Disparus en Ville de Lionel Camy

Résumé

Chaque année, des personnes disparaissent en zone urbaine dans des circonstances étranges. Elles se volatilisent parfois en plein jour au milieu de la foule. Et les téléphones portables, caméras de surveillance et GPS n’y changent rien. La plupart du temps, on ne les retrouve jamais et la police est perplexe. Où sont passés tous ces gens ? Que leur est-il arrivé ?Un étudiant qui rentre dans un bar et qu’on ne voit jamais ressortir…Une famille en voiture qui s’évapore sur la route un soir de Noël…Un jeune homme qui disparaît en quelques secondes, alors que sa fiancée arrive au coin de la rue… Une femme qui se volatilise après avoir apparemment interagi avec des êtres invisibles…Un disparu qui laisse un message téléphonique sur lequel on entend des grognements inhumains…Auteur spécialiste en disparitions mystérieuses, Lionel Camy vous raconte vingt histoires terrifiantes et absolument authentiques. Après avoir décrypté pour vous ces affaires, la plupart du temps non élucidées, il passe en revue les différentes explications possibles, car quand les meilleurs enquêteurs et experts de la police scientifique ont échoué dans leur devoir de justice, on se doit de continuer à chercher la vérité.

Mon avis

Inutile je pense de vous présenter l’auteur et conférencier Lionel Camy duquel je vous ai déjà parlé à plusieurs reprises.

Avec le plaisir de ces précédents livres, j’avais hâte de découvrir ce dernier sorti car il réservait des surprises et une différence majeure.

Après nous avoir parlé à deux reprises d’histoires de disparitions dans des milieux naturels, l’auteur a orienté celui-ci vers des disparitions dans un environnement urbain et a sérieusement éveillé ma curiosité.

Je dois avouer que malgré cette curiosité, je me suis lancé dans la lecture de manière réservée du fait de ce changement d’environnement car je m’attendais à un ressenti différent et ce fût le cas tout au long du livre.

Lionel Camy a sû toujours aussi brillamment nous proposer un livre passionnant et ce qui est intéressant, c’est de constater que livre après livre, il devient un fin connaisseur objectif dans ses analyses.

Mais ce qui est peut-être le plus impressionnant est son travail de documentation tant les détails et précisions sont là dans ses commentaires.

Mon ressenti s’est donc retrouvé légèrement perturbé et différent car l’environnement urbain limitant les possibilités d’hypothèses pour expliquer les disparitions, ça laisse un peu cette impression d’être davantage face à des faits divers. L’auteur apporte d’ailleurs des précisions sur ce point au début du livre.

Si je devais citer la disparition qui m’a vraiment marqué, je dirais celle de Maura Murray pour tout le mystère qu’il y a autour. Beaucoup de questions et trop peu de réponses.

La bonne nouvelle c’est que l’auteur est déjà en train d’écrire un autre livre de disparitions dans la nature.

Merci à Lionel pour sa confiance et de m’avoir envoyé le livre papier. Chose que je ne fais jamais vous le savez et c’est pour cela que je le précise car actuellement non disponible en numérique.

Ne manquez pas ces histoires de disparitions, ça vaut vraiment le coup !

Publicités

Une Soirée si Douce de Patrick Philippart

Résumé

Victoire Daret avait trente-cinq ans. Cette jeune ophtalmologue entretenait avec ses patients une relation de confiance qui lui valait une flatteuse réputation. Trois mois plus tôt, le jour du printemps, elle avait rencontré un homme dont elle était très amoureuse. Après quelques déboires, elle était persuadée d’avoir enfin trouvé la perle rare.
En cette si douce soirée du mardi 27 juin, elle aurait tellement aimé qu’il restât à ses côtés pour la nuit, mais sa femme l’attendait. Il lui avait juré qu’il allait la quitter. Ce n’était plus qu’une question de jours. Mais Victoire Daret ne connaîtrait jamais le bonheur d’une vie à deux.
Il était écrit que cette si douce soirée serait sa dernière…
Voici le huitième tome des enquêtes de Dimitri Boizot, ce journaliste parisien à l’intuition souvent pertinente. Cette fois, l’enquête qu’il va devoir mener le touche particulièrement, puisque son frère aîné, Simon, se retrouve suspecté de meurtre.
Des dizaines de milliers de lectrices et de lecteurs ont déjà été séduits par les précédentes enquêtes de Dimitri Boizot.
Chacune d’elles constitue d’ailleurs une histoire complète. Il n’est donc pas nécessaire d’avoir lu les ouvrages précédents pour apprécier cette « Soirée si douce… » qui vous réservera des surprises jusqu’au dernier chapitre.

