Quand l’autoédition devient malade, on se soigne

Vous n’êtes pas sans ignorer que l’autoédition permet de multiples et sympathiques rencontres avec les auteurs et lecteurs mais aussi de découvrir de sacrés phénomènes.

J’avais envie de partager avec vous le dernier en date avec lequel j’ai eu un contact plutôt virulent.

Tout démarre d’un contact avec l’auteur Anne-Charlotte Mauboussin et une autre intervenante à propos du livre Après les Moissons car l’e-book est non fonctionnel ainsi que l’extrait disponible au téléchargement .

Je ne vous en dis pas plus mais je vous laisse découvrir les captures de notre contact et la bêtise qu’il en ressort.

Capture

Capture2

Capture3

Capture4

Capture5

Capture7

Capture9

Capture10

Capture11

Capture12

Capture13

Capture14

Capture15

Capture16

Capture17

Un joyeux petit commentaire suite à cet articlecapture23

Dans aucun de mes propos, il n’a été question du contenu mais uniquement du contenant. Ces demoiselles se sont empressées de bloquer le compte du blog, ce qui en soi n’est pas grave car je ne perds rien. Elles ont encore beaucoup à apprendre de l’autoédition mais peut-être est-ce déjà trop tard ?

J’aurais apprécié découvrir l’histoire mais en finir par une telle bataille pour un fichier non fonctionnel que l’auteur refuse d’accepter, je n’ose imaginer le jour où va lui tomber dessus un commentaire négatif.

De telles réactions pour un problème ne concernant pas son travail je le rappelle, j’appelle ça de l’incompétence.

Car si vous contactez Amazon pour signaler ce genre de problème, la première chose qu’ils vont faire c’est de joindre l’auteur pour lui demander de refaire son fichier. Aura t’elle les mêmes réactions avec eux ? J’en doute mais aller droit dans le mur c’est plus certain.

Autre précision, une auteur qui néglige d’entrée de jeu une étude de marché en surévaluant le prix de son livre proposé à 5€ jusqu’à hier ne doit pas s’étonner d’avoir peu de ventes et encore moins de commentaires…………..si toutefois son livre deviendrait fonctionnel.

Cette miss ne s’est pas encore aperçu que la moyenne raisonnable pour encourager les ventes est à 2,99€.

Bizarrement le livre change de prix ce matin au lendemain de la publication de l’article pour passer à 2,99€. Ca frôle le ridicule…..

Se montrer trop gourmand n’est pas signe de réussite et je doute de l’avenir du parcours de ce phénomène ou devrais-je dire ces avec Hélène Planchais que je remercie pour ses sympathiques messages sur sa page Twitter  supprimée à la suite de l’article ce qui laisse songeur…..

Quand je pense qu’au départ, je souhaitais lire simplement le livre parce que le résumé m’avait convaincue d’une histoire potentiellement intéressante ce qui aurait peut-être pu donner lieu à une chronique sur le blog et que cela a simplement été impossible du fait de l’inaccessibilité au texte du livre.

Info de dernière minute, Frédéric Bezies vient de publier un article sur ce genre de situation que je vous invite à découvrir.

Bref, un cas de figure à la Audiard qui va provoquer une crise intestinale sans être sur orbite…..

Publicités

13 commentaires sur « Quand l’autoédition devient malade, on se soigne »

  1. Bonjour,

    Je ne connais ni vous ni l’auteur dont vous parlez, mais je trouve extrêmement agressive et sûre de vous.
    Et quand vous dites : « Je ne vous en dis pas plus mais je vous laisse découvrir les captures de notre contact et la bêtise qu’il en ressort. » je suis d’accord sur le terme bêtise, mais plutôt envers vous.
    Car cet échange n’est pas glorieux et montre un caractère de cochon qui attaque l’autre qui reste fort courtois de bout en bout.
    Mais après ce n’est que mon ressenti.

    Bonne journée 🙂

    1. Pour info, j’ai eu le livre gratuitement lors d’une offre. Et j’ai noté que ma vieille kindle d’avant la version tactile qu’il n’y a aucune table des matières fonctionnelle. Seule l’application kindle sur ma tablette me permet d’avoir la dite table des matières.

      Donc, c’est un problème de fichier malformé. Enfin, je dis cela, mais quand on tombe sur un livre électronique sans pouvoir utiliser la table des matières fournie, c’est poubelle sans autre forme de procès, quelle que soit la qualité du contenu.

