Bons Plans en ce début d’été

En ce début d’été, voici quelques bons plans pour vous accompagner lors de vos vacances.

Une voiture quitte la route et tombe en contrebas après quelques tonneaux.Un banal accident de la circulation ?… Sauf que :
Le conducteur n’a pas de papiers sur lui…
Des mains mystérieuses le sortent de la voiture avant qu’elle ne brûle…
Personne ne signale sa disparition…
Alors, qui est-il et que s’est-il passé ?
Et s’il y avait un rapport avec le noyé retrouvé sur la plage, quelques années plus tôt ?
Grégory Deval, le capitaine chargé de l’enquête, a du pain sur la planche.
Il doit aussi se reconstruire après un drame personnel.
Pourra-t-il tout mener de front ? Saura-t-il démêler le vrai du faux ?
Bien des surprises l’attendent, au fil des rebondissements.

Patrick Delouvée vous propose gratuitement son tout dernier roman « Le Noyé de La Plage » du 1er au 5 Juillet. L’occasion de découvrir un polar et une enquête riches en rebondissements et une plume. A mettre absolument dans votre liseuse !

Une jeune femme se ressource dans sa maison de campagne. Brillante ingénieure, la vie lui a toujours souri. Pourtant, elle va bientôt être assassinée…

Son corps est retrouvé dans les eaux glaciales d’un étang à l’orée des Ardennes. Fait étrange, elle était revenue d’un voyage à Kinshasa sans prévenir son mari ni ses proches. Pourquoi ?

Les seuls indices sont un échantillon d’un minerai précieux retrouvé dans sa valise, une cabane près de la scène de crime qui semble avoir abrité un mystérieux inconnu, ainsi qu’un témoin qui a vu rôder des étrangers et les entendre parler de… Mercure Rouge.

Fin connaisseur de ses terres et de ses habitants, Rémi Pirson se lance dans cette enquête complexe où soupçons, rumeurs et médias s’en donnent à cœur joie.

Saura-t-il déterrer tous les secrets inavouables pour trouver la vérité, même si elle s’avère pire que tout ?

Le dernier roman de Valérie Lieko « Mercure Rouge » fait partie des promos de Juillet sur Amazon et est proposé à 1,49€. Pas de quoi se priver d’un livre qui a tout pour attirer les lecteurs.

Un Saint-Politain cède son commerce lorsque l’âge de la retraite sonne. Cette oisiveté l’ennuie malgré le soutien indéfectible et l’humour de son meilleur ami. Toujours célibataire, il tente de courtiser la gent féminine. Au fil des rencontres, il constatera à quel point sa sagesse peine face au jeunisme dominant. Des événements imprévus, tantôt le desserviront, tantôt le révéleront en véritable héros du quotidien, lui offrant des perspectives d’avenir.

Ce petit rappel pour ceux et celles ayant manqué l’info, le roman ‘La Sagesse pour Appât » de Mickaël Paitel est disponible gratuitement. L’occasion de découvrir une plume pleine  de sensibilité.

Petit rappel : redirection sur Amazon en cliquant sur les covers

Bonne lecture !

Tribune Libre avec Aymeric Janier

Aujourd’hui, je réponds à l’aimable invitation d’Agnès, qui m’a temporairement laissé les rênes de son blog, « Destination Passions », pour vous parler de mon parcours, de mes goûts (littéraires) et de mon premier roman, « L’Étoile d’Orion », paru en septembre 2019, aux éditions Beta Publisher.

Je la remercie de cet honneur, et j’espère que cette tribune libre – ou plutôt cette tribune livre – vous donnera envie de découvrir mes écrits

Bonjour Aymeric. Pourrais-tu en guise de préambule,te présenter en quelques mots ?

Bonjour à toutes et à tous. Je m’appelle Aymeric Janier. J’ai 39 ans et je travaille comme éditeur au journal « Le Monde ». Éditeur, me direz-vous, en quoi cela consiste-t-il ? Eh bien, cela signifie que mon rôle est de relire les articles de mes collègues, de vérifier les informations qu’ils contiennent et, le cas échéant, de réécrire, voire de couper certains passages. L’objectif est de m’assurer que le contenu soit intelligible pour le lecteur, quels que soient le sujet traité et l’angle choisi. C’est un métier exigeant, car il faut être à la fois rapide, rigoureux et très organisé.

