Auteurs ou sangsues ? La question se pose parfois.

Avant tout, je tiens à m’excuser pour ce coup de sang. Mais cette fois la coupe est pleine. Je m’explique.

Cela fait déjà plusieurs années que je rédige des chroniques pour le blog et ses fidèles lecteurs.

Écrire des chroniques me coûte beaucoup de difficultés suite à un handicap aussi bien que du temps entre la lecture et l’écriture des articles, mais aussi de l’argent. Je lis en moyenne 4 livres par mois. On va dire 50 livres par an. À trois euros pièce (en prenant le prix le plus fréquemment rencontré sur Amazon), cela fait déjà quelque chose comme 150€ par an.

Vous multipliez cela par le nombre d’années d’existence du blog,  à savoir 5 ans, et vous vous apercevrez que c’est une somme assez rondelette.

Cela ne me dérange qu’à moitié, étant donné que lire est une passion et surtout que je suis une anti SP. Mais ce qui me met hors de moi, ce sont les quelques auteurs – peu importe que ce soit homme ou femme – qui ont du mal à dire merci pour le travail accompli : c’est vrai, c’est tout bénéfice pour eux. Je leur fais de la publicité en empochant au passage quelques piécettes en droits d’auteur.

Quand je pense à de telles personnes, l’image de la sangsue est celle qui s’applique le mieux. Évidemment, cela ne concerne qu’une minorité, mais comme toute minorité, son comportement finit par salir la majorité propre sur elle.

Ma réaction primaire serait de vous proposer une liste plus ou moins complète des gougnafiers en question. Mais ce serait leur faire trop d’honneur au final.

Une réponse intelligente serait de leur rendre la monnaie de leur pièce : en clair, évoquer la disponibilité de leur dernière œuvre sans aller plus loin, et surtout sans proposer la moindre chronique. Une sorte de demi-boycott qui ferait comprendre à certaines personnes que sans les personnes qui lisent leur prose et prennent du temps à rédiger des chroniques, ils ou elles ne seraient pas grand chose au final.

Il est temps que certains apprennent les bonnes manières car négliger ce point c’est aller droit dans le mur.

D’après vous, quelle serait la meilleure réponse à apporter ? En tout cas, j’ai déjà choisi ma réponse ! Je consacrerai mon temps à découvrir d’autres auteurs qui auront la reconnaissance du travail fait pour eux.

Et parmi les followers sur Twitter, je vais d’or et déjà passer en masqués tous les auteurs concernés.

Publicités

6 commentaires sur « Auteurs ou sangsues ? La question se pose parfois. »

  1. En effet. Un calcul rapide me donne quelque chose comme 750€ sur 5 ans… Ouille… Ça pique un brin 😦

    On peut dire aux auteurs en question d’aller faire un tour dans les quartiers chaud de la capitale grecque pour qu’ils et elles puissent connaître les joie du péché de la ville voisine de Gomorrhe ?

    Simple question rhétorique, hein…

  2. Cela veut dire quoi « une anti SP » ?
    J’ai un bon plan, ma bibliothécaire me trouve de la lecture en passant par la médiathèque et je dois dire que c’est économique et que je trouve souvent mon bonheur. Actuellement je lis un roman de Jacques Mazeau, les âmes obscures.
    A pluche.

  3. Effectivement, je trouve que c’est un comportement un peu… beaucoup nombrilisme, sachant qu’un auteur n’existerait pas sans ses lecteurs.
    De ton côté, Agnès, le service presse est à tes frais si j’en déduis la somme rondelette que tu as sortie depuis les débuts du blog. C’est tout à ton honneur. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s