L’Emprise de Sandrine Colmet : le choc !

Résumé

Julie, la trentaine, s’occupe de son père gravement malade, mettant sa vie sentimentale de côté. Épanouie dans son travail de serveuse, dans un restaurant typique alsacien, elle mène une vie sans histoires. Un jour elle rencontre Cédric, un charmant gendarme. Si au début celui-ci se montre sous son meilleur jour, rapidement, Julie va découvrir le véritable visage de son petit ami…
Entre mensonges, manipulations, violences et trahisons, vous allez plonger dans un roman sombre, noir et profondément dérangeant qui va vous mener directement aux portes de l’enfer…

Mon avis

L’Emprise qui a été pour moi l’occasion d’en découvrir son auteure Sandrine Colmet m’a  mise en difficulté  pour écrire cette chronique et vous comprendrez pourquoi au terme de cet article.

L’histoire s’ouvre sur une ambiance d’un quotidien tristounet pour Julie avec laquelle on fait connaissance et qui touche d’entrée de jeu les émotions des lecteurs. Un démarrage en douceur si je puis dire dont il est conseillé de profiter car on est loin de savoir ce qui nous attend plus loin dans le livre.

Ce qui frappe d’emblée dans l’Emprise est  la densité. Le livre ne se dévore pas, il se déguste.

Je reste autant surprise et impressionnée par l’histoire que par la qualité d’écriture de Sandrine Colmet.

Le point fort de ce livre est qu’il vous surprendra toujours. Entre les multiples rebondissements, évènements, changements de lieux, les nombreux personnages, leur psychologie, un rythme hallucinant vous n’allez pas voir le temps passer et que d’actions !

Il est presque inutile de parler du suspense tant celui-ci est géré brillamment et joue sur l’intensité de l’action.

Sachant que ce n’est que le deuxième roman de l’auteure, on découvre tout son potentiel et son talent à gérer une histoire d’une telle intensité et profondeur. Elle fait preuve d’un total contrôle et d’une maitrise assurée.

Un livre dans lequel on ne cesse de compter les cadavres, un vrai carnage. Et devant autant de faits, on se retrouve face à une histoire d’une envergure impressionnante qui aborde un thème malheureusement d’actualité.

L’ambiance générale est tellement intense et l’action présente que par moment j’ai même eu la sensation d’y trouver des points communs avec le best seller Au-Delà du Mal de Shane Stevens.

Une lecture choc !

C’est la deuxième fois qu’un livre auto-édité me provoque une telle impression. Et c’est tout simplement le meilleur que j’ai lu en 2020 qui restera dans mes meilleurs souvenirs littéraires. Une auteure à suivre.

Un livre qui s’impose !

 

De vous à moi, une occasion à saisir

Après deux articles de questions réponses vous ayant permis de m’interroger tant sur le plan littéraire/personnel/le blog , articles que vous aviez aimé me semble-t-il  d’après vos petits messages, voici une nouvelle évolution de l’exercice tant pour vous que pour moi.

Les blogs sont nombreux sur la blogosphère et dans de multiples domaines mais j’ai peu souvent vu sur l’un deux le rendez-vous que je vous proposerai désormais régulièrement une fois par mois au sein d’une nouvelle rubrique nommée « de vous à moi ».

Quelles que soient les pages, les lecteurs peuvent y être tous aussi nombreux entre les fidèles, les réguliers et les occasionnels mais tous peuvent avoir besoin à un moment ou à un autre de savoir quelque chose sur le contenu du blog, le blog en lui-même ou le blogueur ou la blogueuse afin de mieux connaitre l’endroit qu’il fréquente ou découvre.

L’occasion vous est donc donnée de me poser dans les commentaires toutes les questions que vous souhaitez à propos du blog, de son contenu, de mes méthodes de travail, de ma philosophie, mes lectures , la littérature ou culture en général mais aussi des questions d’ordre personnel pour les lecteurs plus occasionnels voir contacts récents sur Facebook afin de mieux me connaitre.