Mon avis

Retrouver le personnage de Dimitri Boizot et l’écriture de Patrick Philippart fût un immense plaisir comme à chaque fois mais j’étais loin de m’attendre à ce que j’ai découvert.

M’attendant à des surprises, j’y suis allé de manière un peu réservée dès le début et je dois dire que j’étais dans l’erreur tant les surprises dès le départ sont partout.

L’auteur vous en met plein la vue sur les personnages, les lieux, la structure générale de l’histoire. Il est littéralement brillant sur ce jeu de manipulation auquel il se livre avec ses lecteurs.

En nous emmenant en permanence sur une collection de fausses pistes, on se demande quand va-t’il s’arrêter. Il entretient donc de manière rayonnante le suspens jusqu’à la fin.

En découvrant ces nombreuses surprises page après page sans parler du plaisir de l’auteur qu’on sent véritablement vibrer, on se dit qu’une telle maitrise est rare.

Patrick Philippart nous montre avec ce T8 à quel point il peut aller loin et je dois dire que je suis bluffée.

Une véritable réussite et sans doute le meilleur de ses livres !

Indispensable à lire.

Des Cadavres dans Le Placard de Jérôme Dumont

Résumé

Un service demandé par Ange Fratacci, ça ne se refuse pas. Même lorsqu’il demande à Gabriel Rossetti de sortir de son champ de compétences habituel pour défendre l’une de ses vieilles connaissances.
Le dossier est particulier : il concerne Joseph Delmas, un vieillard impliqué dans un cambriolage suivi d’un double meurtre vieux de près de vingt ans ! Pour ne rien faciliter, ce nouveau client souffre de sévères pertes de mémoire…
Cette première embûche va contraindre l’avocat à fouiller le passé pour innocenter Delmas. Face à lui, une enquêtrice de la brigade de recherches de la Gendarmerie aussi énigmatique que perspicace, qui semble en savoir plus qu’elle ne veut bien en dire.
Comment ce vieillard inoffensif a-t-il pu se retrouver mêlé à de tels faits ?

Les choses auraient pu rester simples si Gabriel et Amandine n’avaient, parallèlement, une épreuve inattendue à surmonter dans leur couple, dont la gravité risque de tout remettre en question entre les amoureux.
Entre le dossier de Joseph Delmas et la vie privée de Rossetti & MacLane, ce sont autant de cadavres dans le placard qui font s’interroger : peut-on échapper à son destin ?

Mon avis

Avec bien du retard, je me suis plongé dans ce T10 des aventures de Rossetti & MacLane et quel ne fût pas mon plaisir de retrouver la plume de Jérôme Dumont.

Je m’attendais à y être surprise comme bien souvent avec l’auteur et je dois dire que ce dernier a comme on peut dire familièrement mis le paquet.

Une histoire dont l’action commence sans attendre histoire de faire souffrir l’ami Gab et c’est peu dire. Vous comprendrez pourquoi plus loin ou mieux en lisant le livre.

Décidément Jérôme a un véritable talent pour nous emmener là où il veut et faire de ses lecteurs ce qu’il veut. Et livre après livre, ce dernier sait toujours aussi merveilleusement bien profiter de ce facteur.

Parmi les surprises, l’auteur a voulu nous montrer ses personnages habituels sous un autre jour en les mettant à l’épreuve et jouant avec leurs émotions. Ca change des habitudes et il est intéressant d’avoir cherché à exploiter cette idée.