      Cordialement,

  2. Au moins, ça a le mérite d’être clair ! Auteur incompétent = remboursement. Bonne fin de journée 🙂

  3. Bonjour,
    je vous trouve aussi très agressive aussi !
    Pourquoi dites-vous que l’auteur est incompétant si vous n’avez même pas lu son livre ?
    L’autre personne me semble juste défendre l’auteur de vos attaques.
    D’ailleurs, je vais contacter cette personne, pour savoir si vous lui avez demandé la permission de publier dans votre blog ces discussion, qui, je suis sûre, vous avez coupées et modulées et manipulées à votre avantage…
    Avez vous demandé à l’auteur le droit de publier sa conversion privée ?

    1. Chère Ortense, ou plutôt Héléne devrait-on dire, vous venez de vous griller toute seule.

      Vous ne devez pas savoir que les personnes qui utilisent un blog ont accès à de nombreuses informations. Sur l’image des informations ont été masquées, comme la fin de votre adresse mail, le @quelquechose.com

      Ne connaissant pas les ficelles du métier de troll, vous avez utilisé une adresse qui commence par ln.planchais.

      Or, toute personne ayant un minimum de culture musicale pensera à un titre proposé par un certain
      Michel Polnareff en 1990 sur l’album « Kama Sutra » – https://fr.wikipedia.org/wiki/K%C3%A2m%C3%A2_Sutr%C3%A2 – qui a pour titre : « LNA HO »

      Sur le plan des sonorités, on en déduit : « Hélène a chaud ». Autant dire que faire le rapprochement entre Ortense et Hélène Planchais tombait sous le sens.

      Vous venez de prouver, en dehors de votre méconnaissance des mécanismes d’internet – comme l’effet streisand par exemple, qu’il n’y a aucune censure sur ce blog. Maintenant, continuez donc d’attaquer, vous ne ferez que creuser encore un peu plus votre tombe avec vos dents.

      Ensuite, peut-on se demander si Hélène Planchais et Anne-Charlotte Mauboussin sont la même personne ? J’avoue que je l’ignore et que je m’en contrebats les testicules au rythme du « God Save The Queen ».

      Cordialement, Ortense ou devrais-je dire Hélène.

  4. Et bien entendu le compte twitter est désormais détruit. Mais comme il existe des captures d’écran, on peut se dire que Hélène Planchais doit être une identité d’Anne-Charlotte Mauboussin.

    Simple hypothèse, bien entendu !

  5. Nous les auteurs auto-édités proposons nos livres sur Amazon. Concernant le problème avec l’auteur Anne-Charlotte Mauboussin, son livre est aujourd’hui considéré comme un produit consommable. Imaginez avoir acheté un disque CD qui, une fois rentré à la maison, est impossible à lire par la chaîne HifI. Cela a, pour l’acquéreur, un côté agaçant car il a payé pour ce « produit ». Je ne veux pas accabler Anne-Charlotte. J’ai aussi rencontré des soucis de formatages et d’orthographe à mes débuts:

    2,0 sur 5 étoiles. Histoire intéressante mais trop de fautes de typographie.
    Parnadette12 le 16 janvier
    Déçue par la présentation de ce livre. La lecture ne peut être fluide, j’ai été gênée par trop de fautes de typographie (espaces entre les mots oubliés, fautes de frappes…)

    En fait, la sanction du lecteur est presque immédiate ! Dans les cas d’impossibilité pour ouvrir un fichier, l’auteur doit faire un geste commercial, soit en offrant une version papier par exemple (c’est ce que j’aurais fait, ou un autre fichier compatible). Après tout, la déception du lecteur doit être atténuée. Cette démarche aurait été productive puisque Agnès aurait, en contrepartie, écrit un article sur le roman. L’auteur auto-édité apprend souvent à ses dépends. Il ne peut être professionnel en tout puisque seul ! Il n’a pas le pouvoir d’un éditeur ou les moyens financiers de sous-traiter la mise en page de son manuscrit. Voilà mon avis mais réparons ce petit incident et je suis certain que l’auteure Anne-Charlotte et son livre méritent qu’on s’y intéresse.

    1. Comme qui dirait, tu viens de viser en plein coeur de la cible. Quand je lisais des auto-édités – ayant mis cette source de côté pour le moment – une mise en page pourrie signifiait l’arrêt de mort du livre sur mon support de lecture.

