés.