Tribune libre avec Patrick Delouvée

Aujourd’hui Agnès m’a passé les clés de son blog et il parait que je peux dire ce que je veux.
Alors, tout d’abord je voudrais la remercier, pour l’honneur qu’elle me fait et pour tous ses efforts pour promouvoir les auteurs indépendants.
Bon, attention quand même, car Agnès est tellement bienveillante avec nous qu’on a vite fait d’attraper la grosse tête et de croire qu’on est un grand auteur.
Cela dit, je ne sais pas si je serai à la hauteur d’Isabelle Rozenn-Mari qui m’a précédé dans cet exercice, mais je veux bien jouer le jeu… Alors allons-y !

Bonjour Patrick, bienvenue sur le blog. Pourrais-tu te présenter aux lecteurs ?
… Euh, l’exercice n’est pas facile. Heureusement, j’ai un peu préparé. Je crois que le mot qui me caractérise le mieux est « atypique ». Et cela dans tous les domaines.J’ai un côté très pratique, sérieux, avec les pieds sur terre mais je peux aussi être très fantaisiste comme l’atteste ma vie professionnelle diversifiée et pour le moins mouvementée.
En vrac, j’ai pu être selon les périodes… (à moins que ce ne soit dans mes vies antérieures) :
— Cadre dans l’industrie pharmaceutique,
— Détective déclaré auprès de la préfecture de Paris,
— Pharmacien d’officine,
— Gérant d’une épicerie fine où je vendais des grands vins, du saumon fumé ou des petits pois…
Et puis aussi, dans un tout autre genre :
— Juge dans un tribunal de commerce de la région parisienne.
Comme vous voyez, c’est éclectique !
L’un des avantages que j’en retire, c’est que cela me donne une expérience extrêmement riche et variée que je peux utiliser dans mes romans.
Cela signifie aussi que je suis ouvert à tout, que j’aime faire des expériences nouvelles et l’écriture en est un exemple.
Enfant, j’oubliais régulièrement mon cartable pour partir à l’école et mon père devait chaque jour me le rappeler.
Et puis durant ma scolarité, je rêvais au lieu d’écouter le professeur. À tel point que j’ai pris conscience en classe de seconde que je n’avais jamais écouté les cours… C’est vous dire s’il me restait du temps pour développer mon imaginaire !
Alors bien sûr, l’écriture m’a tenté très tôt mais la vie d’adulte m’a rapidement absorbé et mes quelques tentatives dans ce sens se sont vite retrouvées dans un tiroir.
C’est donc sur le tard, à l’heure de la retraite, que j’ai pu concrétiser cette envie avec mon premier roman policier : « Du sang sur le parquet ».
Et là, Agnès est arrivée, comme Zorro surgissant hors de la nuit. Elle m’a tiré vers la lumière, celle de son blog, pour me donner une visibilité que je n’attendais pas. D’ailleurs, je n’ai toujours pas compris comment elle fait pour aller pêcher les gens dans le néant, mais qu’elle en soit une fois encore remerciée.

En effet tout ça me paraît « atypique », comme tu dis. Peux-tu nous dire de quelle façon tu écris tes romans… Comment construis-tu ton intrigue ?
Là aussi, je suis peut-être atypique. En tout cas, je sais que certains auteurs font un plan structuré de leurs différents chapitres, rédigent une fiche de leurs personnages ou décident du dénouement avant d’écrire une seule ligne.
Moi, pas du tout, c’est plutôt le contraire.
Je pars d’un fait déclencheur. Exemple : dans mon deuxième roman « Sang complications », il s’agit d’un homme marié qui s’inscrit sur un site de rencontre.
À partir de là, comme je dis je tire des ficelles, c’est-à-dire que je mets mon personnage dans une certaine situation et j’étudie ensuite comment je pourrais justifier cette situation et comment le faire évoluer à partir de là. Et ainsi de fil en aiguille, l’histoire se construit, mes personnages commencent à exister. Je dirais même que je les découvre au fur et à mesure de l’écriture, en fonction de leur comportement, de leurs réactions pour sortir des situations dans lesquelles je les mets.
Autrement dit, je ne sais pas grand-chose de l’histoire quand je commence à écrire et au contraire, pour que les idées me viennent, il faut absolument que j’écrive même si cela peut être remanié par la suite.

