L’Ombre du zèbre de Alice Quinn

Résumé

Depuis quelque temps, la vie de Rosie est au beau fixe. Débarrassée de ses dettes, elle trouve même le temps de s’occuper d’elle. Mais, comme souvent avec Rosie Maldonne, le répit est de courte durée ! Quand son amie Véro, coincée à l’hôpital, l’appelle à l’aide, Rosie n’hésite pas une seconde. Elle accepte de remplacer au pied levé Véro dans son emploi de femme de ménage chez une psychanalyste de renom mais aussi d’accueillir à son domicile son fils Léo, adolescent rebelle.

Jusque-là, elle pense être à la hauteur de la tâche. Mais les choses s’emballent quand, suite à un quiproquo, Rosie s’improvise psychanalyste, tandis que Léo tombe fou amoureux d’une jeune fille mystérieuse, prisonnière de la mafia.

Rosie parviendra-t-elle à sortir du jeu d’imposture dans lequel elle est tombée ? Tirera-t-elle la jeune amoureuse de Léo des griffes de Monsieur Charles, le terrible parrain de la mafia ?

Rosie a beau avoir plus d’un tour dans son sac, du courage et de l’énergie à revendre, les enjeux semblent cette fois la dépasser…

Ce que j’en ai pensé

Avec l’Ombre du Zèbre, Alice Quinn signe le retour de l’amie Rosie Maldonne alias Cricri et ce ne sont pas ses fidèles lecteurs qui s’en plaindront.

Le seul mot qui qualifie le mieux ces nouvelles aventures de la fantasque et loufoque héroïne, c’est bordel car quand vous aurez lu ce T3 vous verrez à quel point ça part dans tous les sens pour Cricri, elle attire à elle les emmerdes comme des mouches sur un pot de miel.

On retrouve une Rosie au meilleur de sa forme et toujours avec le grand cœur qu’on lui connait quand il s’agit d’aider les amis sans jamais réfléchir à quel point ça peut la mener dans des situations impossibles.

Mais cette fois-ci l’auteur semble avoir fait le choix de nous montrer quelques faiblesses de son héroïne lorsque les situations sont à leur maximum et cela reste adroit car on s’attache encore davantage à l’amie Rosie. On voudrait l’aider, lui permettre de souffler.

La première moitié du livre est un peu bordélique car les ennuis de Cricri arrivent dans tous les sens, on commence à y voir plus clair dans la deuxième moitié.

L’auteur nous fait vivre des moments intenses avec toujours ce mélange de genre comédie/policier qui reste sa marque de fabrique. Entre le suspense, l’humour, la colère, le danger et plein de bons sentiments, Alice Quinn nous fait passer par toutes les couleurs.

Un ensemble toujours aussi pétillant,truculent et rocambolesque à souhait. Un T3 qui tient un rythme frénétique et surtout toutes ses promesses.Ah ce côté déjanté , qu’est-ce qu’on aime ça !

Un livre savoureux à mettre dans vos liseuses, une véritable réussite !

Publicités

2 commentaires sur « L’Ombre du zèbre de Alice Quinn »

  1. Merci Agnès pour ta chronique enthousiaste!
    Heureuse que Rosie t’ ait accompagnée un bout de chemin pour te faire sourire…
    C’est merveilleux pour un auteur quand les lecteurs éprouvent le même plaisir à lire
    qu’il en a eu à écrire!
    à bientôt, Alice

  2. Il va donc falloir que je m’attarde sur Rosie pour de bon, avec une si belle chronique, cela me donne vraiment envie de la connaître. Les trois tomes sont dans ma PAL, mais pas encore attaqué. J’espère le faire très vite. 🙂

Les commentaires sont fermés.