Avant de rejoindre le milieu de la presse, en 2006, j’ai suivi un cursus de langues étrangères, ce qui m’a permis d’étudier successivement au Royaume-Uni et en Allemagne. Féru d’Histoire et de géopolitique, deux univers qui recèlent leur part de mystère, je suis aussi un grand lecteur. C’est d’ailleurs ce qui m’a poussé, très tôt, à prendre la plume. Après avoir lu tant de belles histoires, je voulais écrire la mienne.

Justement, de quoi parle « L’Étoile d’Orion » ? 

Ce roman met en scène une organisation secrète, SPECTRE, créée aux États-Unis en réaction à un incident survenu le 20 janvier 1986. Cette structure fantôme a vocation à éliminer les menaces extérieures. Du moins, en théorie. Trois individus, que rien ne prédestinait à se rencontrer (et, a fortiori, à s’unir), vont l’apprendre à leurs dépens. Le titre fait référence à Orion, chasseur géant de la mythologie grecque qui était réputé pour sa beauté et sa violence. Pourquoi ? Parce que, dans mon récit aussi, il est question de traque, de beauté et de violence…

Comment est née l’idée de ce livre ? Peux-tu retracer brièvement sa genèse ? 

La géopolitique est un univers qui m’attire depuis longtemps. Elle offre de nombreuses clés de compréhension du monde, et un domaine d’exploration presque infini. J’ai d’abord créé un blog, « Relations internationales : États critiques », pour aborder certaines thématiques relativement négligées par la presse dite traditionnelle.

Puis je me suis dit que j’avais envie d’aller plus loin, de tisser une intrigue qui aurait la géopolitique pour toile de fond. Restait à trouver une « porte d’entrée » originale, qui me permettrait d’écrire une histoire sortant des sentiers battus, sans pour autant rebuter le lecteur. J’ai alors décidé d’ancrer mon récit dans les années 1980, car, sur le plan des relations internationales, c’est une décennie très riche, marquée notamment par la chute des régimes communistes en Europe de l’Est (et, ipso facto, la fin de la guerre froide).

L’écriture de ce livre t’a-t-elle pris beaucoup de temps ? 

Oui, j’y ai consacré plusieurs années, car ce roman a nécessité des recherches très approfondies, notamment sur l’aspect militaro-stratégique de la guerre entre l’URSS et l’Afghanistan. Lorsque l’on touche à un sujet historique, quel qu’il soit, il ne faut rien laisser au hasard. Tout doit être solide, sans quoi la structure même du récit peut s’effondrer. Si j’ai choisi la fin de la guerre froide comme cadre à ce livre, c’est parce qu’à mes yeux, elle symbolise un tournant majeur. À partir de là, une nouvelle ère s’ouvre, plus incertaine, plus instable aussi.

Ton métier de journaliste a-t-il eu une incidence sur ta manière d’écrire ? 

Oui, bien sûr, mon activité de journaliste m’a grandement influencé, ne serait-ce que dans le choix des mots et au niveau du style. Mais la grande différence est que, dans mon métier, il y a un cadre et des normes très strictes à respecter. Nous nous appuyons sur des faits, et rien que des faits. La fiction, elle, offre un champ de possibilités beaucoup plus vaste, que l’on peut faire fructifier à loisir.

Avec « L’Étoile d’Orion », j’ai jeté un pont entre ces deux formes d’écriture, avec une part de vérité, mais aussi d’imaginaire. Un bon compromis, finalement. Je voulais pousser le lecteur à s’interroger : cela s’est-il vraiment passé et, si ce n’est pas le cas, les choses auraient-elles pu se dérouler ainsi ?

Ton livre se situe au carrefour de la géopolitique, de la diplomatie, mais aussi de l’espionnage. Pourquoi ?

Le milieu trouble des agents secrets exerce sur moi une curieuse fascination. Peut-être parce qu’il fait naître, comme chez tout un chacun, son lot de fantasmes et d’interrogations. Par définition, l’inconnu a toujours tendance à nous attirer, même si, au fond, nous le craignons. En tant que lecteur, mais aussi en ma qualité d’auteur, je me suis nourri des écrits de Tom Clancy, Robert Ludlum et John Le Carré, les maîtres du genre.

Quels sont les auteurs qui t’ont donné le goût de l’écriture ? 

Il y en a plusieurs, mais je citerai, entre autres, George Orwell, Jack London et Aldous Huxley. Tous les trois ont, à leur façon, su me séduire par leur plume, leur sens du récit et le côté avant-gardiste de leurs romans. Parmi les auteurs plus récents, j’ai une prédilection pour Stephen King, Ken Follett et Elizabeth George – de formidables conteurs qui maîtrisent à merveille l’art du suspense et du rebondissement.

Revenons à ton roman. A-t-il quelque chose qui le différencie des autres ?

Oui, il est agrémenté de « contenus additionnels », à savoir des QR codes disséminés au fil des pages. L’idée est venue de mes éditrices. Elles ont pensé, à juste titre, que cela permettrait à celles et ceux qui le souhaitent d’en savoir plus sur le contexte géopolitique des années 1980. Nous avons donc élaboré de concert des séquences audio et vidéo (j’ai écrit les textes ; elles ont « posé » leur voix dessus), ainsi qu’une carte animée, pour donner de la « valeur ajoutée » au récit. Je pense que cette hybridation entre contenu papier et numérique est appelée à se développer, à condition toutefois que cela ait un sens. Tous les secteurs évoluent. Pourquoi la littérature ferait-elle figure d’exception ?

Quels rapports entretiens-tu avec tes lecteurs ? 

Dans la mesure où « L’Étoile d’Orion » est mon premier roman, tout est à construire. Il est vrai que la géopolitique et l’espionnage peuvent effrayer ceux qui sont peu habitués à ce genre de prose, mais je préfère me dire que la curiosité l’emportera. C’est un défi exaltant que d’amener certains lecteurs à sortir de leur « zone de confort ».

Jusqu’à présent, les retours que j’ai eus sont enthousiastes, ce qui, bien sûr, me ravit. C’est une belle marque de confiance ; confiance qui, je l’espère, se renforcera au fil du temps.

As-tu déjà en tête un autre projet d’écriture ?

Oui, mon prochain roman est déjà écrit, du moins dans sa « version brute ». Le cadre dans lequel il s’inscrit est totalement différent de celui de « L’Étoile d’Orion » puisqu’il s’agit d’une dystopie, dont l’action se déroule au Royaume-Uni, en 2100. Il y est question de dictature et de résistance. Un texte très « orwellien », en somme. Il devrait paraître en avril 2021.

Un petit mot pour conclure ? 

Je remercie Agnès de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer par le biais de son blog. Je voudrais dire à celles et ceux qui seraient tentés par « L’Étoile d’Orion » : « N’ayez pas peur ! ». La géopolitique et l’espionnage, lorsqu’ils se rencontrent, peuvent aussi, à leur manière, former un cocktail savoureux…

Son Facebook auteur

Son Blog

Son Twitter

Sa page chez son éditeur

Sang Complications de Patrick Delouvée

Résumé

Une relation sans complications ? Rien de plus simple !Il suffit de s’inscrire sur un site de rencontres, réservé aux femmes mariées désireuses de s’évader du quotidien !C’est ce que croyait Antoine, avocat de 42 ans, dont le couple bat de l’aile, après 15 ans de mariage, mais qui n’envisage pas de divorcer, histoire de préserver les enfants.Mais quand le premier rendez-vous tourne mal, Antoine réalise qu’il s’est fait piéger, et sa vie confortable et bien réglée bascule…Tout est remis en question, sa profession, sa vie familiale, sa vie tout court et celle de ses proches !Comment sortir d’un traquenard aussi bien monté ?Un polar aux multiples rebondissements, mêlant amour, action et aventure, qui vous emmènera dans un suspense intenable, jusqu’à la dernière page.

Mon avis

Après une petite déception de lecture récente dont il est inutile de parler, il me fallait quelque chose de costaud pour me rebooster côté lecture. Je trouve que souvent il y a des livres qu’on ne voit pas assez et dont on ne parle pas assez qui mériteraient d’être plus largement lus et conseillés. En voilà un !

Depuis la découverte de Patrick Delouvée avec son premier roman du sang sur le parquet, je devais me plonger dans Sang Complications  et j’y suis allée sans aucune retenue et avec un sentiment que j’adore, le suivi d’auteur pour une comparaison d’un livre à l’autre niveau évolution.

L’histoire s’ouvre sur une série d’ennuis banals qui font partie de la vie ce qui peut surprendre mais met le lecteur directement dans l’action car plongé dans l’intrigue. Un début bien agencé, un bon coup d’aimant plutôt violent histoire de garder le lecteur en otage.

Attention, on se retrouve face à une intrigue diablement bien travaillée , un tel sac de nœuds qu’une fois dedans c’est foutu !

Au fur et à mesure de l’avancée dans le texte, on découvre une histoire passionnante de laquelle il est impossible de décrocher.

Le travail d’écriture de l’auteur s’est plus qu’affirmé dans la maitrise, l’imagination, la subtilité, la richesse, l’émotion, le rythme. Patrick nous offre un suspense qui tient en haleine jusqu’à la fin avec de très nombreux rebondissements ainsi qu’une ambiance comme on aime tant en trouver.

Patrick Delouvée arrive à  une qualité de travail véritablement surprenante. Ce dernier s’est même permis le luxe de quelques prises de risque totalement maitrisées comme par exemple l’absence de petits détails nécessaires à une parfaite compréhension et dont cette absence de détails passe totalement inaperçue sans gêner la compréhension. J’ai trouvé cela d’un contrôle exceptionnel.

Nous avons droit également à une excellente exploitation de ses nombreux personnages ce qui montre à quel point l’auteur met l’accent et la qualité sur un des points principaux. Les nombreux noms de lieux, rues,quartiers peuvent aussi nous amener à avoir le tournis mais tout cela reste tellement dans la maitrise qu’on continue de tourner les pages sans s’arrêter lol.

Certains lecteurs pourront ressentir un zeste d’ambiance de la célèbre saga Rossetti  & MacLane de Jérôme Dumont.

Et on peut féliciter la personne responsable de la cover qui fait vraiment son effet.

Un thriller époustouflant dans lequel l’action ne s’arrête jamais. C’est du lourd !

 

Chronique chroniquée

Abordons un sujet qui était en préparation depuis un certain temps en parlant des chroniques et des commentaires non pour poser le moindre jugement sur l’un ou l’autre publiés ou postées partout sur le web.

Pour rester dans le domaine littéraire, on peut trouver plusieurs styles ou structure de chroniques et commentaires.

Il y a celles et ceux qui sont orientés essentiellement sur l’histoire du livre en question au risque d’en dire trop.

On trouve également celles et ceux qui sont davantage orientés sur le travail de l’auteur et parfois des comparaisons d’un livre à l’autre.

Le dernier type de commentaires ou chroniques est le côté fourre-tout où l’on trouve de l’histoire, du travail d’auteur, du ressenti personnel mais aussi le genre bref en une phrase voir 3 mots.

Les commentaires et chroniques remplissent un rôle extrêmement importants pour les auteurs sauf peut-être pour le genre bref pré-cité.

Chroniquer (ou commenter) un livre en s’orientant essentiellement sur l’histoire reste risqué avec le fait d’en dévoiler trop mais aussi sur l’utilité incertaine vis à vis de l’auteur selon comment les choses puissent être construites.

Mais commenter ou chroniquer d’une manière orienté surtout sur le travail d’écriture de l’auteur me semble beaucoup plus utile et constructif. Cela aide les auteurs à se corriger dans leur évolution mais aussi l’avancée de leur parcours littéraire.

J’ai davantage plaisir à découvrir des chroniques ou commentaires qui développent des arguments à haute dose et aident les auteurs et c’est pour cela que la plupart du temps, je me fais brève à propos de l’histoire et préfère m’étendre sur le travail d’écriture des auteurs.

Un livre quel qu’il soit propose toujours un exercice caché  et pas forcément facile aux lecteurs, c’est de lire derrière le miroir en détectant tout ce qu’il peut y avoir d’authentique voir personnel dans le travail. C’est ce qui s’appelle faire connaissance avec l’auteur. Mais tous les lecteurs ne rentrent pas systématiquement dans le jeu de cet exercice.