Oui, c’est assez inattendu en effet. Parles-nous de tes livres, tu en as écrit trois, je crois.
Le tout premier « Du sang sur le parquet » raconte l’histoire d’un jeune homme que son grand-père envoie visiter une maison dont il vient d’hériter d’un oncle qu’il ne connaissait pas. Bien des surprises l’attendent et il se retrouve impliqué dans un meurtre, le tout pimenté par une histoire d’amour et bien sûr, des rebondissements et beaucoup de suspense.


Pour mon second roman, « Sang complications », j’ai expérimenté la narration à la première personne et au présent de l’indicatif. Cela donne un style très vivant et on a l’impression d’être dans la tête du personnage, mais il y a forcément des limitations car on ne peut décrire que ce que vit le personnage. J’ai d’ailleurs glissé quelques scènes où j’ai repris la narration à la troisième personne.
Comme je le disais plus haut, c’est l’histoire d’un homme marié dont le couple bat de l’aile et qui cherche à s’évader en s’inscrivant sur un site de rencontres. Ce faisant, il croit s’engager dans une relation « sans complications » comme le vante la publicité du site. La réalité sera bien différente. Il se retrouve embarqué dans une aventure qui met en péril sa vie professionnelle et familiale, et même sa vie tout court.
Bref, au vu des mésaventures qui arrivent au personnage principal au fil des rebondissements, on est très loin d’une relation sans complications.

C’est une enquête policière ?
Oui et non. Il y a bien des policiers qui font une enquête, mais c’est en parallèle avec ce que vit le héros qui mène sa propre enquête pour essayer de sortir du pétrin dans lequel il s’est mis.

Oui, j’ai remarqué que tu cherchais à te démarquer du schéma traditionnel où il y a un meurtre et une enquête policière pour découvrir l’assassin, je me trompe ?
Non, c’est tout à fait ça ! Je cherche à sortir des sentiers battus, j’essaie d’être original… Et peut-être encore atypique, finalement !
En tout cas, ce que je veux avant tout, c’est distraire mes lecteurs. En écrivant, je me mets à leur place en permanence pour m’assurer qu’ils ne s’ennuient pas. C’est la raison pour laquelle je fais peu de descriptions, je préfère laisser les lecteurs utiliser leur imaginaire : un livre n’est pas un film. Et je me concentre donc sur le suspense.

Tu viens de sortir ton troisième roman « Le noyé de la plage » qui s’annonce comme étant une enquête policière. C’est même dans le sous-titre. Serais-tu rentré dans le rang ?
Dans un certain sens, oui. Car il s’agit d’une enquête menée par un capitaine de police que j’envisage d’ailleurs de réutiliser dans d’autres livres. Mais toujours avec le souci de l’originalité, en évitant le déjà-vu et en restant attentif aux rebondissements et au suspense.
J’adore surprendre mes lecteurs et tout mettre en œuvre pour qu’ils ne découvrent pas la solution avant la dernière page.
Dans ce roman, on part d’un banal accident de voiture et de fil en aiguille, on finit par déterrer un cold case, qui donne bien du fil à retordre à mon héros, le capitaine Grégory Deval.
J’ai déjà des retours très positifs.

Parles-nous de tes passions.
Eh bien, comme je l’ai dit plus haut, je suis maintenant à la retraite mais toujours très occupé.
Je fais de la peinture depuis les années 80 avec des interruptions selon les priorités du moment.

Peinture à l’huile ?
Essentiellement oui, mais aussi de l’aquarelle et de l’acrylique.

Plutôt réaliste ou abstrait ?
Disons… réaliste : des paysages essentiellement, mais il m’arrive de m’essayer à l’abstrait.

D’autres passions ?
Oui, récemment je me suis mis à faire du théâtre. C’est une activité très complémentaire de l’écriture de livres. Là aussi, on fait travailler le cerveau et particulièrement la mémoire. Mais il n’y a pas que l’apprentissage des textes. Il faut surtout sortir de soi-même pour interpréter un personnage qui n’a rien à voir avec notre propre personnalité. Et là on quitte sa zone de confort, mais ça permet d’évoluer.

Quels sont tes projets… Un quatrième roman ?
Sûrement, mais comme je fais maintenant du théâtre, l’envie me démange d’écrire une pièce. J’y réfléchis depuis un certain temps. C’est un exercice très différent d’un roman et un nouveau challenge pour moi.

Dans quel genre ?
Oh pas des tragédies bien sûr, du théâtre de boulevard. Mais le comique est réputé difficile et il est trop tôt pour dire si ce projet aboutira.

Je vois que tu as toujours le cerveau en ébullition !
En effet, j’ai besoin d’une activité intellectuelle permanente, sinon je m’ennuie.

Ce sera le mot de la fin ?
Oui, il me reste à te rendre les clés du blog en te remerciant vivement de la confiance que tu m’as accordée.

Son site
Son Facebook
Son Twitter

Séance en vrac

Faisons un petit point littéraire en vrac histoire de vous apporter quelques idées de lecture.

Ma lecture en cours

Parmi les nombreuses et régulières promos en gratuit ce livre fût récemment parti de mes différents téléchargements. Un auteur que je découvre avec une histoire passionnante que je vous conseille

Mes dernières acquisitions

Pour rappel, mes acquisitions restent des téléchargements payés par mes soins ou des promos de livres payants ou gratuits souvent d’auteurs encore peu connus mais pas que car la cavalerie reste présente 😉

Fidèle de l’auteur, c’est sans surprise que son tout dernier roman a intégré ma liseuse.Une fois de plus, un résumé qui a de quoi attirer les lecteurs. N’hésitez pas à vous pencher dessus.

C’est inévitable de porter de l’intérêt à la nouvelle publication de Cédric Charles Antoine. Le résumé m’a fait saliver comme ses nombreux lecteurs. On parie que vous allez le télécharger ? Comme d’habitude, la cavalerie reste une priorité au niveau téléchargements lol.

La question ne se posait même pas pour l’auteur Patrick Delouvée dont sa dernière publication vient d’arriver. Chose que je fais rarement, j’ai découvert le résumé après mon téléchargement. Encore un polar qui promet du suspens !

Quel plaisir de retrouver l’amie Rosie Maldonne avec cette dernière publication de l’auteur Alice Quinn. L’environnement de l’histoire nous promet bien des surprises alors indispensable dans vos liseuses.

Une intégrale qui me faisait de l’œil depuis un moment et proposée en gratuit il y a quelques jours. Ce fut l’occasion de télécharger ces 4 romans ce qui me permettra aussi de découvrir son auteur. Un résumé qui vous engloutit facilement.

Mes pré-commandes

Aucune

Bons Plans

Pour ceux et celles appréciant les romances, ce livre est actuellement proposé gratuitement. Je trouve la cover vraiment superbe et au risque de vous surprendre, la romance n’étant pas du tout mon genre de lecture, eh bien le résumé m’a convaincue de télécharger le livre.

Informations

– J’aurai eu d’autres livres à intégrer à cet article mais je m’en suis abstenue car ils sont repassés à des prix exorbitants. Pas top pour les lecteurs et tant pis pour les auteurs !

– Dans les conditions actuelles de confinement que nous vivons tous, j’aimerais vous inviter à partager dans les commentaires vos idées d’occupation, divertissement, activité bref tout ce qui pourra peut-être en aider certains.

 

Disparus en mer de Lionel Camy

Résumé

Majoritaire sur la surface de notre planète, la mer exerce une fascination sur l’homme depuis la nuit des temps. Source de vie et de beauté, elle inspire également la crainte. À juste titre. Combien de navires, parfois massifs, se sont volatilisés avec leurs équipages entiers, sans laisser la moindre trace ? Les disparitions maritimes comptent parmi les plus mystérieuses qui soient. Au milieu de l’océan, personne ne vous voit disparaître. Qui sait vraiment ce qu’il peut vous y arriver ? Un capitaine de cargo qui s’évapore dans sa cabine, verrouillée de l’intérieur…Une série de pieds humains dans des chaussures repêchés sur la côte canadienne… Une nageuse emportée sur une plage, et qui réapparaît au même endroit, un an et demi plus tard…Des passagers de croisière dont on perd à jamais la trace…Plongeurs disparus. Bateaux fantômes. Lacs maudits. Paquebots hantés. Auteur spécialiste en disparitions mystérieuses, Lionel Camy vous raconte vingt histoires hors normes et totalement véridiques. Après avoir analysé pour vous ces affaires, souvent irrésolues, il passe en revue toutes les explications envisageables. Du triangle des Bermudes jusqu’aux profondeurs insondables de l’âme humaine, embarquez dans une croisière vers l’inconnu.

Mon avis

Je doute qu’il soit encore nécessaire de vous présenter l’auteur Lionel Camy et sa série Disparus. Le succès de ses précédentes publications m’a bien sûr incitée à me plonger dans ce nouvel environnement de disparitions en mer ce qui peut sembler original. Ces nombreuses histoires totalement véridiques permettent de découvrir une variété de cas nous réservant toutes des surprises.

Avec cette dernière publication, Lionel Camy auquel je reste fidèle nous offre une fois de plus un travail de haute volée avec une documentation extrême, des analyses de grande qualité et des réflexions très pertinentes. Le sens du détail reste très présent également.

L’environnement maritime dans lequel arrivent ces disparitions réduit les hypothèses possibles en comparaison de disparitions arrivant dans les environnements urbains ou ruraux.

Mais comme bien souvent à chacune de ces disparitions, plane le mystère avec beaucoup de questions sans réponses qui vous tiennent en haleine.

Pensons d’abord aux familles qui ont perdu des proches, j’imagine à quel point ça doit être perturbant pour eux de ne pas savoir.

Si je devais citer trois des histoires qui m’ont le plus marqué je dirais celle de Gordon Collins (n°9) qui entretient un mystère à tel point qu’on ne sait plus quoi en penser. Celle d’Amy Bradley (n°11) qui tout en étant la plus longue et importante disparition pourrait presque passer pour une disparition assez simple mais qui vous embrouille tant l’absence de preuves suffisamment crédibles laisse ses proches sans réponse. Celle de Kim Wall (n°20) dont on a tous entendu parlé et qui elle apporte des réponses.

On ne peut ignorer de telles disparitions alors je vous invite à la réflexion et à la lecture de cet ensemble bien travaillé qui une fois de plus fait dans la précision et la maitrise.

Je tenais à remercier Lionel pour l’envoi de son livre en version papier car non disponible en numérique.

Petite séance en vrac et en fête

Je vous propose de faire un petit point littéraire de ces dernières semaines côté liseuse et autre en ce jour de fête.

Ma lecture en cours

Fidèle de l’auteur Lionel Camy depuis ses débuts, il était inévitable de passer à côté de son dernier livre de sa série Disparus. Ces disparitions vous engloutissent littéralement et on ne peut ignorer de tels faits. A conseiller pour les fans de mystère.

Mes dernières acquisitions

Pour rappel, mes acquisitions restent des téléchargements payés par mes soins ou des promos de livres payants ou gratuits souvent d’auteurs encore peu connus mais pas que car la cavalerie reste présente 😉

Après avoir tant apprécié le précédent roman de l’auteur que je vous avais chroniqué ici, je me suis dépêché de télécharger le nouveau bébé d’Isabelle Buffet avec l’impatience de retrouver ses personnages principaux dans une nouvelle aventure. Indispensable dans vos liseuses !

Le dernier roman de Jérôme Dumont était tentant et je me suis empressé de le télécharger. Découvrir sa plume divine dans un autre genre était motivant. Je vous invite à vous pencher dessus car c’est idéal pour se faire du bien.

Parler d’un livre de Wendall Utroi est toute une histoire et son dernier roman se devait d’intégrer ma liseuse. J’ai hâte de m’y plonger car chacun de nous sait que l’auteur sait brillamment nous réserver de multiples surprises.

