Le combat continue…..

Vous connaissez tous mon soutien à la famille de Tiphaine Véron ainsi qu’à l’association Unis pour Tiphaine.

L’artiste graffeur Rebeb a attaqué hier une fresque de Tiphaine sur un mur de Poitiers.

L’article à consulter sur le journal de La Nouvelle République vous en dira davantage.

La comédienne Fanny Ardant s’engageant pour Tiphaine a pris la parole dans cette vidéo à découvrir.

Cette enquête continue mais pas sans soutien financier. Alors si vous voulez aider Tiphaine et sa famille, faites un don à l’association Unis pour Tiphaine.

Merci du fond du cœur.

Bons Plans de l’été

Avec un peu de retard, voici enfin l’article 100% bons plans pour votre été que certain(e)s d’entre vous me réclamaient depuis un moment.

L’occasion de faire le plein de votre liseuse en cette période estivale. Encore faut-il en avoir une. Tout est prévu.

Les deux premiers modèles de liseuse Kindle sont actuellement en promotion, une bonne occasion pour ceux et celles souhaitant s’équiper ou renouveler leur matériel. Cliquez sur la photo pour une redirection sur la page correspondante.

Proposant des histoires passionnantes écrites avec brio, l’auteure Laetitia Argoud propose une promo sympathique de sa trilogie J.Kern jusqu’au 15 juillet. De bons moments de lecture en perspective.

Sachant si bien retenir son lectorat, l’auteure Alice Daurel propose l’un de ses livres Le Mystère des Disparus à un prix très sympa qui est une occasion supplémentaire de profiter de cette belle plume.

Christelle Morize, une auteure talentueuse publiant des livres prenants et brillants vous propose certaines de ses oeuvres à prix tout mini jusqu’au 20 juillet. Indispensables pour le mode transat de l’été !

Avec la plume si brillante qu’on lui connait, l’auteur Cetro sachant brillamment mettre en avant des faits de société propose son livre Orphelin de Pairs au prix tout mini de 0,99€. L’auteur à avoir absolument dans sa liseuse.

L’auteure Anaïs Weibel bien connue pour ses nombreux succès propose l’un de ses romans Juste Puni au prix très sympa de 1,99€. Un livre addictif et percutant !

Après l’Emprise qui fût le livre le plus marquant de 2020 pour le blog, l’auteure Sandrine Colmet était revenue avec Une Vie Volée, un livre que je vous avais chroniqué ici en avril dernier. Ce roman noir percutant et orienté émotions est proposé au prix tout mini de 0,99€ durant quelques jours. N’hésitez pas à (re)découvrir ce livre bouleversant et cette plume en or.

Une plume que beaucoup d’entre vous ont découvert avec The Wedding Girl et qui a réussi à se faire un nom : Tamara Balliana. Une auteure de comédies romantiques et de romances à suspense à lire absolument. Son livre Livio est en promotion actuellement à 1,99€ et c’est une lecture idéale pour votre été.

Nouveautées

L’auteure Alice Quinn un des piliers de l’autoédition vient tout juste de sortir son nouveau roman Le Parfum de La Tendresse, une histoire irrésistible d’émotion, de rédemption et d’amour à découvrir sans attendre. Proposé au prix mini de 0,99€ jusqu’au 15 juillet.

L’auteure Sandrine Pialat est de retour avec la sortie il y a quelques jours de son nouveau roman Puzzle Sanglant. Un thriller psychologique qui permet de retrouver son personnage Eleanor Rise. Proposé à prix sympa jusqu’au 11 Juillet.

Après le succès de son précédent roman Le Puits du Fou, le nouveau roman Métal Fantôme de l’auteur Joffrey Sinet est disponible sur les plateformes et en train de se répandre dans les liseuses. Proposé au prix super mini de 0,99€. Un livre qui s’annonce d’or et déjà comme une œuvre de tout premier plan à avoir dans votre liseuse.

La toute dernière publication du Club des Indés : un recueil de 12 nouvelles avec ambiance musique car sorti le jour de la fête de la musique. Que du bon à découvrir sans attendre car proposé gratuitement alors cliquez !

Précisions

-étant impossible de connaitre tous les bons plans et promos et d’être derrière chaque auteur, je vous invite à me faire connaitre vos promos par voix privée et elles se verront ajoutées.

-les promos littéraires concernent uniquement les versions numériques des livres.

-en cliquant sur les covers vous serez redirigés vers la page Amazon du livre correspondant. Dans le cas d’une photo et promo de plusieurs livres, redirection vers la page d’auteur correspondant sur Amazon.

Bonnes vacances et surtout bonne lecture !

Une petite séance en vrac d’été

Afin de mieux vous guider et conseiller dans vos lectures, faisons en ce début d’été un petit point côté liseuse. Des suggestions de lecture qui ne pourront que vous apporter de bons moments de plaisir.

Lecture en cours

Une auteure Mélanie Rafin que je découvre avec cet écart à ma zone de confort que sont les polars et thrillers. Pétillant à souhait, un livre idéal pour cette période estivale.

Mes dernières acquisitions

La dernière publication du Club des Indés auquel je reste fidèle, un recueil de douze nouvelles en musique avec différents auteurs à découvrir sans attendre d’autant plus gratuitement.

Une auteure Agneta Gerson que j’avais déjà lu mais dont ce roman donne vraiment envie de retrouver cette belle plume. Un thriller qui promet un bon moment de lecture.

Cédric Castagné propose avec ce roman un thriller psychologique qui assure et voué au succès comme c’est parti.  Une des grosses sorties de ces dernières semaines à ne pas manquer.

L’auteur Florian Dennisson dont je reste une fidèle vient de publier avec l’Oubliée un roman qui s’annonce palpitant et excellent. Un indispensable dans vos liseuses.

L’auteur Jeremy Serano propose avec Béni soit le Crime un livre qui s’annonce impressionnant pour ce thriller psychologique à suspense qui fait déjà froid dans le dos alors cliquez sur la cover !

Maniak signe le retour sur le devant de la scène littéraire de son auteure Laurel Geiss . Avec ce roman, nous nous retrouvons face à un thriller policier qui saura en convaincre plus d’un(e). L’enthousiasme est là parmi les premiers retours alors un bon moment de lecture qui s’annonce pour vos vacances.

Une nouvelle auteure Gwen Larsa vient de sortir son premier roman Ma Famille,Ma Bataille qui remporte déjà un enthousiasme certain, c’est bon signe . Ce livre vous offrira un  sacré bon moment de lecture entre secrets de famille et émotions. Et profitez-en, toujours à prix mini pour la sortie .

Mes pré-commandes

C’est sans surprise et surtout sans attendre que j’ai précommandé le nouveau livre à venir de l’auteure et amie Alice Quinn. Le Parfum de la Tendresse est annoncé pour le 7 juillet comme LE livre de vos vacances.

La sortie de ces derniers jours

Sandrine Pialat dont je vous avais déjà parlé au travers de la chronique de son livre Les Yeux du Mal est de retour avec Puzzle Sanglant, un thriller psychologique qui s’annonce d’or et déjà prenant et addictif.  Indispensable pour votre été !

Bon Plan

L’auteure Laetitia Argoud propose une promo intéressante, trois de ses polars à prix mini jusqu’au  15 juillet. Des indispensables comme le dit Laetitia pour le mode transat et lunettes de soleil !

Divers

-Deux rappels à vous faire

  • en cliquant sur les covers, vous serez redirigés automatiquement sur la page correspondante des livres sur Amazon
  • Le blog étant indépendant, lorsque je parle d’acquisitions, il est question de téléchargements payés par mes soins puisque les services presse ne font pas partie de la philosophie du blog.

Une piqûre de rappel aux auteurs :  toute promo de leur(s) livre(s) est à me signaler du fait de la rubrique bons plans et ne pouvant pas être derrière tout le monde et voir toutes les promos.

Bonne lecture !

 

Tribune Libre avec Enzo Bartoli

Il m’est déjà arrivé de répondre à des interviews. Le plus souvent pour la presse quotidienne régionale, parfois pour un blog, plus rarement pour la presse spécialisée. Une constance toutefois, quel que soit le support, lorsque je lis l’article qui en découle je suis toujours déçu. Par mes réponses évidemment. Parfois aussi par la manière dont elles ont été retranscrites. Mais le plus souvent mes regrets se portent sur les questions que l’on ne m’a pas posées, celles qui m’auraient permis de m’exprimer sur les sujets dont j’avais envie de parler… Grâce à Agnès, à son soutien et à la confiance qu’elle m’accorde, j’ai cette fois toutes les clefs en main et je ne pourrais donc m’en prendre qu’à moi-même si le résultat ne me convient pas. Sur ce…

Enzo, qu’est-ce que tu fais là ?
Là ?