Je tâcherai d’y répondre honnêtement et en toute transparence afin de vous apporter le plus de clairvoyance possible.

Je m’octroie tout de même un joker en cas de nécessité ou le fait d’une réponse par voix privée ce qui sera précisé.

Le but de cette initiative est que vous ne restiez pas sans réponse à vos potentielles questions.

N’hésitez pas, je vous attends !

Séance en vrac ensoleillée

Un article en ce jeudi ensoleillé histoire de faire le point ensemble côté liseuse, acquisitions et autres…..

Lecture en cours

Un livre qui était en attente depuis un certain temps dans ma liseuse d’une auteure oh combien sympathique. Un roman avec déjà une première impression extrêmement positive. Je ne peux que vous inciter à vous pencher dessus car le pitch est plus que convaincant.

Mes dernières acquisitions

Simple rappel pour les nouveaux abonnés et contacts: les acquisitions restent des téléchargements payés par mes soins, les services presse étant exclus du fonctionnement du blog contrairement à de trop nombreux blogs littéraires réclamant sans cesse des livres brochés. Lorsque mes moyens ne me permettent pas d’acquérir un livre, j’en avertis honnêtement et par voix privée les auteurs concernés comme récemment d’ailleurs.

Une auteure découverte il y a peu avec son roman Trop Belle Pour Mourir que je vous ai chroniqué. Une plume tellement talentueuse et convaincante que dans la foulée, j’ai immédiatement téléchargé deux autres livres d’Olivia Jones.

Le genre de recueil qui ne peut que me mettre l’eau à la bouche quand vous connaissez bien mes genres de lecture. Un collectif d’auteurs pour des nouvelles qui je n’en doute pas feront l’unanimité. Impossible à contourner car soutenant le salon de Longperrier.

Une auteure découverte récemment avec son roman Séparés une pure merveille que je vous avais chroniqué. J’étais tellement enthousiasmée du style d’Élodie que sans attendre, j’ai donc téléchargé son tout dernier roman que je vous conseille vraiment.

Voici le second livre téléchargé d’Olivia Jones avec un pitch canon qui a de quoi attirer de nombreux lecteurs. Ne vous en privez pas !

Mes pré-commandes

Aucune cette fois-ci

Bons Plans

Quelques exemples de promos numériques et autres à ne pas manquer car c’est toujours l’occasion d’acquisitions de qualité à prix mini voir gratuit.

L’auteure et amie Christelle Morize propose trois de ses romans à prix mini jusqu’au 20 septembre. Et pourquoi pas commencer à faire quelques réserves pour les soirées d’automne ? Allez go go go !!!

L’auteur Philippe Saimbert dont je reste une fidèle propose son premier succès en promo à 0,99€. Un roman joyeux plein humour dans cette histoire d’héritage jouant terriblement avec les lecteurs. Parmi mes meilleurs souvenirs littéraires , un livre idéal pour se divertir !

Une nouvelle d’anticipation de l’auteur Olivier Saraja spécialisé en SF.  L’appétit des Ombres reste un ouvrage réussi de qualité avec un apport suffisant pour convaincre. De nombreux autres livres sont apparus depuis……..cette nouvelle étant proposée gratuitement mais attention au lien sur la cover, sur la page de son éditeur aux Éditions du 38. L’occasion de découvrir cette plume de talent pour la SF.

L’auteur Florian Dennisson que je lis régulièrement vous offre gratuitement en cette rentrée l’intégrale de sa saga thriller Machinations à ajouter dans vos liseuses. Une excellente histoire avec frissons garantis desquels ne pas se priver !!

Divers

-Ne pouvant pas être au courant de toutes les promos,je vous invite amis auteurs à me les signaler régulièrement par voix privée.

-Petit rappel pour ceux qui n’y sont pas encore habitués, les liens pour les livres dans chaque article se trouvent sur les covers et mènent directement à la page correspondante sur Amazon, les rares exceptions seront toujours signalées.

-Merci encore à tous pour votre gentillesse, votre confiance, votre fidélité , votre complicité et votre amitié ainsi que vos RT, likes, partages, commentaires, coups de téléphone, gentils messages, emails…..

 

Trop Belle Pour Mourir d’Olivia Jones

Résumé

Une jeune fille de vingt ans, Morgane, disparaît en Bretagne sans laisser de traces, au milieu des années 60.
Quarante ans plus tard, Laura, jeune veuve perturbée par des cauchemars récurrents, reçoit en héritage la maison dans laquelle Morgane a vécu. Contre l’avis de sa mère, elle décide de s’y installer. Cette maison recèle bien des mystères que la jeune femme s’efforcera de résoudre.
Au fil des mois, un lien inexplicable se tisse entre Laura et la jeune disparue.
Qu’ont-elles en commun ? Pourquoi les cauchemars de Laura se sont-ils intensifiés depuis son installation dans la magnifique chaumière ? Et que cache Jeanne, la mère de la jeune veuve ?
Les réponses dévoileront un secret déchirant, dont personne ne sortira indemne.

Mon avis

J’ai eu l’occasion de découvrir Olivia Jones lors d’une promo de son livre. Commencé un soir, fini le lendemain soir, c’est dire si ce roman se lit bien !

Une histoire relatant de multiples secrets de famille n’amenant à aucun ennui quand c’est traité avec autant d’efficacité comme parfois dans certains bons polars et qui donne une première impression très positive. Ça promettait !

L’auteure s’attache ici à mettre en avant une intrigue à multiples rebondissements qui rendent l’ouvrage impossible à lâcher une fois commencé. On peut presque parler d’une prise d’otage des lecteurs.

Olivia Jones nous offre beaucoup de très bonnes choses comme un rythme soutenu tout au long du livre, un suspense diablement bien exploité du début à la fin et une structure générale excellente.

En clair, il y a des idées, de la matière et une maitrise parfaite. Tout est dans le contrôle.

La psychologie des personnages est exploitée de manière complète, la densité est là et c’est sans doute le facteur qui joue le plus sur l’ambiance générale.

Trop Belle Pour Mourir reste un roman parfait pour passer un très bon moment de lecture. Le genre de livre dans lequel j’aime me plonger tant l’histoire reste passionnante, haletante et tout simplement envoûtante.

Des moments de lecture comme ça j’en redemande !

 

Séparés d’Élodie Koenigshoven

Résumé

Une lettre anonyme. Une photo. Un secret inavouable.

Alex, expatrié en Allemagne depuis dix ans, se voit contraint de rentrer en France dans son village natal de Marboué pour l’enterrement de sa mère, avec qui il n’avait plus de contact. Au même moment, Nathalie, son amie d’enfance qu’il n’a pas revue depuis le lycée, reçoit une étrange lettre anonyme accompagnée d’une photographie datant de 1951. Sur le cliché, trois enfants : le père d’Alex, et deux inconnus.

Pourquoi cette lettre ? Et qui sont ces enfants que personne ne semble connaître ?

Réunis par des événements qui les dépassent, les deux amis vont tenter de trouver des réponses. Mais ce qu’ils s’apprêtent à découvrir est bien loin de tout ce qu’ils auraient pu imaginer…

A travers les mystères et les silences, ce roman voyage dans le temps et l’histoire pour nous emporter vers les méandres d’un passé familial sombre et inextricable.

Mon avis

Certains/nes pourront penser que les chroniques se font un petit peu moins régulières sur le blog. Je leur répondrai que c’est voulu dans le soucis de ne pas rentrer dans une accumulation de contenu mais donner la priorité à des auteurs de qualité.