Après chacun peut voir les choses différemment et c’est pour cela qu’on trouve de tout dans le genre.

Sur le principe, une histoire c’est une question de goût après tout, elle plaît ou elle ne plaît pas mais limité à cela,ça n’aidera pas les auteurs car ce qui compte pour eux c’est la réponse au pourquoi.

Je vous laisse poser un jugement sur ma vision du sujet et n’hésitez pas à faire connaitre votre propre opinion et ce qui est utile pour vous aider dans les commentaires et chroniques.

Le débat est lancé !

Nouveau jeu des questions réponses

J’avais déjà fait ça en 2015 et ça avait été je pense instructif pour vous comme pour moi.

Les blogs sont nombreux sur la blogosphère et dans de multiples domaines mais j’ai rarement vu sur l’un deux l’initiative que je vous propose de nouveau aujourd’hui.

Quelles que soient les pages, les lecteurs peuvent y être tout aussi nombreux entre les fidèles, les réguliers et les occasionnels mais tous peuvent avoir besoin à un moment ou à un autre de savoir quelque chose sur le contenu du blog, le blog en lui-même ou le blogueur ou la blogueuse afin de mieux connaitre l’endroit qu’il fréquente ou découvre.

L’occasion vous est donc donnée de me poser dans les commentaires toutes les questions que vous souhaitez à propos du blog, de son contenu, de mes méthodes de travail, de ma philosophie, mes lectures mais aussi des questions d’ordre personnel pour les lecteurs plus occasionnels voir récents afin de mieux me connaitre.

Je tâcherais d’y répondre honnêtement et en toute transparence afin de vous apporter le plus de clairvoyance possible.

Je m’octroie tout de même un joker en cas de nécessité.

Le but de cette initiative est que vous ne restiez pas sans réponse à vos potentielles questions.

N’hésitez pas, je vous attend !

La dernière Prière de Patrick Philippart

Résumé

Septembre 2001: Benoît, un louveteau âgé de 9 ans, est mortellement fauché par un chauffard lors d’une marche nocturne sur une route entre Amiens et Abbeville. Malgré une enquête acharnée des gendarmes, l’automobiliste n’est jamais identifié…
Dix-sept ans plus tard, à la suite d’une information anonyme, Dimitri Boizot se lance sur ses traces. Mais, rapidement, son enquête va bifurquer et s’intéresser à la disparition inexpliquée du prêtre qui avait célébré la messe de funérailles du petit scout. Le père Antoine Rey avait, en effet, disparu deux jours après l’enterrement du petit garçon.
Dix-sept ans après, à la grande surprise de son frère jumeau, Thomas, il se manifeste auprès de celui-ci en lui adressant une lettre d’excuses.
Dans cette nouvelle enquête, Dimitri Boizot, journaliste au quotidien parisien L’Actualité, va faire la connaissance de, et travailler en collaboration avec, Maury Person, l’un de ses confrères qui travaille dans un hebdomadaire d’Amiens.
Une enquête difficile, éprouvante, dangereuse aussi, au cours de laquelle Dimitri Boizot va vraiment risquer sa vie.

Mon avis

Je vous parle de chacune des aventures de Dimitri Boizot pour une raison simple, j’en reste totalement mordue ainsi que de la plume de l’auteur. Et alors même que le T10 arrive en juin, j’avais du retard dans mes lectures pour ce T9 qui vient d’ailleurs de me faire battre un record totalement inattendu pour moi: lu en 24h !

Plonger dans un livre de Patrick Philippart c’est comme un retour aux sources. Je me souviens encore lorsque j’ai découvert l’auteur en lisant Retour à Combergueil il y a des années puis tous ses autres romans par la suite de l’impact qu’il m’avait fait. J’avais découvert un style,un ton,une imagination que j’allais suivre. Et je ne m’étais pas trompé. Tout ça pour vous dire qu’avec cette dernière lecture, cela a été des retrouvailles.

La Dernière Prière fait partie de ces polars incontournables de par sa qualité et sa richesse.

Quand dès le début du livre vous prenez connaissance de l’intrigue, la première pensée est de se dire qu’il n’y a que Boizot pour démêler un tel sac de nœuds. D’autant plus qu’une remarque que j’avais déjà fait à propos d’une de ses précédentes enquêtes c’est que ce dernier attire à lui les enquêtes comme des mouches.