Oui, là, je veux dire : dans ce milieu littéraire
Je me le demande bien ! On va dire que c’est le hasard, comme beaucoup de choses qui me sont arrivées jusqu’à présent.

– Et plus sérieusement ? Si tu voulais bien faire un effort…
Bon, c’est bien parce que c’est toi. Alors je vais commencer par être franc, je n’ai jamais eu le sentiment d’appartenir à ce qu’on appelle communément « le milieu littéraire » et je n’ai aucune idée de ce qui se cache derrière cette nébuleuse. Lorsque (attention, je vais parler de la vie d’avant) je circule entre les stands du Salon du livre de Paris, j’ai du mal à imaginer qu’on puisse unir sous une même appellation un Marc Levy, un Douglas Kennedy et une Amélie Nothomb.

Quelle différence fais-tu entre eux ?
Le premier est doté d’un formidable don de raconteur d’histoire, même chose pour le deuxième, qui ajoute à cela un vrai talent d’écriture, au contraire de la troisième qui s’avère totalement dépourvue de l’un comme de l’autre et n’est qu’un pur produit marketing bâti à grand renfort de coupes de champagne et de chapeaux d’Halloween.

Oui, euh… on va plutôt revenir à toi.
Attends, je peux aussi parler des essayistes qui utilisent leur plume pour tenter de faire élire…

Non non, ça ira ! Contente-toi de nous dire ce que toi, tu fais, ou du moins ce que tu imagines faire.
Moi ? J’ai pour seule ambition de proposer aux lecteurs ce que j’allais chercher quand j’ai commencé à lire. J’étais enfant unique. J’habitais le quartier de la Bastille à Paris, d’où il n’était pas forcément facile de s’évader, et la lecture m’aidait à y parvenir. Maintenant, si j’avais eu à disposition console de jeux, tablette et Internet, est-ce que j’aurais ouvert un bouquin ? Pas certain ! Toujours est-il que je l’ai fait, avec les incontournables Club des cinq puis Six compagnons, qui traduisent à merveille ce que j’ai toujours eu envie de lire et donc, maintenant, d’écrire : des personnages attachants, une « bande » à laquelle on a envie d’appartenir et un décor qui nous sort de notre quotidien. C’est aussi ce que j’ai trouvé plus tard dans San Antonio ou chez Patrick Cauvin et c’est ce que j’essaye de reproduire, à mon petit niveau.

Tu as conscience de ne rien inventer ?
Bien sûr ! C’est juste ce que je m’applique à garder en tête au moment de m’atteler à un nouveau roman. N’ayant jamais eu la prétention de me mesurer à Agatha Christie ou à Arthur Conan Doyle, je ne m’imagine pas échafauder une intrigue à la Dix petits nègres. Par contre, je peaufine les ambiances et les personnages. Le plus souvent, ça part d’un milieu socioprofessionnel, comme le théâtre pour Les loges du mal ou les sites de rencontre pour adopteuntueur.com et l’intrigue se construit ensuite. C’est aussi ce qu’il m’arrive de rappeler lorsqu’un auteur plus jeune, ou moins expérimenté, me demande des conseils. En clair, écrivez déjà pour vous. Si vous y prenez plaisir, on peut espérer que d’autres partageront vos goûts.

Tu es souvent sollicité dans ce sens ?
Ça arrive… Note que le plus souvent, la demande est plutôt « comment fait-on pour vendre beaucoup » plutôt que « comment fait-on pour écrire un bon livre ». Mais bon, sans doute suis-je moins légitime sur ce dernier point. Et après tout, tu sais très bien que ce que certains appellent de « mauvais livres » sont souvent ceux qui se vendent le plus. Il nous est tous arrivé de nous laisser tenter par un bandeau annonçant le nombre de lecteurs « déjà conquis », ou par des critiques dithyrambiques, et de reposer le bouquin au bout de quelques chapitres. Le livre est un produit de consommation culturel comme un autre. Il y a beaucoup d’hypocrisie dans ce que tu appelais tout à l’heure le « milieu littéraire ». On parle de « l’industrie du cinéma » et de « l’industrie du disque ». Si on parlait plus souvent de « l’industrie du livre » on se rapprocherait de la vérité. Il y a par exemple un lectorat, et donc une clientèle, pour la romance, donc on en édite. La poésie se vend comme les cercueils à deux places, il est impossible de se faire éditer. Ce n’est ni plus ni moins que la loi du marché !

Eh bien restons dans le business ! J’ai cru comprendre que tu avais un parcours un peu chaotique dans le milieu de l’édition. Tu nous racontes ?
Ça n’a rien de réellement passionnant, mais ça pourra peut-être intéresser les auteurs débutants qui désespèrent en voyant s’accumuler sur leur bureau les lettres de refus. En fait, tout pourrait se résumer par ce que m’avait dit, un soir de dédicaces, l’excellent Gilles Del Papas :
Si un éditeur te dit « on y va », tu n’es pas plus avancé. S’il te fait signer un contrat, pas plus d’espoir. S’il te remet un chèque d’avaloir, idem. Si le chèque est honoré, alors, tu peux te dire qu’il se passera « peut-être » quelque chose.
Eh bien malheureusement, ça s’est vérifié. De belles promesses, à deux reprises, par deux belles maisons, et puis rien au bout. J’ai fini par trouver une petite maison régionale, qui m’a signé sur deux titres. Puis, après avoir échoué, apparemment de très peu, au Prix du Quai des Orfèvres et donc d’avoir loupé l’opportunité de signer chez Fayard, je me suis tourné vers l’autoédition, via KDP, la plateforme d’Amazon. Ça a plutôt bien marché dès le premier titre, Curriculum mortem, et c’est alors que la maison d’édition d’Amazon, Amazon Publishing, devenue par la suite Thomas & Mercer pour le polar, m’a proposé d’éditer les nouveaux titres et de rééditer les anciens sous leurs labels. Plus à me préoccuper des corrections, de la couverture, du marketing…

– Bref, une affaire qui marche.
(Rire jaune) Qui marchait ! Le polar francophone étant beaucoup moins rentable que le polar anglophone, il a été abandonné par Amazon. Je suis donc redevenu indépendant. Comme quoi, rien n’est jamais acquis ! Mais pour le moment, je ne regrette pas. J’ai pris beaucoup de plaisir à concocter de A à Z « Madame la flic ». J’aurais même tendance à dire que je préfère gérer moi-même la couv ou la 4ème de couv. J’ai quelques bonnes relations finement lettrées pour m’aider dans les corrections. En revanche, c’est sur l’aspect marketing que ça pêche. C’est vrai que, lorsque ton bouquin s’affiche à l’allumage sur toutes les liseuses de France, ça aide… mais bon, on verra comment ça se passe. Et puis, je l’ai inscrit au concours des plumes francophones 2021… on ne sait jamais ! Il faut toujours garder l’espoir.

– Tu veux nous en dire plus sur ce bouquin ? Il y a, je crois, une grande nouveauté.
Je ne vois pas de quoi tu veux parler…

– Et moi je sais que tu vois très bien.
OK ! Tu fais sans doute allusion au fait que, pour la première fois, mon personnage principal est une femme.

– Effectivement. Tu admettras que tu auras mis du temps à sortir de tes vieux schémas machistes.
Alors là, permets-moi de m’inscrire en faux. Je n’ai jamais été misogyne, ni mes bouquins d’ailleurs. C’est la société dans son ensemble, et peut-être plus particulièrement, du moins pendant un temps, l’institution policière, qui le sont. Et puis quand tu as appris à lire avec San Antonio ou Nestor Burma, même s’ils étaient loin du mépris que peut exprimer un SAS envers les femmes, tu t’enfermes un peu dans l’idée qu’un bon polar passe par des codes masculins. Ça a changé. Par les temps qui courent, il est préférable de dissimuler son machisme. Alors j’ai surfé sur la vague en me disant que si cette petite concession pouvait assurer de gros tirages, il ne fallait pas se gêner.
– …
C’est bon, je déconne ! C’est venu comme ça, en même temps que l’idée de ce livre.

– Je peux espérer que tu redeviennes sérieux ?
Mais je le suis. En fait, je me trouvais sur une île grecque, sur la plage d’une réserve naturelle sur laquelle des migrants avaient été débarqués quelques jours plus tôt, en semant un peu l’émoi dans la population. Il se disait n’importe quoi, qu’il y avait eu des noyés, qu’on n’avait pas retrouvé tous les corps, que les passeurs avaient été arrêtés puis relâchés aussitôt… Bref, tous les fantasmes qui peuvent se réveiller en pareille circonstance, mais qui peuvent aussi aider à mettre en place une intrigue. Et c’est le même soir que j’ai assisté à l’arrestation par les policiers grecs de deux touristes anglais ivres morts. C’était une femme qui dirigeait l’opération et c’est là que j’ai compris que je tenais un truc. Ça tombait bien parce que j’avais envie de changer d’ambiance par rapport à mes précédents romans. En revanche, quand j’ai fait le choix de l’écrire à la première personne, j’ai un peu regretté. Pas évident de se mettre dans la peau d’une femme, même flic. Quant aux fautes d’accord, je ne t’en parle même pas !

– Des regrets ?
Certainement pas ! C’était une expérience très intéressante et le fait de faire voyager mon personnage à travers l’Europe était également nouveau, et très enrichissant.

– Tu envisages donc une suite…
Faut voir… Avant de prendre ce genre de décision, j’ai tendance à écouter les lecteurs. Et même si Madame la flic a été très bien accueillie, ils sont nombreux à me laisser entendre qu’ils retrouveraient avec plaisir Tonton et le Beau gosse, de ma série Brigade criminelle. À moins qu’une fois encore, je me laisse guider par un coup de cœur comme en réserve parfois l’existence… ou les comptoirs des bistrots qui ont enfin rouvert.

– C’est une réelle source d’inspiration ?
Bien sûr ! Selon les quartiers, le type d’établissement ou l’heure de la journée, ce sont des endroits formidables pour observer nos contemporains, qui ne sauront d’ailleurs jamais que leur silhouette, leur attitude ou leur façon de parler risquent de se retrouver un jour dans un roman. Et à ce propos, j’aime beaucoup un livre de Stefen King, dans lequel je me replonge régulièrement. Il s’appelle « Écriture, mémoire d’un métier ». En dehors de ses débuts, on ne peut plus difficiles et qui pourraient remonter le moral de n’importe quel auteur en manque de reconnaissance, il y livre pas mal des clés indispensables pour planter un décor et y bâtir une solide intrigue. Ça je vous l’offre, c’est pour moi c’est cadeau !

– Un cadeau ? C’est une jolie manière de conclure une tribune.
Parce que c’est fini ?

– Logiquement… oui. Sauf si tu avais quelque chose à ajouter ?
Plein de choses. Tu me laisses encore un peu de temps ?

– Oui, bon… Mais fais vite.
Compte sur moi ! Alors… J’en ai marre de se sempiternel débat « liseuse ou livre papier ». On s’en fout ! L’important, c’est de lire, peu importe le support ! La vie est un roman, de Guillaume Musso, est le troisième livre le plus vendu en France en 2020 ? Je vous jure que je n’y suis pour rien ! Il devance Pierre Lemaitre ? Quand je vous disais que la vie est injuste ! Éric Zeimour va arrêter l’écriture ? Enfin une bonne nouvelle ! Quoi ? C’est pour se lancer en politique ? Redonnez-lui son stylo, vite ! Augustin Trapenard ne va plus à Livre Paris parce qu’il y a trop d’auteurs indépendants et d’autoédités ? Tant pis pour lui ! Il est passé à côté de véritables pépites qui, pour la plupart, cartonnent maintenant dans l’édition traditionnelle. Je pense à Solène Bakowski, Amélie Antoine, Laure Manel, Isabelle Rozenn-Mari, Jacques et Jacqueline Vandroux, Wendall Utroi, Luca Tahtieazym, Mathieu Biasotto et j’en oublie… Soyez curieux, LISEZ-LES !

Son Twitter

Son Facebook

Sa page auteur Amazon

Son Instagram

Différente de Damien Leban

Synopsis

Dans cette nouvelle de genre thriller, vous serez entre les mains de Rick Anderson, un tueur en série à la recherche d’une nouvelle petite amie. Un mec fort sympathique, vous verrez…
Son seul problème ? Sa nouvelle voisine, une fillette… différente.

Mon avis

Il est rare sur le blog qu’il soit question de nouvelles surtout dans les chroniques mais celle-ci se devait d’y figurer.

L’auteur Damien Leban a surpris en publiant différente car tous les auteurs ne sont pas adeptes d’un tel exercice qui n’est jamais évident de par les difficultés que cela impose comme le développement sur une longueur limitée.

Une histoire dans laquelle on découvre de l’émotion, du suspense et l’essentiel des codes du genre thriller, suffisant pour vous happer jusqu’à la fin.

On voit qu’en très peu de pages (une trentaine), Damien a su organiser une structure générale parfaite pour faire son effet. Et on ressent le plaisir de l’auteur qui ressort dans son travail d’écriture ce qui montre le contrôle, la justesse et la maitrise qu’on lui connaît dans ses romans.

Avec une ambiance bien présente, l’efficacité est au rendez-vous et c’est tant mieux. Les lecteurs et lectrices apprécieront de se retrouver captivés.

Mission accomplie et réussie pour l’auteur.

Toujours gratuite, une nouvelle indispensable à découvrir !

 

Une maison oubliée de Sandrine Barbier Lombardy

Synopsis

Un village énigmatique, Malauzat, petit hameau de 1000 habitants situé en plein cœur de la chaine des puys, chargé d’histoires oubliées.
Une disparition d’enfant au sein même des murs du château de ce village.
Une jeune journaliste qui revient dans sa maison natale, une bâtisse vieille de 250 ans, située à quelques centaines de mètres de l’édifice.

Lucie, éditorialiste dans la rubrique « Festivals » du quotidien national Le Parisien en province, revient passer l’été dans la maison familiale qui l’effraie depuis toute petite.
C’est avec Olivier, lieutenant de police chargé de l’enquête, qu’elle va tenter d’élucider la disparition de Chloé, 4 ans.
Mais ce retour dans son village natal ne sera pas sans conséquences. Les fantômes de Malauzat, des âmes meurtries que le village tout entier a préféré oublier au fil des années, viendront l’aider à résoudre cette disparition et briser une bonne fois pour toute la malédiction de Malauzat.

Mon avis

Quand certaines lectrices m’ont parlé de ce livre, il n’en fallait pas plus pour piquer ma curiosité car correspondant tout à fait à mon environnement favori : maisons / manoirs pleins de mystères, hantés et le résumé de l’histoire a fini de me convaincre.

Ce court roman m’a permis d’en découvrir son auteure Sandrine Barbier Lombardy. Je devais donc m’attendre à tout d’où ma petite réserve habituelle.

L’histoire nous emmène en Auvergne pour un retour aux sources d’un des personnages ce qui offre une sensation de voyage.

Les nombreux mystères entourant le château du village agit comme un aimant sur les lecteurs. Nous nous retrouvons happés par le suspense démarrant très vite et très fort et bien entretenu tout au long du livre.

L’auteure a su travailler minutieusement la qualité de ses dialogues ce qui rend doublement captivant ce livre.

Une intrigue passionnante dont l’enquête bien menée apporte un zeste de romance ce que certains apprécieront

La malédiction et les mystères planant, les pages se tournent non-stop avec un plaisir ascendant.

Sandrine montre une belle maitrise pour un style tout en simplicité et aéré avec une justesse des choses. Nul doute que l’avenir s’annonce prometteur pour elle.

Une belle plume tout simplement pour un ensemble offrant beaucoup de plaisir pour ce bon moment de lecture.

Une belle réussite à découvrir.

Observés de Cetro

Synopsis

Changer de vie, partir, fuir ses problèmes.

Ibrahim fait le choix difficile, pour sa famille et lui-même, de déménager, de traverser la France pour laisser loin derrière eux les tourments qui les rongent.

À leur arrivée dans cette nouvelle maison, déjà riche d’Histoire, tout paraît se présenter sous les meilleurs auspices, chacun voit dans ce changement radical une occasion de se reconstruire.