Séparés qui était le premier roman d’Élodie Koenigshoven mais ayant déjà deux ans a débarqué dans ma liseuse récemment. Le thème abordé dans cette histoire promettait et c’est sans attendre que je me suis précipité sur cette lecture.

Le sujet est bâti autour de nombreux secrets de famille, suffisant pour que les pages se tournent à toute vitesse. Une histoire passionnante et touchante dont les premières pages suffisent déjà à tomber dans le bain et faire le lien entre les lieux et les personnages.

On sent véritablement dès le démarrage de l’histoire un parfait contrôle de l’auteure avançant dans la précision et le détail. Un premier bon point à noter car le ressenti des lecteurs/lectrices doit s’enclencher.

En avançant dans l’histoire, on accumule les nombreux rebondissements, énigmes et suspense pour notre plus grand plaisir.

On s’aperçoit à quel point l’écriture d’Élodie reste très soignée et appliquée, toujours dans le contrôle comme je le disais au début de cette chronique.

L’histoire fait aussi ressortir un côté tendre avec un rythme dynamique adapté pour finir captivé tant ces nombreux secrets de famille évoluent et jouent sur l’ambiance générale au fur à mesure.

Un livre qui marque et identifie un style prometteur et une auteure qui a su faire de son premier roman une vraie réussite.

A mettre dans vos liseuses.

Et pour info, toujours en promo à 0,99€

Séance en vrac de milieu de semaine…..

Un petit billet en ce mercredi chaud mais qui ne battra pas le record annoncé de ce vendredi à venir pour faire le point côté liseuse, acquisitions, infos etc….

Dernières acquisitions

Fidèle de l’auteur, c’est sans surprise que son tout dernier roman sorti il y a quelques jours a intégré la liseuse. Une fois de plus, un résumé qui a de quoi attirer les lecteurs. De par sa plume, Cetro réussit à aimanter les lecteurs et lectrices. Un indispensable !

Une auteure découverte avec Rien d’Autre que La Vie que j’ai appris à apprécier livre après livre et à laquelle je reviens toujours. Ce petit dernier sorti il y a quelques jours ne fait pas exception à la règle et pose une question essentielle. Chose suffisante pour déclencher un impact côté lecteurs. A ne pas manquer.

Les lecteurs de Cédric Charles Antoine le savent , l’auteur marque avec une inspiration bouillonnante et sait se montrer enrichissant. Cette dernière publication est à mettre dans votre liseuse.

Fidèle de l’auteure depuis de nombreuses années, sa trilogie de polars historiques se passant à Cannes à la belle-époque est actuellement sous le coup d’une promotion jusqu’à mi-août. Celui-ci était le seul encore absent de la liseuse.

Une auteur que je vais découvrir et dont le mystère planant dans le résumé de l’histoire a fait tilt. Un livre qui a fait l’office d’une promo il y a quelques jours. Très intéressant pour vous faire cliquer.

Une nouvelle tranchante dans le genre thriller d’un auteur qui me reste à découvrir également avec ses autres romans. Proposée actuellement en gratuit. Alors n’hésitez pas ! Merci Thierry pour ton contact  😉

Pré-commandes

Aucune pour cette fois-ci

Informations

– Suite au lancement récent de la page Facebook du blog, je tenais à remercier chacun de vous d’avoir rejoint cette nouvelle aventure. Merci pour vos invitations, avoir répondu favorablement aux miennes ainsi que pour vos gentils messages sur Messenger, likes, coms.

Quelques petits rappels pour les nouveaux contacts sur Facebook

– En cliquant sur les covers, vous serez redirigés sur Amazon à la page des livres correspondants.

– Lorsque je parle d’acquisition, il est question de téléchargement payé par mes soins puisque les services presse ne font pas partie de la philosophie du blog.

– Le blog étant orienté polars – thrillers, tout contact ou abonnement pour de la romance, poésie, SF, érotisme…. reste sans espoir de visibilité ni intérêt de ma part.

