La Couleur du Testament de Cédric Charles Antoine

Résumé

La mort est parfois comme un rideau qui s’ouvre sans retenue sur l’Histoire !

Alexandre, en plein deuil de ses parents, reçoit un pli cacheté. Une étrange photo découpée dans un journal datant de 1975 accompagne une lettre anonyme qui remet en cause l’intégrité morale de son père et de sa mère, décédés.
Ce fils unique, interprète indépendant à Paris, décidera avec l’assentiment de sa femme d’enquêter sur ces mystérieux indices. Le passé obscur des défunts, ignoré par l’ensemble de la famille depuis plus de 40 ans, ressurgira aux confins de l’Europe. La vérité se dévoilera au gré de rencontres humaines stupéfiantes.
Un roman dramatique polarisé sur deux époques, deux portraits, au cœur d’un univers méconnu. Une ville empreinte aux déchirures du temps, posée sur la Baltique, sera le théâtre d’une immersion historique ponctuée d’émotions et de suspense.

Le drame n’est pas toujours celui que l’on imagine…

Mon avis

Des retrouvailles avec Cédric Charles Antoine se préparent et ne se font pas dans la précipitation. C’est ce que j’ai jugé bon de faire afin d’appréhender au mieux les découvertes qui m’attendaient et une fois de plus la surprise n’en est que meilleure.

Avec La Couleur du Testament , l’auteur a fait un travail extraordinaire en mélangeant brillamment des facteurs savamment travaillés comme des passages historiques extrêmement bien documentés. des références à la littérature Russe,ses personnages tout en profondeur entre autres.

Se replonger dans l’histoire de l’URSS à l’époque du communisme et du goulag jusqu’à nos jours n’est pas une mince affaire et pourtant cela m’a laissé l’impression d’une immersion au cœur des idéologies russes tant les précisions et détails sont nombreux et décrits avec brio et finesse.

Un livre qui vous emporte dès le départ suite au décès des parents d’Alexandre avec cette photo mystère trouvée et la curiosité qu’elle déclenche. A partir de là, le piège s’est refermé sur le lecteur et l’intrigue originale et puissante savamment orchestrée vous fera ruminer des heures durant votre lecture .  On tourne les pages les unes après les autres afin de savoir ce qui se passe et l’effet est comme une dépendance. Tout y est, un parfait dosage des émotions, drames, histoire familiale. Il peut être intéressant pour les plus jeunes de découvrir le mode de vie russe avant et maintenant.

Le regard de l’auteur sur le régime russe de l’époque est un plus sur cette sombre période historique.

Cédric Charles est véritablement impressionnant dans ce livre qui nous offre un ensemble brillant et puissant. La couverture est superbe et le titre se prête bien à l’histoire.

Je vais avoir du mal à me remettre d’une telle lecture, je risque de garder l’histoire en tête un long moment car c’est un énorme coup de cœur.

Une brillante réussite pour un livre taillé pour le haut du podium.

Bonne lecture !

Le compteur indique déjà 4 ans

Quand j’ai lancé le blog et écrit le premier message le 9 Avril 2012, je me lançais dans une aventure dont j’ignorais le devenir. Et avec le temps, Destination Passions s’est créé son petit réseau de fidèles lecteurs et de nombreux contacts.

Cela a été l’occasion de faire connaissance avec de nombreux et sympathiques blogueurs/auteurs/lecteurs/artistes.

J’ai dû faire face également à une longue et difficile période suite à de trop nombreuses sollicitations d’auteurs et d’éditeurs notamment. Mais comme on dit un mal pour un bien et cela m’a poussé à mettre les hauts-là et prendre mon indépendance. Depuis ce moment, je respire et le blog s’en ressent.

J’ai pour objectif de continuer de la même manière.

Mes petits camarades ont voulu être à mes côtés et en ce jour de sortie des bougies vous offrent quelques cadeaux d’actualité.

Christelle Morize offre gentiment à 5 d’entre vous un exemplaire numérique de son tout dernier roman Nuits Macabres qui vient de sortir. Un livre à ne pas manquer ! 4 de pris déjà

Wendall Utroi est heureux de proposer un ebook dédicacé de l’Enjeu qui remporte un joli succès actuellement à 2 d’entre vous. Déjà pris

Isabelle Rozenn-Mari a le plaisir de gâter l’un d’entre vous avec un exemplaire papier dédicacé de Souviens-toi Rose….son grand succès qui a été récompensé et devenu incontournable. Déjà pris

Jérôme Dumont vous gâte en proposant au choix un exemplaire numérique de son intégrale de Rossetti & MacLane qui est sorti tout récemment à 5 d’entre vous ou un exemplaire papier à l’un ou l’une d’entre vous. Exemplaire papier déjà pris