Pourtant, un regard extérieur, inquisiteur et violateur, viendra très vite remettre en question cet équilibre qu’ils pensaient avoir enfin trouvé et raviver leurs vieux démons.

Mon avis

C’est avec beaucoup de regrets que je referme ce livre. Oui vous avez bien lu !

J’ai commencé à lire Cédric Veto alias Cetro dès ses débuts et nombreux  pour ne pas dire tous sont les romans de l’auteur à figurer sur la liseuse.
Avec la publication de ce nouveau manuscrit, je n’ai pu patienter davantage pour retrouver l’un des chouchous du blog.

En plongeant dans cette histoire au démarrage joyeux et gai, l’auteur nous emmène dans le Médoc en compagnie de Ibrahim, Eileen et Sohan leur jeune fils.

Cetro nous ayant habitué à différents styles jusque là entre drame, romans noirs et émotions, on constate une fois de plus à quel point celui-ci sait mettre en avant des faits de sociétés ou familiaux au travers de ses histoires.

Au fur et à mesure des pages, l’auteur fait naitre un suspens allant crescendo qui ne lâchera plus les lecteurs jusqu’à la fin du livre. Cetro joue avec les nerfs de son lectorat !

On s’attache aux personnages de cette petite famille, leurs émotions très présentes et exploitées tel qu’il le faut ni plus ni moins. Comme toujours avec Cédric, on reste dans le contrôle et la maitrise avec néanmoins un sentiment plus léger qu’est son naturel. Bref, une mécanique bien huilée jusqu’à la dernière page.

Observés est une histoire passionnante mais pas seulement un roman rempli de suspense, il est également un ouvrage mettant en avant de manière brillante deux faits de société : le voyeurisme et la vengeance.

Un livre que je vous conseille fortement pour ce véritable coup de cœur.

Séance en vrac ensoleillée

Avec quelques actualités en ce week-end, faisons ensemble un peu le point côté liseuse ce qui est toujours l’occasion de récupérer quelques idées de lecture.

Lecture en cours

Fidèle de l’auteur Cetro et ce dernier ayant trop rarement les honneurs du blog, je n’ai pas attendu pour me lancer à lire son petit dernier sorti il y a peu. Un roman noir qui vous harponne littéralement. Tout simplement passionnant.

Mes dernières acquisitions

Suivant et lisant son auteur Damien Leban depuis ses débuts, le petit dernier est en train de se répandre dans les liseuses car une sortie majeure datant d’hier.Une fois de plus, on peut faire confiance à Damien pour retenir son lectorat. Bon à savoir, un prix mini d’appel à 0,99€ pour le numérique est proposé pour cette sortie, c’est donc l’occasion rêvée de l’acquérir alors foncez !

Un collectif d’auteurs avec aux commandes Nadine Doyelle s’est retrouvé pour sortir ce troisième volume d’histoires tournant autour du thriller en soutien au salon du livre de Longperier. Vous avez également la possibilité d’apporter votre propre soutien en téléchargeant cette nouvelle publication proposée à prix canon de 0.99€. Indispensable !

Sorti fin mars, le petit dernier de l’auteur Sébastien Theveny  est à conseiller quand on connait le parcours de ce dernier et qui surprendra en nous offrant avec Burning Hearts une romance à suspense. Fidèle de l’auteur, ce roman n’a pas échappé au clic.

Après le joli succès de dans la lueur des ténèbres, un excellent roman d’anticipation, son auteur Patrick Schneckenburger vient de publier ce petit dernier dans le genre fantastique. Rien que le pitch est plus que convaincant et attirera de nombreux lecteurs. Patrick a pensé à tout  à commencer par un prix sympa à saisir . Allez zou on clique !

Mes pré-commandes

Aucune cette fois-ci

Bon Plan

Pour ceux et celles appréciant le genre développement personnel, le roman de Peggy Ebring au résumé attirant est proposé gratuitement. Une jolie découverte à faire que j’ai moi-même téléchargé.

Divers

-Deux rappels à vous faire

  • en cliquant sur les covers,vous serez redirigés automatiquement sur la page correspondante des livres sur Amazon
  • Le blog étant indépendant, lorsque je parle d’acquisitions, il est question de téléchargements payés par mes soins puisque les services presse ne font pas partie de la philosophie du blog.