      Quand le contenant est pourri, quelque soit le contenu, il en souffre. Mais faire comprendre cela…

      1. Bonjour,

        J’ai pris l’habitude de venir jeter un petit coup d’oeil sur ce blog, parce que j’apprécie les nouveautés littéraires présentées et les avis intéressants à prendre en compte. Mais quand j’ai lu cette publication j’ai été déçue, et pour la première fois je laisse un commentaire parce que je me sens aussi touchée par les propos ! Eh oui, je suis jeune et j’écris !! 🙂 Alors voir autant d’agressivité et de pessimisme à l’égard de cette auteure qui probablement débute dans l’auto-édition est injustifié. De tous les commentaires, un seul semble constructif (Mickaël Paitel). Je ne sais pas quel est le but de cette publication, en tout cas elle donne une mauvaise image au blog et rend un énorme service à l’auteure puisque (et je ne pense pas être la seule) je me suis intéressée à Anne-Charlotte Mauboussin, j’ai « osé » acheter son livre sur ma liseuse et … tout fonctionne ! Pour tout dire, je suis déjà emballée par l’histoire. Passons…
        Quant à cette Hélène, même si propos étaient enflammés la pourrir de cette façon est ignoble.
        Question : suis-je aussi soupçonnée d’être Anne-Charlotte Mauboussin ?

        Bref. Déçue.

        Je vous souhaite tout de même une bonne continuation !

        Aurélie

        1. Chère mademoiselle,

          Oublieriez-vous un point qui concerne la publication d’une oeuvre ? À savoir que le fond compte autant que la forme ?

           » Je ne sais pas quel est le but de cette publication, en tout cas elle donne une mauvaise image au blog »

          Ou simplement montre un visage peu avouable de l’auto-édition, mademoiselle ?

          « rend un énorme service à l’auteure puisque (et je ne pense pas être la seule) je me suis intéressée à Anne-Charlotte Mauboussin, j’ai « osé » acheter son livre sur ma liseuse et … tout fonctionne ! Pour tout dire, je suis déjà emballée par l’histoire. Passons… »

          Même la table des matières qui est morte de chez morte ?

          « Quant à cette Hélène, même si propos étaient enflammés la pourrir de cette façon est ignoble. »

          Ortense et Hélène était la même personne. On appelle ceci de la manipulation. Sans oublier que la dite Hélène a du poster un commentaire sur Amazon – et le seul de son profil – pour défendre sa protégée ou son autre identité ?

          https://www.amazon.fr/review/R3F8KCH7RTKLV0/ref=cm_cr_dp_title/251-3180096-9686946?ie=UTF8&ASIN=B01LDCA65M&channel=detail-glance&nodeID=672108031&store=digital-text

          Enfin, je me suis fendu d’un billet que je vous invite à lire, mademoiselle, ainsi que le billet d’un auteur qui met les points sur les « i » et qui renvoie à leurs chères études les personnes voulant se faire des organes génitaux externe en or massif avec l’auto-édition :

          http://frederic.bezies.free.fr/blog/?p=15075 -> mon billet
          http://page42.org/artiste-ce-n-est-pas-un-metier/ -> article de Neil Jumonsi

          Au plaisir, mademoiselle, de lire un jour votre prose qui je l’espère ne sera pas plombé par un contenant complètement inutilisable.

          1. J’ai lu votre billet. Vous tirez des conclusions et ne faites que nourrir ce « dialogue de sourds » comme vous dites. Mais, libre à vous ! Je ne citerai pas Voltaire sur la liberté d’expression. Cependant, renvoyer la balle de façon d’un blog à l’autre me laisse à penser que ce n’est plus que pour le plaisir de flinguer, on est complètement sortis du contexte initial. Cependant, cet échange fut très enrichissant. Maintenant, je sais à qui je n’aimerais pas avoir affaire si jamais voudrais moi-aussi tenter l’auto-édition. J’espère que l’auteure ne sera en rien touchée par tout ça et je lui souhaite de poursuivre, au moins pour lui laisser une chance.
            Pourquoi ne pas vous attaquer à quelqu’un d’autre, à moins que les jeunes auteurs soient vos proies favorites ? Je suis convaincue qu’il y a d’autres livres pires que celui-ci à démonter.

            Je terminerai là-dessus. Quant à vous, monsieur, n’êtes-vous pas non plus une autre identité de l’auteur de ce blog ? Puisque vous semblez mener ce combat avec plus de passion et de présence qu’il n’en faudrait pour un « commentateur ».