Pour l’enquête de ce T10, l’auteur aborde un sujet lourd et le fait de manière adroite avec une grande maitrise ainsi qu’une qualité structurale qui met véritablement bien en valeur les différents aspects de l’histoire.

Un suspens bien exploité qui nous laisse sous tension au fur et à mesure que les pages se tournent.

L’arrivée d’un nouveau personnage en rajoute à l’ambiance générale toujours aussi intéressante.

Une fois de plus, on a droit à un livre passionnant qui est une véritable réussite.

Je reste décidément une inconditionnelle des Rossetti & MacLane, le T11 m’attendant déjà dans la liseuse.

A ne pas manquer !

Les Larmes d’Alyssa d’Isabelle Rozenn-Mari

Résumé

La mort tragique, brutale et inexpliquée de l’homme qu’elle aimait conduit Alyssa à quitter Paris. Mais lorsque poussée par le désespoir et la culpabilité, elle s’installe à Daoulmar, petit village côtier breton, son arrivée déclenche une série d’événements aussi mystérieux que macabres.

Quel lien existe-t-il entre le meurtre sauvage d’une jeune fille, et ce deuil qu’elle vit comme un déchirement ?
Quel sinistre passé dissimule le village, et pourquoi la présence d’Alyssa fait-elle resurgir ses plus sombres secrets ?

Traquée, menacée, Alyssa va devoir se cacher.
Ou choisir d’affronter ses peurs les plus profondes…. »

Mon avis

Quel plaisir ce fût de retrouver la plume d’Isabelle Rozenn-Mari avec la lecture Les Larmes d’Alyssa après le véritable succès que fût Souviens-toi Rose…..

Je me suis lancée sans méfiance en totale confiance et une première surprise m’attendait dès le début.

Rarement un livre ne m’a donné autant de mal pour rentrer dans l’histoire. Je me disais que c’était sans doute pour de bonnes raisons mais je ne vous cache pas que j’ai failli abandonner plusieurs fois.

Au premier tiers du livre, les choses commencent à bouger un peu mais que ce fût long d’arriver dans un peu d’action. A partir de ce moment, j’ai lu le restant du livre avec une rapidité déconcertante.

On sait à quel point l’auteur sait brillamment mettre en valeur les thèmes choisis et comment passionner ses lecteurs. J’avais malgré tout une certaine curiosité de découvrir comment Isabelle allait construire l’intensité de son histoire.

Entre mystères, suspense, angoisse, l’auteur fût effarante de talent au long de cette histoire passionnante et tout simplement captivante. De nombreux rebondissements  sont le signe d’une parfaite maîtrise mais que de puissance et de profondeur. On a droit également à de nombreuses scènes effrayantes ce qui donne l’impression qu’Isabelle était constamment dans le soucis de l’ambiance.

Un thème et un sujet qui permettent à l’auteur d’exceller et de ressortir dans toute sa splendeur.

Un ensemble grandiose à ne manquer sous aucun prétexte.

Merci à Isabelle qui m’avait envoyé son livre avant sa parution et que j’avais téléchargé par la suite.

Nostradamus: Le trésor de Anna Khazan


Résumé

Les yeux gris tourterelle de Michel scintillaient d’excitation. Il se mit à chuchoter :
– J’ai appris de la conversation entre mon père et Monsieur le consul de Brueil, qui est passé à la maison hier matin, que la veille il s’était produit un éboulement de pierres du côté nord-ouest de l’enceinte et que cela leur demanderait plusieurs jours afin de rassembler les deniers et d’engager les maçons pour réparer les dégâts. N’est-ce pas un cadeau tombé du ciel ?
Antoine restait impassible, Baptiste hésitait sur le sens à donner aux propos de Michel.
– Qu’en dites-vous ?
– Mais qu’est-ce que cela peut nous faire ? s’enquit enfin Baptiste.
– Tu ne vois pas ?
– Non.
– Ventre du pape ! À partir de cette nuit, les astres favoriseraient l’enrichissement et avant-hier il s’est formé une brèche dans le mur de l’enceinte. C’est la Providence qui nous l’envoie ! J’en suis convaincu ! Nous pourrions sortir de la ville par ce trou à la faveur de la nuit et déterrer le trésor par nous-mêmes ! La muraille extérieure est basse et facile à escalader et après, nous n’avons qu’à contourner la ville et à suivre la grand-route !