Bonne lecture !

Opération bon plan en compagnie d’Alice Quinn

Il n’est pas forcément nécessaire d’avoir un véritable listing de livres ou divers articles pour dresser un bon plan.

L’auteure et amie Alice Quinn vient de lancer la promo de sa trilogie de polars historiques se passant à Cannes à la belle-époque.

Chacun des 3 tomes vous est proposé à 0,99€ de mi-juillet à mi-août.

Liens Amazon indiqués ci-dessous ou en cliquant sur les covers

Tome 1

Tome 2

Tome 3

N’hésitez pas à découvrir l’article réservé à cette promo en cliquant sur l’image de début.

Aucune raison de se priver d’une trilogie qui a su faire l’impact prévisible avec la plume de son auteure.

L’heure est venue d’organiser votre été et de remplir votre liseuse.

Bonne lecture !

Ah, les réseaux sociaux, un grand classique……

Comme le titre le dit si bien, les réseaux sociaux restent un grand classique comme sujet sur le web.

Après une dizaine de jours depuis l’arrivée d’une page sur Facebook, je voulais dresser un premier bilan avec vous. Mais faisons d’abord une petite marche arrière.

Lorsque l’aventure du blog a démarré en 2012, j’étais assez réservée en ce qui concerne les réseaux sociaux. Et bien que ne m’en préoccupant pas plus que ça, le fait que ce genre de communication prenne un tel essor avec les années était une forme de pression quoi qu’on dise.

Il aura fallu 2 ans au blog pour finalement arriver en 2014 sur Twitter où l’utilité de ce genre de fonctionnement niveau intérêts de chacun et communication   semblait évident. Depuis un compte perso qui le reste y a été ouvert également.

Régulièrement, le sujet Facebook revenait lors de discussions car je m’y suis toujours montré allergique et pour lequel je ne montrai aucune motivation ni nécessité.

Mais dans le cadre de parfaire l’orientation des activités du blog , une réflexion s’est imposé à ce sujet. Et l’un d’entre vous a eu lors d’une discussion des paroles qui ont fait tilt. En plus de raisons personnelles,tout cela a suffit pour faire en sorte que soit lancée la page en question. Il aura quand même fallu 8 ans pour cela.

J’ai d’abord tenté une page communautaire en tant que blog mais voulant conserver une petite marge personnelle, j’ai finalement opté pour un compte perso polyvalent. Le côté consacré au blog et ses activités mais aussi parfois des petits partages ou infos sans lien avec la littérature. Il faudra donc vous y habituer.

Le plaisir d’y retrouver les amis ainsi que presque tous les petits camarades reste sympathique et permet d’élargir le champ d’action et de communication.

Pour le côté personnel, cela a été aussi l’occasion de retrouver deux personnes importantes ainsi que de rester en contact avec une en local.

Sinon pour l’aspect purement technique, Facebook offre davantage d’opportunités tant de personnalisation, de communication et de paramétrages. C’est beaucoup plus vaste et ça bouge beaucoup contrairement à Twitter ce qui joue sur l’intérêt. Néanmoins, Destination Passions est et reste un petit espace intime qui ouvre rarement ses portes et préférant privilégier la qualité d’auteurs plutôt que la quantité de contenu.

Je tiens néanmoins à rappeler que le blog reste orienté polars et thrillers.  Tout contact en dehors de ces genres là reste possible mais inutile d’avoir le moindre espoir de visibilité et de lecture.

Je sais que parmi vous, il y en a qui restent allergiques aux réseaux sociaux et c’est une chose que je conçois l’ayant été moi-même. Après avoir trouvé le rythme de croisière nécessaire, un léger éloignement sera nécessaire afin de ne pas rentrer dans la dépendance ni les côtés négatifs des réseaux. Et le travail n’attend pas ni les lectures lol.

Bref, un bilan positif apportant déjà une certaine satisfaction. Le temps fera son œuvre….