            Soit dit en passant, j’ai parcouru votre blog et même si vos critiques peuvent être parfois incisives, elles sont intéressantes. Mais tout ce remue-ménage autour de cette auteure n’a à mon sens aucun lieu d’être.

            Très bonne journée à tous ! 🙂 Eh oui, parce que la terre ne s’arrête pas de tourner !!

            Aurélie

  6. « J’ai lu votre billet. Vous tirez des conclusions et ne faites que nourrir ce « dialogue de sourds » comme vous dites. »

    Nourrir le dialogue de sourd ou simplement montrer des manipulations classiques comme se créer un compte sur amazon pour encenser un livre.

    https://www.amazon.fr/gp/pdp/profile/A2L0KFJW5LOZ7U/ref=cm_cr_dp_pdp/251-1260786-0764456

    Certain(e)s auteur(e)s sont ainsi schizophrènes pour faire monter la sauce. Je ne dis pas que c’est le cas ici, mais rien n’est impossible.

    Ortense alias Hélène Planchais – qui a détruit son compte twitter – ne semble pas connaître ce qu’on appelle l’effet Streisand. https://fr.wikipedia.org/wiki/Effet_Streisand

    Une information publiée sur l’internet restera à jamais l’internet.

    « Je ne citerai pas Voltaire sur la liberté d’expression. »

    Citation qui a été inventée de toute pièce par Evelyn Beatrice Hall : https://fr.wikipedia.org/wiki/Evelyn_Beatrice_Hall

    http://www.brainyquote.com/quotes/authors/e/evelyn_beatrice_hall.html

    « I do not agree with what you have to say, but I’ll defend to the death your right to say it. »

    Sur la suite du commentaire :

    « Cependant, renvoyer la balle de façon d’un blog à l’autre me laisse à penser que ce n’est plus que pour le plaisir de flinguer, on est complètement sortis du contexte initial. »

    Le plaisir de flinguer ? Ou simplement de montrer que les manipulations les plus classiques ne prennent plus ?

    « Maintenant, je sais à qui je n’aimerais pas avoir affaire si jamais voudrais moi-aussi tenter l’auto-édition. »

    Et encore, je suis sûrement parmi les moins méchants qui existent sur la toile.

    « J’espère que l’auteure ne sera en rien touchée par tout ça et je lui souhaite de poursuivre, au moins pour lui laisser une chance. »

    Ce qui a été la conclusion de mon commentaire sur son livre :

    « J’espère que l’auteure en question saura prendre conscience du danger que représente pour la suite de sa carrière – que je lui souhaite longue – d’un produit malformé.

    En toute cordialité, »

    https://www.amazon.fr/review/R3BR1M6NLVES5U/ref=cm_cr_dp_title/251-1260786-0764456?ie=UTF8&ASIN=B01LDCA65M&channel=detail-glance&nodeID=672108031&store=digital-text

    « Pourquoi ne pas vous attaquer à quelqu’un d’autre, à moins que les jeunes auteurs soient vos proies favorites ? Je suis convaincue qu’il y a d’autres livres pires que celui-ci à démonter. »

    Il suffit de suivre le hashtag #JeudiAutoEdition sur Twitter et de faire son marché 🙂

    « Je terminerai là-dessus. Quant à vous, monsieur, n’êtes-vous pas non plus une autre identité de l’auteur de ce blog ? Puisque vous semblez mener ce combat avec plus de passion et de présence qu’il n’en faudrait pour un « commentateur ». »

    Simple. Cf cette chaine youtube où vous pouvez voir ma tronche : https://www.youtube.com/user/fredbezies

    Je ne suis pas vraiment du sexe que la littérature dit être beau.

    « Soit dit en passant, j’ai parcouru votre blog et même si vos critiques peuvent être parfois incisives, elles sont intéressantes. Mais tout ce remue-ménage autour de cette auteure n’a à mon sens aucun lieu d’être. »

    Une communication pourrie peut vous planter le meilleur des produits. Tout comme un livre électronique peut être mis à mal par une mise en forme qui réduit une table des matières à une tapisserie.

    En toute cordialité, mademoiselle, en espérant que vous avez pris conscience que les erreurs se payent cash sur l’internet. Je l’ai appris de ma longue expérience… Être internaute depuis 1997, ça permet de se tanner le cuir !

Les commentaires sont fermés.