Mon avis

Après son encourageant et intéressant premier roman l’Enchanteresse, quel bonheur ce fût de retrouver son auteur Anna Khazan après sa longue absence de la scène littéraire.

Rentrer dans l’histoire de Nostradamus, le trésor n’a pas été chose facile pour moi car ce n’est habituellement pas mon genre de lecture mais je tenais à lire ce court roman de 80 pages. Et quelle ne fût pas ma surprise !

L’auteur a pas seulement évolué dans son écriture, elle a su trouvé les outils pour faire de son roman une publication de grande qualité.

On sent véritablement le plaisir d’Anna à écrire voir qu’elle s’amuse. Une impression positive hyper dominante jusqu’à la fin qui en devient communicative.

Chaque mot est pesé, réfléchi  ce qui nous entraine à faire la constatation d’un style très soigné très appliqué. Pour faire dans la familiarité, j’ai poussé un gros waouh !

Ce que j’ai trouvé intéressant également, ce fût de lire l’adresse de l’auteur quand à l’exploitation de ses personnages. Ni trop ni pas assez mais surtout très bien avec un juste dosage.

Anna a sû merveilleusement bien retranscrire l’ambiance de la vie de Michel et ses petits camarades. Chaque page m’émerveillait l’une après l’autre car je sentais que j’étais dans un livre attachant  et très vivant.

On sent également l’aise et la facilité avec lesquelles l’auteur a écrit ce début de saga. Un sujet qu’elle semble connaitre sur le bout des doigts.

Un ensemble excessivement bien travaillé qui nous amène une nouvelle Anna. On attend la suite.

Une belle réussite qu’il serait dommage de manquer !

Nom de code : Mémé Ruth d’Alice Quinn

Résumé

Une comédie débridée
Un suspense captivant
Un personnage attachant
Découvrez Rosie Maldonne, elle vous attend.
Rosie est une jeune mère de famille sexy, impulsive… et en situation précaire.
Elle a un don spécial: se mettre dans des situations incontrôlables,
et tomber amoureuse ❤ à côté de la plaque.
Au resto du cœur, elle rencontre une SDF autoritaire qui la charge d’une mission :
porter un message au Yacht Club de Monaco.
Comme il y a des petits fours gratuits en perspective, Rosie ne se fait pas prier,
mais elle ne se doute pas qu’elle va déranger des individus prêts à tout…
Qui sont vraiment cette SDF et ce jeune clodo beau comme un Dieu ?
Qui est ce couple affairé qui s’intéresse de si près à elle et à son passé familial ?
En quoi le resto du cœur, les défilés de mode permettant la réinsertion de femmes en difficulté,
les chasseurs d’épaves recherchant des trésors, sponsorisés par le Yacht Club de Monaco,
el les repentis gardés au secret par les renseignements généraux
ont-ils à voir avec la cachette juive de sa grand-mère et les archives de la résistance?
Plus Rosie avance dans ce dédale, et plus elle réalise qu’il n’y a qu’une seule question à résoudre :
quel est le secret de sa mémé Ruth ?

Mon avis

Avec nom de code : Mémé Ruth, Alice Quinn signait le retour de l’amie Rosie Maldonne alias Cricri pour le plus grand plaisir de ses lecteurs.

Comme toujours, Rosie a l’art et la manière de toujours se retrouver au milieu des ennuis dans des situations pas possibles ce qui permet à l’auteur de si bien mélanger les genres comédie et policier.

Moi qui appréciait particulièrement le personnage de Tony et son bar le Select, je suis servie car la grande majorité de l’histoire se passe là.