Merci à JB, Caroline et Steve 🙂

Merci à tous d’avoir rejoint cette nouvelle aventure, vous restez les bienvenus.

Au plaisir de se croiser voir de discuter sur messenger

Bons Plans en ce début d’été

En ce début d’été, voici quelques bons plans pour vous accompagner lors de vos vacances.

Une voiture quitte la route et tombe en contrebas après quelques tonneaux.Un banal accident de la circulation ?… Sauf que :
Le conducteur n’a pas de papiers sur lui…
Des mains mystérieuses le sortent de la voiture avant qu’elle ne brûle…
Personne ne signale sa disparition…
Alors, qui est-il et que s’est-il passé ?
Et s’il y avait un rapport avec le noyé retrouvé sur la plage, quelques années plus tôt ?
Grégory Deval, le capitaine chargé de l’enquête, a du pain sur la planche.
Il doit aussi se reconstruire après un drame personnel.
Pourra-t-il tout mener de front ? Saura-t-il démêler le vrai du faux ?
Bien des surprises l’attendent, au fil des rebondissements.

Patrick Delouvée vous propose gratuitement son tout dernier roman « Le Noyé de La Plage » du 1er au 5 Juillet. L’occasion de découvrir un polar et une enquête riches en rebondissements et une plume. A mettre absolument dans votre liseuse !

Une jeune femme se ressource dans sa maison de campagne. Brillante ingénieure, la vie lui a toujours souri. Pourtant, elle va bientôt être assassinée…

Son corps est retrouvé dans les eaux glaciales d’un étang à l’orée des Ardennes. Fait étrange, elle était revenue d’un voyage à Kinshasa sans prévenir son mari ni ses proches. Pourquoi ?

Les seuls indices sont un échantillon d’un minerai précieux retrouvé dans sa valise, une cabane près de la scène de crime qui semble avoir abrité un mystérieux inconnu, ainsi qu’un témoin qui a vu rôder des étrangers et les entendre parler de… Mercure Rouge.

Fin connaisseur de ses terres et de ses habitants, Rémi Pirson se lance dans cette enquête complexe où soupçons, rumeurs et médias s’en donnent à cœur joie.

Saura-t-il déterrer tous les secrets inavouables pour trouver la vérité, même si elle s’avère pire que tout ?

Le dernier roman de Valérie Lieko « Mercure Rouge » fait partie des promos de Juillet sur Amazon et est proposé à 1,49€. Pas de quoi se priver d’un livre qui a tout pour attirer les lecteurs.

Un Saint-Politain cède son commerce lorsque l’âge de la retraite sonne. Cette oisiveté l’ennuie malgré le soutien indéfectible et l’humour de son meilleur ami. Toujours célibataire, il tente de courtiser la gent féminine. Au fil des rencontres, il constatera à quel point sa sagesse peine face au jeunisme dominant. Des événements imprévus, tantôt le desserviront, tantôt le révéleront en véritable héros du quotidien, lui offrant des perspectives d’avenir.

Ce petit rappel pour ceux et celles ayant manqué l’info, le roman ‘La Sagesse pour Appât » de Mickaël Paitel est disponible gratuitement. L’occasion de découvrir une plume pleine  de sensibilité.

Petit rappel : redirection sur Amazon en cliquant sur les covers

Bonne lecture !

Tribune Libre avec Aymeric Janier

Aujourd’hui, je réponds à l’aimable invitation d’Agnès, qui m’a temporairement laissé les rênes de son blog, « Destination Passions », pour vous parler de mon parcours, de mes goûts (littéraires) et de mon premier roman, « L’Étoile d’Orion », paru en septembre 2019, aux éditions Beta Publisher.

Je la remercie de cet honneur, et j’espère que cette tribune libre – ou plutôt cette tribune livre – vous donnera envie de découvrir mes écrits

Bonjour Aymeric. Pourrais-tu en guise de préambule,te présenter en quelques mots ?