Après avoir connu un Dimitri Boizot, journaliste un peu paumé et malchanceux voir maladroit lors de ses premières aventures, nous avons droit depuis bien longtemps maintenant à un journaliste carré, professionnel qui arrive toujours à ses fins.

En mettant une fois de plus en avant l’esprit d’équipe, Boizot enquête avec un confrère picard et les deux cartonnent. Il faut reconnaitre que nous avons droit à une intrigue remarquable et c’est là qu’on s’aperçoit du travail exceptionnel de Patrick Philippart pour organiser tout ça. Son esprit reste vif et il porte un soin particulier quand à la structure de ses histoires, ce qui est une grande qualité pour un romancier.

Une enquête très élaborée et l’histoire menée tambour battant sans temps mort entre suspense, nombreux rebondissements ce qui rend ce roman si addictif.

Captiver le lecteur est une chose ardue pour un auteur, Patrick Philippart réussit cela brillamment en mettant l’accent sur le travail de fond qui apporte toujours ce petit zeste de charme. Savoir jouer autant et aussi bien avec le lecteur reflète parfaitement tout le talent que nous lui connaissons. Du grand Philippart !

Un ensemble passionnant.Totalement addictif !!

Un seul regret: l’avoir lu trop vite 😦

Bravo à Patrick pour un travail d’une telle qualité et le plaisir qu’il nous offre en voyant que ses polars cartonnent !

Bons Plans pour le week-end

Voici quelques bons plans pour le week-end, n’hésitez pas à en profiter.

Le tout nouveau polar de Guy Morant sorti il y a peu.Un résumé qui fait son impact mais également une œuvre proposée à un prix promotionnel aujourd’hui et demain de 1,99€.

L’occasion de redécouvrir un des succès de l’auteur Anaïs W à un prix canon de 0,99€. Une œuvre remplie d’émotions avec un effet feel good.

Un polar dont le résumé est digne d’intérêt et à côté duquel il serait dommage de passer car proposé gratuitement.

Plusieurs livres de l’auteur Gilbert Gallerne sont actuellement proposés gratuitement.  Le patient 127 semble avoir un bon impact sur les lecteurs et fait partie de cette série en gratuit.

Je vous rappelle les promos mensuelles sur Amazon ainsi que les offres éclairs du jour.

A vos liseuses !

Bons Plans pour vous donner le sourire

L’idée était là depuis longtemps, la voilà !

Grâce à ce nouveau service, le blog vous fera profiter de tous les bons plans qui lui seront remontés, promos mensuelles ou non, offres éclair, gratuités, concours…..

Je vous invite donc à me faire connaitre à tous moments par voix privée ce qui m’échapperait et vous concerne.

Ce service aura une dominance littéraire mais gardera une marge pour vous informer de bons plans dans d’autres domaines qui pourraient se présenter.

Pour rappel, cliquez sur les covers pour une redirection sur Amazon.

Profitez de l’occasion pour découvrir le nouveau livre de Marie Havard sortant le 8 Mai et déjà proposé à un mini prix de 0,99€ en précommande et le restera jusqu’au 15 mai inclus. Un recueil de nouvelles très variées.

Un des livres de Mickaël Paitel proposé gratuitement. C’est l’occasion de découvrir  l’humour de l’auteur et sa façon d’exploiter le sujet.

Pour ceux ne connaissant pas encore la célèbre saga Rossetti et MacLane de Jérôme Dumont, c’est l’occasion de découvrir le tout premier qui est proposé gratuitement.

Un collectif d’auteurs  vous proposant un recueil de nouvelles pleines de couleurs et variées. Livre proposé gratuitement.

Là il n’est pas question d’ebook mais l’auteure Alice Quinn propose de retrouver l’amie Rosie dans son dernier roman de la série en 25 épisodes audios gratuits sur son site. Lien sur la cover.

Et il n’est jamais inutile de rappeler à chaque fois les promos mensuelles  sur Amazon à consulter ainsi que les offres éclairs du jour.

Bonne lecture à tous !