Après vous avoir présenté ici l’auteur qui m’a bluffé avec son précédent livre, c’est sans surprise que j’ai immédiatement acquis le nouveau roman d’Alexandre Hardoin, dernier poulain de la cavalerie. A surveiller de très près.

Mes pré-commandes

Aucune

Informations

– Bien que sans intérêt niveau genre, j’ai repéré un nouveau cas de livre au prix excessif que je m’empresse d’ajouter à l’article que vous connaissez maintenant. Être heureux de Romain Lamy, 114 pages  pour 7.99€ en numérique. Ce monsieur a vraiment besoin d’étudier le marché avant de replonger dedans et d’aide de la communauté de l’autoédition.

– Jour de fête aujourd’hui car je souffle les bougies de mes 54 ans

Le déshonneur des Montergnac d’Isabelle Buffet

Résumé

En décembre 2008, sur une île au large de Brest, Édouard Montergnac, un richissime vieillard, réunit sa famille et quelques amis dans le manoir familial.Charlotte Valentin, une amie de Suzie, la fille aînée d’Édouard, fait partie des invités. Entre les anciennes épouses, les enfants de différents lits, le frère jumeau ou un couple d’amis inconnus de la famille, elle découvre une horde d’héritiers cupides, soumise à la tyrannie d’un patriarche en fin de vie.Au cours du dîner, Édouard va révéler, avec un plaisir sadique, la raison pour laquelle il a décidé de tous les réunir, provoquant alors la colère et le désarroi de sa famille.Tandis que souffle une violente tempête, interdisant à quiconque de rejoindre ou de quitter l’île, un des occupants du manoir est retrouvé mort au petit matin, assassiné.Dans ce huis clos, hommage discret à la grande Agatha Christie, Charlotte, ancien officier de gendarmerie, va mener sa propre enquête en attendant l’arrivée de la police.Pour comprendre les raisons qui ont conduit à ce crime, elle devra plonger au cœur du sombre passé de la famille Montergnac.

Mon avis

J’ai découvert l’auteur Isabelle Buffet lors d’une promo et le résumé de ce livre ainsi que la cover m’ont de suite attirée. Comme quoi les promos sont bien souvent l’occasion de faire de jolies découvertes.

Isabelle nous offre avec ce premier roman un huis clos familial avec cette intrigue de qualité et nous permet de faire connaissance avec ses personnages dont Charlotte en nous réservant certaines surprises.

Dès le début de l’histoire, on sent un travail d’écriture soigné qui fait son effet sur les lecteurs ce qui est toujours une bonne surprise lors d’un premier roman.

On ne se rend pas compte qu’on rentre dans une véritable partie de Cluedo de laquelle l’auteur va user et abuser pour mieux manipuler ses lecteurs.

A partir du moment où tout le monde est suspect, on se retrouve avec un suspense qui va crescendo et des tas de fausses pistes dans une ambiance indescriptible avec de nombreux rebondissements.

Isabelle a su nous proposer un ton parfait en faisant dans la simplicité sans chercher à en faire plus et c’est là que l’on s’aperçoit de son excellence à venir dans ses prochaines publications.

Un livre passionnant et captivant qui saura convaincre ses lecteurs.

Néanmoins cette histoire reste longue  voir très longue à démarrer ce qui est une prise de risque pour l’auteur car certains lecteurs potentiellement impatients pourraient abandonner.

Un roman qui offre un excellent moment de lecture et qu’il serait dommage de manquer.

Bravo à l’auteur et rendez-vous est pris pour la suite des aventures de Charlotte.

Meilleurs vœux à tous les lecteurs du blog

Le blog vous présente ses meilleurs vœux pour cette année 2020 qui débute. Je vous souhaite naturellement que cette nouvelle année vous soit à tous la plus douce possible et riche en actualités souriantes.

Je  profite de ces vœux pour vous remercier de votre fidélité à Destination Passions.

Je vous souhaite, ainsi qu’à vos proches, une excellente année 2020 riche en projets satisfaisants ainsi que tout ce que vous pouvez espérer.