L’auteur a su soigner beaucoup de points et je pense que sa parfaite maitrise est devenue une question d’habitude pour elle. Les personnages, les lieux, les faits et l’ambiance sont travaillés de manière millimétrée. C’est précis, soigné et diablement bien ordonné ce qui vous offre divers ressentis des plus agréables car on traverse beaucoup d’humour, de suspense, de sourires et bien évidemment le plaisir.

On retrouve une Rosie au meilleur de sa forme et toujours avec le grand cœur qu’on lui connait quand il s’agit d’aider les amis sans jamais réfléchir à quel point ça peut la mener dans des situations impossibles avec encore et toujours le côté unique et loufoque qu’on lui connait.

Un seul petit reproche, Rosie est censée travailler au noir chez Tony et dans cette histoire, le flic Borelli est très souvent présent au Select. Un pif de flic qui ne sent pas le travail au noir, c’est pas le top.

Je dois avouer que je marque une nette préférence pour ce T4 des différentes aventures de l’amie Rosie.

Un ensemble toujours aussi pétillant,truculent et rocambolesque à souhait. Un T4 qui tient un rythme frénétique et surtout toutes ses promesses.Ah ce côté déjanté , qu’est-ce qu’on aime ça !

Un livre savoureux à mettre dans vos liseuses, une véritable réussite !

Une petite fille aux cheveux roux de Patrick Philippart

Résumé

En arrivant un matin au journal où il travaille, Dimitri Boizot découvre une enveloppe destinée à son rédacteur en chef. À l’intérieur, une lettre anonyme annonçant que son compagnon a été enlevé. Pour le revoir vivant, Étienne Drichon doit… tuer son propre père.
C’est le début d’une enquête au cours de laquelle Dimitri Boizot va devoir faire équipe avec son supérieur hiérarchique, avec qui il a toujours entretenu des rapports houleux.
Mais quelle peut être la relation entre ce chantage et la petite fille aux cheveux roux qui a fourni son titre à cette nouvelle aventure du journaliste Boizot ? C’est ce que le lecteur découvrira au terme d’une histoire haletante, qui met à nouveau en scène un journaliste attachant, qui a déjà conquis plus de 80.000 lecteurs, et dont les enquêtes sont toujours frappées du sceau de l’originalité.

Mon avis

Retrouver Dimitri Boizot et les autres personnages habituels ainsi que la plume de Patrick Philippart est toujours un plaisir dont je ne me prive jamais car je sais toujours à l’avance que des surprises seront au rendez-vous. Et une fois de plus je ne me suis pas trompée.

Je dois vous avouer que j’ai d’abord eu besoin d’une petite discussion avec Patrick Philippart avant d’écrire cette chronique car je ne voulais pas prendre le risque de fausser mes impressions qui se sont révélées justes.

Cette nouvelle enquête du journaliste auquel les lecteurs se sont habitués a de quoi surprendre dans son déroulé mais aussi au niveau des idées.

Du fait du démarrage de l’histoire dans laquelle j’ai eu du mal à rentrer, ma première impression a été que Patrick avait dû en baver pour l’écriture et l’organisation de la structure générale. J’ai senti également une prise de risques que l’auteur a voulu assumer avec obstination et entêtement.

On retrouve la même application à travailler le suspense, quel plaisir sur ce point là. L’habileté de l’auteur nous offre décidément toujours la même maitrise. Avec un bon rythme, cela ne peut que porter les lecteurs jusqu’à l’aboutissement qui en surprendra plus d’un(e).

Je regrette néanmoins que le côté journalistique de Dimitri Boizot soit un peu mis de côté pour cette intrigue ainsi que la présence réduite du frère du journaliste et des enquêteurs dont Vendroux. Mais l’arrivée de Boizot Jr compense en émotion.

Vous l’aurez compris, un léger manque d’enthousiasme de ma part pour Une petite fille aux cheveux roux qui ne restera sans doute pas parmi les meilleurs de l’auteur mais les afficionados ne passeront certes pas à côté.

Un bon polar à lire !