Il est peut-être temps d’apporter quelques changements

Depuis un certain temps, j’étais en train de m’organiser au point de vue idées afin d’apporter quelques changements concernant le blog. C’est pour cette raison et afin que vous ne soyez pas surpris que je fais le point avec vous. Tout viendra progressivement.

– création d’une nouvelle rubrique

– changement de thème si j’en trouve un plaisant

– suppression de certaines rubriques

– suppression de certains vieux articles

– suppression de certaines pages

– suppression de différentes petite choses

– retour d’une ancienne rubrique

-changements et ménage à prévoir également sur le compte Twitter

Pour les récents abonnés au blog et/ou à son compte twitter, je rappelle le fonctionnement et la philosophie du blog. Je publie et lis ce que je veux quand je veux de la même manière en ce qui concerne mes abonnements. Inutile de s’abonner au blog ou à son compte twitter dans l’espoir d’une visibilité ou d’un business car ce genre d’abonnés ont plus de chance de se retrouver bloqués ou désabonnés par défaut. Le follow-back n’est pas le genre de la maison.

Concernant les différents changements à venir, je reste ouverte et vous invite à me faire connaitre dans les commentaires vos suggestions, ce que vous aimeriez y trouver.

Merci encore pour votre fidélité

8 ans……comme le temps passe

Comme chaque année, je fête l’anniversaire de mon blog. 8 ans déjà !

Quand j’ai lancé Destination Passions et écrit le premier message le 9 Avril 2012, je me lançais dans une aventure dont j’ignorais le devenir. Et avec le temps, le blog s’est créé son petit réseau de fidèles lecteurs et de nombreux contacts.

Cela a été l’occasion de faire connaissance avec de nombreux et sympathiques blogueurs/auteurs/lecteurs/artistes.

Ces derniers mois m’ont permis de faire quelques découvertes côté auteurs comme Alexandre Hardoin et Isabelle Buffet.

Je persiste à revendiquer l’indépendance pour laquelle je me suis tant battue. Une philosophie de blog qui ne plaira pas forcément à tout le monde mais la porte est grande ouverte pour ceux qui n’accroche pas car je reste seule maitre de mon bateau.

Avec les années je reste fière d’avoir de tels fidèles lecteurs et ce réseau que nous sommes.

Vous me connaissez suffisamment maintenant pour savoir ce qu’il en sera de l’année que nous entamons tous ensemble sur ces pages.

Cadeaux

Les lecteurs seront heureux de voir que les fidèles et généreux auteurs habitués à cela sur le blog offrent quelques livres uniquement numériques pour cause de réduction des services postaux pour cet anniversaire dans leurs commentaires (titres/quantités). Je me chargerai des transferts d’emails par voix privée. Pour les lecteurs souhaitant émettre un choix de livre, vous êtes invités à le poster dans les commentaires. Vous avez pour cela jusqu’à dimanche 19 Avril inclus.

Vous vous en doutez bien, j’aurais de nombreux remerciements à formuler.

L’ami Fred Bezies un blogueur et ancienne connaissance sur le web qui dérange parfois mais qu’on aime tel qu’il est. C’est sur ses pages que j’ai trouvé la motivation pour lancer le blog.

Merci à Jérôme, Isabelle, Christelle, Alice, Cetro, Enzo, Mickaël, Lionel, Monia, Olivier, Wendall ,les deux Patrick Philippart et Delouvée, Cédric, Florian, Mégane, Marie,Théa, Anna et tous ceux que j’oublie et qui se reconnaitront.

Merci à tous ceux qui contribuent de près ou de loin au succès de ce blog

Merci à tous les blogueurs et auteurs qui peuvent citer Destination Passions dans leurs articles ou se faire le relais d’opérations spéciales.

Merci à tous les followers sur Twitter.

Merci pour tous vos mails d’encouragement et de soutien ainsi que vos appels téléphoniques, cela fait un grand plaisir.

Merci à tous ceux et celles offrant régulièrement des cadeaux aux lecteurs

Et bien évidemment merci à tous mes lecteurs et lectrices pour leur fidélité en participant à ce blog tout au long de l’année par leurs nombreux et réguliers commentaires ainsi qu’aux lecteurs occasionnels ou gagnants de livres sur le blog.

Merci également à quelques lecteurs de l’ami Fred. Ceux là se reconnaitront.

Merci à tous pour votre confiance !