Avec une pensée pour nos soldats en mission, les personnes dans la solitude, hospitalisées, handicapées.

 

Promenade en Forêt d’Alexandre Hardoin

Résumé

Pierre n’avait aucune idée de la nuit qu’il allait passer, ce soir-là. Il s’était rendu non loin du petit village de Gourdon, dans le sud-ouest de la France afin de rendre visite aux parents de Christine, sa petite-amie. Le but de cette visite ? Demander la bénédiction de son beau-père pour leur projet de mariage.

Oui, c’était vieux jeu et l’idée lui paraissait tout bonnement impensable au 21ème siècle. Mais le jeune homme ne s’en souciait pas plus que ça. Il était cependant loin d’imaginer dans quoi il allait mettre les pieds. Le jeune couple allait vivre une soirée qu’il n’oublierait pas de sitôt.

Mon avis

J’ai découvert Alexandre Hardoin à l’occasion d’une promo de son livre et je dois dire que le résumé a non seulement fait tilt et m’a rendu curieuse de découvrir cette histoire tout en me disant que ce livre était fait pour moi. Je ne savais pas encore dans quoi je m’engageais…..

Face à un auteur inconnu, que me réservait ce court livre ? Quelles seraient les surprises ?

Après une courte introduction, on accède très vite au premier chapitre de l’histoire qui démarre tambour battant.

Dès le début j’avais déjà une première impression très positive. Ça promettait!

En avançant dans le texte, j’ai découvert une plume pleine d’assurance déjà bien acérée qui donnait une idée du travail de l’auteur qui aime aller droit au but, ça se sent terriblement.

L’histoire est rondement menée avec un suspense allant crescendo, des personnages intéressants et sur lesquels l’auteur a affuté sa plume de manière à bien les exploiter.

On sent un bon ton où chaque mot sont sérieusement pesés et réfléchis ce qui donne presque l’impression qu’Alexandre a voulu faire dans la facilité pour lui mais alors quel résultat !

Une histoire angoissante et intense, pleine de rebondissements et qui montre parfaitement la maitrise de l’auteur tout en jouant diablement bien avec les émotions des lecteurs.

Alexandre Hardoin est promis à faire des éclats dans ses prochaines publications et on compte sur lui car ce roman est déjà une véritable carte d’identité littéraire frappante.

Un véritable coup de cœur pour ce  livre et pour la plume d’Alexandre que je vous invite à télécharger au plus vite en cliquant sur la cover.

Une véritable réussite alors bonne lecture !


L’auteur

 

Chacun le sait, j’ouvre rarement les portes de Destination Passions à un auteur inconnu. Mais là je tenais à vous présenter Alexandre car le blog sera désormais derrière lui. La cavalerie s’agrandit lol.

Concernant les infos en ma possession, c’est donc un garçon qui a commencé à écrire il y a une bonne dizaine d’années mais n’avait jamais réussi à finir une œuvre complète par absence de méthode et d’expérience.

Alexandre n’est pas auteur à temps plein mais travaille comme rédacteur web depuis plusieurs années ce qui dans un sens lui a permis d’affûter sa plume.

L’auteur m’a confié qu’il essayait toujours d’aller droit à l’essentiel ,de faire passer les émotions qu’il veut faire passer au lecteur de la façon la plus efficace.

Il évite les tournures de phrases trop ambiguës ou d’utiliser un vocabulaire trop soutenu qui pourrait perdre le lecteur et mettre une barrière à l’immersion. Avec « Promenade en forêt » et « Camp Azure« , il a voulu écrire un livre populaire, accessible à tous et sans prétention, si ce n’est faire passer un agréable moment au lecteur.

A signaler, la sortie de son nouveau livre Camp Azure, il y a quelques jours.

Ses influences sont principalement Stephen King du côté anglophone et Maxime Chattam en France.

En genre il est plutôt horreur/thriller avec un penchant pour la science-fiction également. Isaac Azimov, George Orwell et Pierre Boule sont des auteurs qu’il affectionne tout particulièrement.

Son Twitter

Son Facebook