Bonjour à toutes et à tous. Je m’appelle Aymeric Janier. J’ai 39 ans et je travaille comme éditeur au journal « Le Monde ». Éditeur, me direz-vous, en quoi cela consiste-t-il ? Eh bien, cela signifie que mon rôle est de relire les articles de mes collègues, de vérifier les informations qu’ils contiennent et, le cas échéant, de réécrire, voire de couper certains passages. L’objectif est de m’assurer que le contenu soit intelligible pour le lecteur, quels que soient le sujet traité et l’angle choisi. C’est un métier exigeant, car il faut être à la fois rapide, rigoureux et très organisé.

Avant de rejoindre le milieu de la presse, en 2006, j’ai suivi un cursus de langues étrangères, ce qui m’a permis d’étudier successivement au Royaume-Uni et en Allemagne. Féru d’Histoire et de géopolitique, deux univers qui recèlent leur part de mystère, je suis aussi un grand lecteur. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé, très tôt, à prendre la plume. Après avoir lu tant de belles histoires, je voulais écrire la mienne.

Justement, de quoi parle « L’Étoile d’Orion » ? 

Ce roman met en scène une organisation secrète, SPECTRE, créée aux États-Unis en réaction à un incident survenu le 20 janvier 1986. Cette structure fantôme a vocation à éliminer les menaces extérieures. Du moins, en théorie. Trois individus, que rien ne prédestinait à se rencontrer (et, a fortiori, à s’unir), vont l’apprendre à leurs dépens. Le titre fait référence à Orion, chasseur géant de la mythologie grecque qui était réputé pour sa beauté et sa violence. Pourquoi ? Parce que, dans mon récit aussi, il est question de traque, de beauté et de violence…

Comment est née l’idée de ce livre ? Peux-tu retracer brièvement sa genèse ? 

La géopolitique est un univers qui m’attire depuis longtemps. Elle offre de nombreuses clés de compréhension du monde, et un domaine d’exploration presque infini. J’ai d’abord créé un blog, « Relations internationales : États critiques », pour aborder certaines thématiques relativement négligées par la presse dite traditionnelle.

Puis je me suis dit que j’avais envie d’aller plus loin, de tisser une intrigue qui aurait la géopolitique pour toile de fond. Restait à trouver une « porte d’entrée » originale, qui me permettrait d’écrire une histoire sortant des sentiers battus, sans pour autant rebuter le lecteur. J’ai alors décidé d’ancrer mon récit dans les années 1980, car, sur le plan des relations internationales, c’est une décennie très riche, marquée notamment par la chute des régimes communistes en Europe de l’Est (et, ipso facto, la fin de la guerre froide).

L’écriture de ce livre t’a-t-elle pris beaucoup de temps ? 

Oui, j’y ai consacré plusieurs années, car ce roman a nécessité des recherches très approfondies, notamment sur l’aspect militaro-stratégique de la guerre entre l’URSS et l’Afghanistan. Lorsque l’on touche à un sujet historique, quel qu’il soit, il ne faut rien laisser au hasard. Tout doit être solide, sans quoi la structure même du récit peut s’effondrer. Si j’ai choisi la fin de la guerre froide comme cadre à ce livre, c’est parce qu’à mes yeux, elle symbolise un tournant majeur. À partir de là, une nouvelle ère s’ouvre, plus incertaine, plus instable aussi.

Ton métier de journaliste a-t-il eu une incidence sur ta manière d’écrire ? 

Oui, bien sûr, mon activité de journaliste m’a grandement influencé, ne serait-ce que dans le choix des mots et au niveau du style. Mais la grande différence est que, dans mon métier, il y a un cadre et des normes très strictes à respecter. Nous nous appuyons sur des faits, et rien que des faits. La fiction, elle, offre un champ de possibilités beaucoup plus vaste, que l’on peut faire fructifier à loisir.