Alice Quinn offre au choix 1 exemplaire numérique de Palace en Enfer à 2 d’entre vous ou 1 livre de Rosie se Fait la Belle pour 2 d’entre vous ou 1 ouvrage de Le Garçon qui Rêvait de Voler en Cadillac à 2 d’entre vous, le tout par chèque cadeau sur Amazon. 1 Palace en Enfer de pris

Olivier Michael Kim est heureux de vous gâter avec son succès Le Mal de La Mer et en propose 1 exemplaire numérique à 5 d’entre vous. Un excellent livre à ne pas manquer. 1 de pris déjà

Solene Bakowski est heureuse de proposer Parfois on Tombe son dernier roman plébiscité en version papier dédicacé à l’un ou l’une d’entre vous. Déjà pris

Cédric Charles Antoine propose à l’un ou l’une d’entre vous 1 exemplaire numérique de son dernier roman La Couleur du Testament par chèque cadeau sur Amazon.

Pour bénéficier de ces sympathiques cadeaux, une seule solution s’impose à vous. postez un commentaire afin de préciser votre choix, nom d’auteur, titre, format (epub ou mobi) ou papier si celui que vous choisissez est proposé en version non numérique. Lrs échanges de coordonnées se feront tous par voix privée.

Un seul choix possible par personne.

Je vous invite également à bien vérifier les commentaires précédents afin d’être sûrs que votre choix reste disponible.

A noter :

vous avez jusqu’à mercredi soir minuit pour faire votre choix

Vous vous en doutez bien, j’aurais de nombreux remerciements à formuler.

L’ami Fred Bezies un blogueur et ancienne connaissance sur le web qui dérange parfois mais qu’on aime tel qu’il est. C’est sur ses pages que j’ai été pompé la motivation pour lancer le blog.

Merci à tous ceux qui contribuent de près ou de loin au succès de ce blog

Merci à tous les blogueurs et auteurs qui peuvent citer Destination Passions dans leurs articles ou se faire le relais d’opérations spéciales.

Merci à tous mes followers sur Twitter.

Merci pour tous vos mails d’encouragement.

Merci à tous ceux et celles offrant régulièrement des cadeaux aux lecteurs

Et bien évidemment merci à tous mes lecteurs et lectrices pour leur fidélité en participant à ce blog tout au long de l’année par leurs nombreux et réguliers commentaires.

Merci à tous pour votre confiance !

Nuits Macabres de Christelle Morize

Nuits Macabres

Résumé

Nul n’est à l’abri d’une terrible légende enfouie par nos pères.
Trois étudiants en journalisme décident de faire leur enquête-reportage sur l’un des édifices les plus anciens de Lorraine, la Cathédrale Saint-Etienne de Toul.
Les jeunes imprudents vont descendre dans une crypte secrète et franchir une limite jusqu’alors interdite. Leur curiosité va libérer un monstre immonde de sa prison.
Chaque nuit, depuis lors, un homme est retrouvé mort, à moitié dévoré. La ville de Toul vit dans une tourmente insupportable. Les habitants parlent d’ombres gigantesques qui sillonnent l’épais manteau de la nuit.
Une enquête qui s’annonce sous de mauvais auspices pour le lieutenant Benjamin Delavaut qui semble dépassé par les évènements.

Mon avis

La plume de l’auteur Christelle Morize arrive toujours à me conquérir et c’est donc avec une grande impatience que j’attendais la sortie de Nuits Macabres.

Avant tout je dois dire que la cover est très réussie et que son choix ainsi que celui du titre est astucieux. Bon départ d’entrée de jeu quand on sait à quel point l’effet que peut faire une cover.

Parler de l’histoire est une chose mais du travail de l’auteur en est une autre. Faisons les choses dans l’ordre telles que je les ais ressenties.

Une première chose m’a surprise que j’ai trouvé véritablement dominante et plutôt inhabituelle de la part de Christelle est la prise de risque de par le mélange des genres.

On a affaire à des histoires de meurtres et donc d’enquête policière mais aussi à du fantastique voir de l’historique de par la remontée des explications de l’intrigue.

Avec mes faiblesses sur certains genres de lecture, j’ai crains de déconnecter sur certains passages mais pas du tout et c’est justement dans ces moments que je me suis rendue compte de l’évaluation de la prise de risque qu’avait du faire l’auteur et c’est bien pensé car ça passe à l’as.

Dès les premières lignes je me suis laissé entrainer par le ton de Christelle et une fois de plus cette dernière m’engloutissait et j’enfilais les pages. La preuve, ouvrage lu en trois jours.

On peut dire que le livre commence fort avec l’expédition des étudiants aux conséquences gravissimes et dont ils ne sont pas conscients. Ce qui permet donc de laisser le temps à l’intrigue de s’installer, un petit passage que les plus impatients pourraient trouver un peu long.

On découvre de nombreux personnages dont certains sympathiques tels que le grand-père Antoine et Léa. J’ai adoré me retrouver au côté d’Antoine pour ses explications et l’aide qu’il apportera dans la suite de l’histoire. La jeune Léa restant toujours soucieuse de ses amis et de papy Antoine est très délicate malgré un brin de caractère.

J’ai senti également que Christelle avait dû avoir comme maitre mot lors de l’écriture de son ouvrage le terme dosage car tout y est parfaitement dosé, équilibré et cela apporte une facilité déconcertante pour la découverte de l’histoire.

Et pour ne pas vous le cacher et histoire de vous faire rire, je suis retournée à l’école car j’y ai appris quelque chose, le pluriel de scénario est…………..scénarii.

Bref, je ressors totalement conquise de cette lecture et le plus dur va être maintenant d’attendre la suite.

Alors si vous aimez les genres policier fantastique historique, qu’attendez-vous pour vous laisser tenter par Nuits Macabres qui est une véritable réussite.

Bonne lecture !

Dazie Mae : Froth On a Daydream

Froth

Cela fait un petit moment qu’il n’avait pas été question de musique sur le blog et il n’est jamais trop tard pour rattraper le retard.

Froth On a Daydream, le dernier album des Dazie Mae est sorti fin 2015 et je me devais de vous en parler car je reste totalement fan de ce sympathique groupe dont je vous avais déjà parlé.

Ce dernier opus était très attendu car depuis Songs Matured in Oak paru en 2012, du frais et de la nouveauté ne pouvait qu’apporter du bon.Et cela ne pourra que faire plaisir aux nombreux auteurs et lecteurs car librement inspiré du roman culte de Boris Vian “l’Ecume des Jours”.

Une galette qui a de quoi surprendre car comprenant pas moins de vingt morceaux mais dont certains d’une durée assez courte. On retrouve la dominance jazz blues de la petite bande.

Comme toujours, la voix de Jeanne apporte tout son charme à l’album et le collectif du groupe laisse parler leur expérience des années passées.

L’Avant-Propos en Fa Majeur qui ouvre le bal vous met tout de suite dans le bain avec l’ambiance piano bar et la partie purement instrumentale.

Dans le deuxième morceau qui porte le titre de l’album, on découvre un véritable travail des solos instrumentaux et c’est agréable à souhait.

Je ne vais pas vous citer tous les morceaux en revue mais ils sont bluffants de subtilité et de raffinement. Le groupe a joué sur la patience de ses fans mais tenaient à faire encore mieux cette fois-ci et c’est réussi. Moi qui ai été musicienne, les harmonies  des garçons me laissent baba. C’est du grand art !

Moi qui ne suis pas fan du tout de voix féminines, cela a été un coup de cœur pour celle de Jeanne lorsque j’ai découvert la musique du groupe par hasard sur Jamendo en 2011. Depuis ce temps, je garde un œil sur eux et me régale à chaque fois que je lance un de leurs albums.

Leur site officiel

Leur page Twitter

Leur page Bandcamp

Leur page YouTube

Leur page Facebook.

Leur page Amazon

Je remercie Matthias et le reste de la petite bande de m’avoir envoyé le CD physique de ce dernier opus et d’avoir participé à la dernière opération de Noël sur le blog.

Un ensemble de qualité extrêmement remarquable. J’avoue avoir été totalement conquise et je vous souhaite de l’apprécier avec le même plaisir que moi.

Bonne écoute !

Les mauvais exemples de l’autoédition

Un article totalement imprévu que je viens tout simplement de vous préparer sur un sujet dont il est bon de parler et que j’ai évoqué brièvement hier en vous demandant votre avis par une question sur Twitter.

Aborder le sujet de l’attitude de certains auteurs dans leur communication peut être sensible car certains d’entre eux débarquent dans l’autoédition avec un melon à la place de la cervelle. Déjà futur prix Goncourt ! Ceux là n’ont rien à faire dans ce milieu et vont droit dans le mur. Ils le comprendront bien à un moment où la chute n’en sera que plus brutale mais ce ne sera pas faute d’avoir été avertis.

Il y a également ceux qui ont une mauvaise gestion des retours et là ça peut donner lieu à de véritables corridas dans les commentaires comme par exemple des attaques gratuites envers d’autres auteurs ou lecteurs car ils n’acceptent pas la moindre remontrance concernant leurs livres qui bien évidemment sont toujours les meilleurs et ont toutes les qualités. Quand vous mettez l’art et la manière de leur dire les choses et que la réaction à l’autre bout est une agression, vous vous dites sans doute que vous avez perdu votre temps à lire une daube voir votre argent pour une merde ou un torchon dont l’auteur n’ira jamais loin.

Les exemples que j’ai, l’auteur Pascale Marie Quiviger qui de son côté avait organisé un trafic de commentaires concernant ses livres en échange de commentaires de livres non lus et non achetés mais Amazon semble y avoir mis fin car je leur avais signalé ce trafic.

L’auteur Chrystal Jones alias Nadia alias Myriam.L alias…….. change fréquemment de nom et nécessite de sortir avec le bouclier car c’est un volcan qui n’accepte tout simplement aucune critique négative à propos de ses livres. Des livres illisibles tant il y a de fautes d’orthographe et d’après elle aucune. Un personnage qui n’a aucun avenir dans l’autoédition et ne va pas tarder d’atterrir mais ça va lui faire mal. Une véritable actrice qui se trouve très maligne dans sa stratégie d’attirer l’attention y compris en attaquant et dont l’angoisse est l’indifférence donc on peut la remercier de nous donner la solution.

Il y a également ceux que j’appellerais les collants. Bien que m’appuyant que sur mon exemple personnel , je suppose qu’ils fonctionnent pareil partout. Dès que vous lisez leur livre, il ne vous lâche plus. Il suffit que j’affiche un livre dans la rubrique lecture en cours pour que certains de leur auteur se précipitent, s’abonnent au blog, à la page twitter et m’envoient des messages à répétition. Qu’est ce qui dit à l’avance que je vais aimer le livre et le trouver bon au niveau du travail ? Donc les auteurs que cet exemple de situation peut concerner, sachez le bien, si je n’aime pas un livre, je ne m’abonnerai pas à vos pages ni ne lirai d’autres livres de vous.

Je dois dire que quand je trouve un livre mauvais, j’essaie de m’abstenir de tout commentaire afin d’éviter toute forme d’attaque.

Je commençais à penser à l’idée de supprimer la petite rubrique “Lecture en cours” sur la colonne de droite et le signalement des livres que j’entame sur Twitter car je me prends fréquemment des réflexions genre: – c’est quand que tu lis mon livre ? – tu lis cette daube ? – y’en a d’autres qui sont mieux – pas terrible comme lecture etc…..mais je ne le ferai pas car si certains viennent pour me juger sur mes lectures et mes avis toujours argumentés c’est qu’ils n’ont rien compris au film et leur chute n’est pas loin. Un intestin capricieux, ça peut être mauvais !

Tant qu’un auteur n’aura pas l’attitude qu’il est indispensable d’avoir, bonne gestion, bonne réaction, bonne communication, bon comportement, soigner son image publique il a peu d’avenir et encore moins de chance avec moi.

La toile est grande…………

Nouvel entretien, on fait le point avec Alice Quinn

Cela faisait un certain temps que je n’avais pas organisé d’entretien. J’ai jugé utile de faire le point avec Alice Quinn sur son parcours. Je vous laisse découvrir tout cela.

KODAK Digital Still Camera

Bonjour Agnès, et merci pour ton invitation…

1. Tout le monde a entendu parler de l’amie Rosie alias Cricri mais revenons aux sources. D’où te viennent ton inspiration et tes différentes idées pour avoir créé et façonné un tel personnage ?

C’est gentil ton « tout le monde… » Rosie apprécierait la dérision… Mais enfin c’est vrai que dans le monde virtuel des romans numériques, elle a fait son petit nid. Il est temps qu’elle s’y habitue ! C’est chaud et douillet, même si rien n’est éternel…

Le personnage de Rosie s’est imposée à moi il y a quelques années, d’abord parce que (et ça pas mal d’auteurs te le diront) on écrit souvent pour lire quelque chose qu’on cherche et qui n’existe pas encore dans les romans qu’on trouve. À l’époque, un personnage du lumpen prolétariat (gros mot inventé par Brecht) qui plus est femme mono parentale, qui plus est vivant en caravane en France grâce aux subsides du rsa difficile à trouver. En tout cas moi, je n’en avais jamais lu. Mais bon, ça pouvait vite virer au misérabilisme. Et justement, j’en avais un peu ma claque de la version « les misérables » que je vivais un peu au quotidien, j’avais besoin de rire, de m’évader dans la bonne humeur, fut-elle forcée par mes lectures.

Alors après avoir épuisé Westlake, Laurence Block, Hiaasen, Camilleri, Paasilinna, Exbrayat, Simonin, et autres San Antonio, (liste loin d’être exhaustive dans le genre, mais je ne suis pas là pour faire un catalogue, mais puisque j’ai ouvert cette parenthèse on remarquera qu’il y a pas mal d’auteurs étrangers traduits dans le genre polar de comédie, et pour les français, ils sont un peu anciens. Enfin depuis 2 ou 3 ans, on en trouve un peu plus, heureusement.), je me suis demandé si je ne pouvais pas prendre mon héroïne des temps modernes et au lieu de la décliner version Fantine, en faire une gagnante malgré tout, une sorte de femme de ménage au black avec une ribambelle de gosses, pas un rond, grande gueule, généreuse et démarrant au quart de tour avant de réfléchir. Et si je la rendais sexy et très jeune, pour en rajouter un peu dans la jubilation ?

Et si grâce à elle je prenais une revanche (gentille et rigolote) sur la vie ? Et si j’essayais de raconter des histoires invraisemblables dont elle serait l’héroïne sans peur et sans reproches, mais complètement irresponsable et à côté de la plaque ? En ancrant le tout sur un fond social qui nous tisserait en filigrane un portrait de la France d’aujourd’hui ? Mais attention, léger, léger ! À vrai dire, pour saisir ce portrait il faut le chercher tout au fond, mais il est là, puisque j’appuie toutes mes divagations sur de vrais faits divers… 

Mais qu’on ne s’y trompe pas. Rosie Maldonne ne sort pas seulement de mon imagination. D’abord j’ai rencontré des femmes qui lui ressemblaient un peu partout, et en réunissant les pièces du puzzle, j’en ai fait un seul personnage. Mais j’ai aussi des lecteurs qui me disent régulièrement : « On connait quelqu’un, c’est tout à fait Rosie Maldonne ! » Donc il en existe plein des comme elle. Ce qui la rend plus réaliste que certains le pensent. Là je fais allusion aux critiques qui soulignent le manque de réalisme du roman. Mais j’aime bien penser qu’on a encore le droit d’écrire des choses qui ne sont pas forcément réalistes, non ?

2. Voici quelques mois, nous avons découvert Rosie se Fait La Belle avec lequel Rosie faisait son retour. Quel a été l’accueil par les lecteurs et avec le recul du précédent Palace en Enfer, quel est le regard porté sur ce « T2 » par la gente littéraire?

Pour l’instant Rosie se fait la belle est encore en période de recherche-radar de son lectorat. Mais les lecteurs et bloggeurs du premier qui l’ont lu ont bien aimé cet opus 2, (voir les commentaires sur Amazon) et ils attendent le 3ème avec impatience, ce qui ne saurait tarder…

3. Certains lecteurs se poseront probablement la question, peux-tu nous expliquer pourquoi avoir choisi de recommencer à zéro avec cette publication alors que l’éditeur Michel Lafon t’avais signé pour un palace en Enfer ?

Disons pour simplifier que d’un commun accord nous avons décidé de ne pas poursuivre ensemble. Les détails seraient fastidieux et si je me lance j’en aurais pour des heures et en plus je regretterais mes propos. Et mémé Ruth m’a appris à ne jamais essorer le linge pas net en public… Rire

4. Tu viens de l’autoédition et tu as déjà vécu de grands moments grâce au succès rencontré de tes livres et aux multiples sollicitations de salons, prix, concours…Avec le recul nécessaire, peux-tu nous développer le regard que tu portes sur l’autoédition, ce qu’il y a de bien, ce qu’il y manque ?

L’autoédition a complètement changé par rapport à « avant » les années Amazon. Et l’opinion générale sur l’autoédition a changé aussi.

C’est devenu une porte de passage salutaire pour les auteurs. C’est merveilleux d’avoir un ouvrage qui, soit qu’il ait été refusé ou qu’il soit parti au pilon, soit que l’auteur ait envie d’éviter la case « refus », puisse tout de même trouver un lectorat, sans que cela ne coûte rien à l’auteur en question. Ça va tellement vite que les auteurs, les jeunes ont déjà oublié ce que ça pouvait être avant… Si on se trouvait dans ce cas de figure, c’était soit l’édition à compte d’auteur (c’est à dire le racket organisé) soit aller voir un imprimeur et être obligé d’imprimer un nombre de livres ce qui coûtait très cher et vous obligeait ensuite à revendre ce stock un livre après l’autre.

Donc, ce point positif est énorme. À additionner à l’avantage de la suppression des intermédiaires pour rencontrer son lectorat. Le lecteur est là, il a accès s’il le veut directement à votre livre. Sans passer par les diffuseurs, la presse, les libraires, les distributeurs, etc. Il y a toutes sortes d’autres avantages à l’autoédition mais ils changent et évoluent vite. Disons que ces deux points sont énormes et restent les must de l’autoédition ;

Passons aux points négatifs : votre livre n’est pas en librairie, quand vous en parlez autour de vous, vous êtes considéré comme un Alien, la presse vous ignore complètement, donc cet environnement est un peu frustrant et pour peu que vous soyez en manque de reconnaissance ou fragile du point de vue de l’estime de soi, ça n’aide pas vraiment…

Donc pour se lancer d’ans l’autoédition, il faut avoir du courage, aimer entreprendre et bosser énormément, avec parfois un retour qui renvoie une image pas toujours valorisante. Si on aime par dessus tout l’indépendance, cela reste quelque chose de formidable.

5. Maintenant parlons projets. Je crois savoir que ça fourmille et tu jongles entre différentes choses comme les traductions, un nouveau livre etc…. Peux-tu nous en parler en détail ?

En ce moment ça bouge tellement et si vite autour de moi que mes projets sont en pleine ébullition et je serais bien en peine d’en parler, car la forme en change tout le temps. Donc ne parlons pas de la forme, parlons de ce qui est sûr : Rosie 3 est en cours de traduction et AmazonCrossing, mon éditeur américain me suit sur l’aventure. Le même Rosie 3, L’OMBRE DU ZÈBRE, sortira en France sous peu et à partir du mois d’avril j’en publierai gratuitement sur mon blog et sur ma page Facebook un chapitre par semaine jusqu’à sa sortie.

Je suis actuellement en plein cœur de l’écriture de mon Rosie 4.

Et il y a d’autres projets que je garde plus secrets pour des raisons de superstition pure !!!

6. Quelles sont tes conditions idéales pour écrire ?

Un bon fauteuil ou un bon canapé, bref une position confortable. Le chat pas trop loin. Une boisson réconfortante à proximité.😉

7. Que deviennent Les Editions Alliage que tu avais monté ?

J’ai été obligée de réduire de plus en plus l’action des éditions Alliage. L’idée de départ était de les faire fonctionner un peu comme une coopérative, afin de donner un outil de possibilité d’édition numérique à des auteurs qui de ne se sentaient pas de se lancer tout seuls. Mais deux facteurs ont créé un engorgement de travail pour moi : le succès de Un palace en enfer et mon accident. Bref, je n’y arrivais plus. Donc petit à petit j’accompagne les auteurs qui avaient été édités sous mon label afin qu’ils parviennent à prendre en charge leur auto-édition. Je leur apprends le savoir faire et je leur donne les outils de leur indépendance. Ce que je trouve très sain finalement.

8. Parlons d’un point qui a son importance car c’est le moment des conseils. Quels seraient ceux que tu donnerais à une personne désireuse de se lancer dans l’écriture par l’autoédition ? Gestion, idées, écriture, communication…

C’est marrant parce qu’au début, je donnais souvent le conseil de « foncer ». Or à présent, je donnerais celui de ne rien précipiter, de prendre le temps de peaufiner. Car j’ai constaté que de nombreux débutants, « foncent » un peu trop vite, justement et ont le sentiment après avoir mis le point final à leur livre, d’avoir achevé le travail, sans réaliser qu’en fait ils n’en sont qu’au début de la deuxième partie. Relire, faire relire, relire, faire relire, et encore corriger, puis tenter d’orchestrer la sortie de son livre si possible…

Je donne des conseils, mais je me rends compte que je suis toujours en train d’apprendre et qu’il y a tellement de choses encore qu’il me reste à assimiler. Finalement, je suis très mal placée pour donner des conseils, tout simplement. À la rigueur sur des points précis, parfois, en m’appuyant sur mon expérience, mais tout bouge tellement vite. Oui, j’en reste aux fondamentaux. Donc mon conseil : passez le plus clair de votre temps à lire et à écrire. Et le moins de temps possible sur les réseaux sociaux…

9. Parle nous de tes lectures. Quels sont les derniers livres que tu as lu et celui en cours ?

Je ne peux pas citer ici tous les auto-édités talentueux que je lis et que j’adore parce que je vais forcément en oublier un donc je saute directement à la case de celui en cours : Quand Satan Raconte La Terre au Bon Dieu de Mark Twain. Un délice. Actuellement sur ma table de chevet. A côté de Histoires de Pat Hobby de Scott Fitzgerald et du dernier Dany Laferrière.

10. Un message à transmettre ? Une info à ajouter ? Des remerciements à exprimer ? C’est la coutume sur le blog pour ces entretiens, on termine toujours par de libres propos.

Super ! Je veux profiter de cette plage « libre propos » pour envoyer ce message :

Vous lisez, vous appréciez les bons suspenses, vous ne dédaignez pas l’humour noir, laissez vous délicieusement et gratuitement intoxiquer par mon Été empoisonné

En vous inscrivant à ma NewsLetter

Ce geste vous permettra aussi de recevoir gratuitement en avant-première et en feuilleton les premiers chapitres, de L’Ombre du Zèbre, jusqu’à sa sortie officielle.

Je suis en perpétuel étonnement, ravissement et état de gratitude envers les lecteurs qui aiment Rosie Maldonne, que je remercie donc ici. C’est grâce à eux, que je peux continuer à écrire et à vivre dans un bonheur partagé avec ma Rosie.

Merci à Agnès et à sa passion, pour cet espace de discussion et ses questions qui m’ont permis de faire le point.


Son site

Sa page Twitter

Sa page Facebook

Sa page d’auteur sur Amazon

 

Et reste à consulter, le tout premier entretien d’Alice sur le blog en mai 2013

L’Enjeu de Wendall Utroi + bonus

Résumé

Élisabeth, femme sensible, se réveille droguée et à moitié nue dans un entrepôt en ruine, froid et humide. Elle va y découvrir trois autres personnes : José, jeune caïd de banlieue, Mary infirmière et Karl militaire en retraite. Pourquoi eux ? Qui est derrière tout ça ? Comment sont-ils arrivés là ? Mais surtout dans quel but ? Prisonnière de cet endroit et de ses peurs, elle va devoir trouver des réponses.

Mon avis

Avec le bon souvenir que m’avait laissé Un Genou à Terre son premier roman, j’étais impatiente de découvrir ce nouveau livre de Wendall Utroi d’autant plus que ce dernier fait partie des auteurs majeurs de l’autoédition.

Je ne vous cacherais pas que j’y suis allée avec une certaine réserve en commençant la lecture car connaissant le niveau de son auteur, je m’attendais à du lourd et cette réserve m’était nécessaire pour appréhender ce que j’allais découvrir.

Dès le premier chapitre, la tension est palpable de page en page et on se retrouve dans une ambiance de huit-clos où Elisabeth, José,Mary et Karl devront faire preuve de solidarité et de réflexion.

Wendall exploite tellement bien ses personnages qu’il est difficile de ne pas se sentir proche d’Elizabeth et ressentir ce qu’elle ressent. On essaie de l’aider en vivant ce qu’elle vit et c’est ce qui explique pourquoi on ressent si profondément cette tension.

Quand on voit cette tension allant crescendo tout au long du livre, on s’aperçoit vite que le suspens et les rebondissements suivent le même rythme, ça en est oppressant.

Je lis rarement des thrillers psychologiques et je dois avouer que celui-ci est véritablement impressionnant de par les idées de Wendall Utroi et la grande qualité de sa plume.

L’auteur sait merveilleusement comment faire retomber la tension car après nous avoir fait passer par toutes les couleurs, l’Enjeu se termine sur de l’émotion et c’est tout simplement adroit et un cadeau pour les lecteurs.

Tout simplement du grand art , l’écriture de Wendall est amplement suffisante pour se précipiter sur ce livre , mon premier coup de cœur de 2016!

Et histoire de vous mettre l’eau à la bouche, n’hésitez pas à visionner le trailer que Wendall nous avait préparé.

Bonus

Ayant tout récemment gagné l’Enjeu en numérique dédicacé sur le site de l’amie Isa des Tribulations d’Une Lectrice lors d’un petit concours, vous vous doutez bien que je l’avais déjà acheté lors de sa sortie. Et j’ai donc choisi de le remettre en jeu lors de la chronique.

La 1ère personne qui précisera un choix de format (epub ou mobi) et une email valide (non publiée) dans les commentaires se le verra attribué.

Bonne lecture !

Bilan littéraire et infos diverses

Vous l’aurez remarqué, je ne vous ai rien posté ces dernières semaines. On va essayé de remédier à cela en vous faisant un petit bilan lectures avec quelques infos en bonus.

Mes dernières lectures

Une auteur que je ne connaissais pas et surtout un petit livre qui m’a fait passer un bon moment de lecture pour un genre ne faisant pas du tout partie de mes habitudes.. Je vous le conseille.

Etant une adepte fidèle de l’auteur, ce livre faisait partie de promos récentes et d’un des seuls de l’auteur que je n’avais pas encore. Quel régal ! Andrea Ellison excelle vraiment dans le genre polar !

Mes dernières acquisitions

L’auteur Sarah King a su faire de sa série des enquêtes d’Olivia Kasner une série addictive au même titre que Rossetti & MacLane celle de l’ami Jérôme Dumont. Je me régale à chaque fois et n’en manque jamais un.

Une bonne initiative de l’éditeur qui avait mis ce livre en précommande gratuitement. Le précédent de l’auteur est également bien au chaud dans la liseuse. A conseiller pour les fans du genre.

Qui ne connait pas l’ami Wendall Utroi ! Son dernier roman vient de sortir et démarre déjà très fort. Ma patience est mise à rude épreuve et devrait céder dans peu Clignement d'œil

Mes pré-commandes

Fidèle de l’auteur depuis des lustres, je ne pouvais pas manquer ce nouveau qui arrive. J’ai déjà tous les autres de l’auteur dans la liseuse. Une championne du suspens !