Avec « L’Étoile d’Orion », j’ai jeté un pont entre ces deux formes d’écriture, avec une part de vérité, mais aussi d’imaginaire. Un bon compromis, finalement. Je voulais pousser le lecteur à s’interroger : cela s’est-il vraiment passé et, si ce n’est pas le cas, les choses auraient-elles pu se dérouler ainsi ?

Ton livre se situe au carrefour de la géopolitique, de la diplomatie, mais aussi de l’espionnage. Pourquoi ?

Le milieu trouble des agents secrets exerce sur moi une curieuse fascination. Peut-être parce qu’il fait naître, comme chez tout un chacun, son lot de fantasmes et d’interrogations. Par définition, l’inconnu a toujours tendance à nous attirer, même si, au fond, nous le craignons. En tant que lecteur, mais aussi en ma qualité d’auteur, je me suis nourri des écrits de Tom Clancy, Robert Ludlum et John Le Carré, les maîtres du genre.

Quels sont les auteurs qui t’ont donné le goût de l’écriture ? 

Il y en a plusieurs, mais je citerai, entre autres, George Orwell, Jack London et Aldous Huxley. Tous les trois ont, à leur façon, su me séduire par leur plume, leur sens du récit et le côté avant-gardiste de leurs romans. Parmi les auteurs plus récents, j’ai une prédilection pour Stephen King, Ken Follett et Elizabeth George – de formidables conteurs qui maîtrisent à merveille l’art du suspense et du rebondissement.

Revenons à ton roman. A-t-il quelque chose qui le différencie des autres ?

Oui, il est agrémenté de « contenus additionnels », à savoir des QR codes disséminés au fil des pages. L’idée est venue de mes éditrices. Elles ont pensé, à juste titre, que cela permettrait à celles et ceux qui le souhaitent d’en savoir plus sur le contexte géopolitique des années 1980. Nous avons donc élaboré de concert des séquences audio et vidéo (j’ai écrit les textes ; elles ont « posé » leur voix dessus), ainsi qu’une carte animée, pour donner de la « valeur ajoutée » au récit. Je pense que cette hybridation entre contenu papier et numérique est appelée à se développer, à condition toutefois que cela ait un sens. Tous les secteurs évoluent. Pourquoi la littérature ferait-elle figure d’exception ?

Quels rapports entretiens-tu avec tes lecteurs ? 

Dans la mesure où « L’Étoile d’Orion » est mon premier roman, tout est à construire. Il est vrai que la géopolitique et l’espionnage peuvent effrayer ceux qui sont peu habitués à ce genre de prose, mais je préfère me dire que la curiosité l’emportera. C’est un défi exaltant que d’amener certains lecteurs à sortir de leur « zone de confort ».

Jusqu’à présent, les retours que j’ai eus sont enthousiastes, ce qui, bien sûr, me ravit. C’est une belle marque de confiance ; confiance qui, je l’espère, se renforcera au fil du temps.

As-tu déjà en tête un autre projet d’écriture ?

Oui, mon prochain roman est déjà écrit, du moins dans sa « version brute ». Le cadre dans lequel il s’inscrit est totalement différent de celui de « L’Étoile d’Orion » puisqu’il s’agit d’une dystopie, dont l’action se déroule au Royaume-Uni, en 2100. Il y est question de dictature et de résistance. Un texte très « orwellien », en somme. Il devrait paraître en avril 2021.

Un petit mot pour conclure ? 

Je remercie Agnès de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer par le biais de son blog. Je voudrais dire à celles et ceux qui seraient tentés par « L’Étoile d’Orion » : « N’ayez pas peur ! ». La géopolitique et l’espionnage, lorsqu’ils se rencontrent, peuvent aussi, à leur manière, former un cocktail savoureux…

Son Facebook auteur

Son Blog

Son Twitter

Sa page chez son éditeur