J’avais déjà le T1, je ne pouvais manquer sa suite. L’auteur est tellement bon et ses histoires passionnantes qu’il est dur de résister.

Petites infos diverses

– En ce weekend de la Saint Valentin, l’amie Christelle Morize vous propose son livre L’instruction du Coeur 1 en promo à 0,99€

– Je vous prépare un entretien donc patience patience

– Ca devrait bouger d’ici peu du côté de l’ami Jérôme Dumont mais je ne vous en dis pas plus……

– La très sympathique auteur Martine Rombeau propose deux de ses livres en promo à 0,99€, Le Trait d’Union et Disparitions Inquiétantes, l’Affaire Anaïs.

– L’ami Fred organise un petit concours jusqu’à demain pour gagner des CDs. Pour plus d’infos voir ici.

– Toujours recherchée car non tactile, si ça en intéresse certains ou certaines, je me sépare de ma toute première liseuse Kindle marchant encore très bien. Pour plus d’infos, me contacter par la page contact pour ceux n’ayant pas mon adresse email.

* Cliquez sur les covers pour être redirigé vers le lien Amazon correspondant

Bon weekend !

Triste état des lieux…..

Deux phénomènes sont là et il était bon de les évoquer au moment où la situation me semble ne pas évoluer ni bouger du tout pour le premier et progresser pour le deuxième.

Quotidiennement, je tombe au cours de mes surfs sur de nombreux cas de violations de droits d’auteur et de traducteur concernant les livres dits du domaine public. Pratiquement toutes les plateformes proposant ce genre de livres y ont recours et sont constamment sur la corde raide.

On pourrait penser que tant que les ayants droits ne font pas les démarches de se plaindre et réclamer ce qui leur est dû envers les différentes plateformes ces dernières sont à l’abri des procédures mais néanmoins pas dans le respect de la loi ce qui peut pousser les autorités à un seuil de tolérance mais là je dis non, la loi est la même pour tout le monde !

Un simple exemple, on trouve partout sur le web et gratuitement, l’Appel de La Forêt, le livre le plus connu de Jack London. Cette œuvre est effectivement libérée de droits d’auteur mais pas de ceux de traducteur. La seule version circulant sur le web quel que soit l’endroit où vous le preniez est une traduction non libre de droits et ce n’est qu’un exemple! Un autre ? Tous les Sherlock Holmes de Conan Doyle font hélas partie de ces œuvres dont les droits de traduction sont constamment violés pour ne citer que ces deux exemples mais les autorités ferment les yeux y compris la Hadopi totalement insensible au sujet.

L’autre phénomène qui a vraiment pris de l’ampleur ces derniers mois est le champ de foire que sont devenus les commentaires de livres.

On assiste à de véritables attaques entre auteurs ou de lecteurs à auteurs ou l’inverse mais encore tout simplement entre lecteurs. Lorsque cela est écrit, ça peut aider en tant que preuves mais il arrive que ce soit beaucoup plus sournois comme les attaques postés en “réponse” à un commentaire donc pas en tant que commentaire même.

On peut voir également des attaques se traduisant par des clics utiles ou inutiles en fonction des commentaires concernés sans compter les différents trafics de commentaires comme l’achat, les arrangements parfois dans le seul but de nuire alors que le rôle d’un commentaire est de guider les lecteurs dans leur choix de lecture et mais aussi l’auteur dans la poursuite de son parcours littéraire. Je vous avais d’ailleurs signalé les cas de deux auteurs Pascale Marie Quiviger qui organisait un trafic de commentaires entre auteurs et Chrystal Jones se cachant derrière le pseudo ou prénom Nadia et faisant beaucoup parler d’elle mais dans le mauvais sens donc méfiance !

Et derrière tout ça, on peut voir aussi le classique effet de groupe qui peut faire des ravages sans compter les nombreux commentaires de livres non confirmés achetés mais aussi les usurpations d’identités ou ceux et celles se cachant derrière une autre identité.

Bref, des commentaires qui sont devenus un véritable champ de foire pour combats de coqs. Les différentes mesures de changement devraient arriver car une nouvelle gestion des commentaires est prévue dans un avenir proche.

Il est temps car il y en a ras le bol de ses différentes agressions suite à la publication d’un commentaire ou une publication de livre pour un auteur.

Ces fouteurs de m…. n’en sortiront pas vainqueurs et encore moins grandis doublement s’il s’agit d’auteurs. Il est temps que certains prennent conscience qu’en cherchant à bruler les étapes, ils vont droit dans le mur et leur parcours littéraire risque d’être beaucoup plus court que prévu.