Je rappelle aux auteurs que toute promo de leur(s) livre(s) est à me signaler du fait de la rubrique bons plans.

Bonne lecture !

Une vie volée de Sandrine Colmet

Pitch

Tom, dont la vie a basculé du jour au lendemain a beaucoup de mal à accepter son handicap.
Il vit maintenant dans un centre spécialisé, cloué dans un fauteuil roulant.
Qu’a-t-il bien pu se passer ?
Je me doute que vous voulez le savoir…
Préparez-vous, au fil des pages de ce roman noir, à découvrir sa terrible histoire.

Mon avis

Après avoir découvert Sandrine Colmet qui avait marqué mon année 2020 avec l’Emprise, il était temps de découvrir cette dernière publication.

De par le livre choc précédent, je me suis lancé à la lecture de ce petit dernier avec une certaine réserve s’expliquant par mon côté sans doute trop exigeante.

Une histoire qui commence dans une simplicité déconcertante avec un triste quotidien. On sent dès le début que le livre aura pour feuille de route les émotions ce qui est adroit pour toucher non stop les lecteurs là où il faut.

On voit une belle évolution du travail d’écriture de Sandrine en notant  une justesse et une précision dans le texte, chaque mot écrit est pesé, réfléchi ce qui montre un véritable contrôle et une maitrise parfaite. C’est impressionnant.

Les variations entre émotions positives et négatives montre une gestion minutieuse de ce genre de ressenti. L’auteure a su également se montrer sensée quand à l’exploitation de ses personnages qui au travers des nombreux rebondissements ressort à la perfection.

Les émotions intervenant si fréquemment que ça pourrait laisser cette sensation de ressembler à un livre témoignage mais tout est tellement bien exploité, justifié, équilibré qu’au fur et à mesure que les pages se tournent, on s’éloigne de cette sensation.

Pour ce roman noir, pas forcément facile de mettre des mots sur les maux mais l’auteure sait diablement bien rester réaliste et traite les choses avec pudeur.

Un livre percutant et bouleversant à lire absolument !

9 ans déjà, que le temps passe !

9 ans se sont écoulés depuis la publication du premier article de ce blog le 9 avril 2012.

Avant tout, je rappelle l’indépendance de ce site qui se veut sans partenaires ni articles sponsorisés. J’ai fait en sorte de partager avec vous ma passion de la littérature même si je garde une petite marge pour aborder parfois d’autres sujets.

Auteurs et éditeurs, un contact de votre part reste inutile pour une question de visibilité où soumettre l’un de vos livres. Je reste seule aux commandes de mon bateau et moi seule décide de ce qui s’y passe en publiant ce que je veux quand je veux tout en lisant ce que je veux quand je veux. S’abonner au blog ainsi qu’à ses comptes communautaires sur Twitter et Facebook dans ce but/espoir là reste également inutile.

Le site reste réfractaire aux invitations et abonnements. Ce n’est pas son travail de gérer le contact avec les lecteurs/lectrices des auteurs.

Ces derniers mois m’ont permis de faire quelques découvertes côté auteurs comme Jean-Baptiste Van Dyck et Sandrine Colmet qui ont véritablement marqué mon année 2020 et ce début 2021.

Le rythme de publication d’articles ainsi que mes lectures ont légèrement ralenti cette année passée pour des raisons médicales, notamment des problèmes de vue.

2020 a marqué également mon arrivée sur Facebook ce qui finalement n’est pas si mal.

Mais Destination Passions persiste à rester une petite communauté intimiste qui bien qu’ouvrant rarement ses portes à de nouveaux auteurs peut le faire pour des raisons littéraires exceptionnelles comme tout récemment avec Jean-Baptiste Van Dyck

Une nouvelle année que j’espère voir retrouver un rythme plus soutenu côté publications et lectures.

De nombreux remerciements sont à formuler.

L’ami Fred Bezies un blogueur/auteur et ancienne connaissance sur le web qui dérange parfois mais qu’on aime tel qu’il est. C’est sur ses pages que j’ai trouvé la motivation pour lancer le blog.

En vrac, merci à Jérôme, Isabelle, Christelle, Alice, Cetro, Sébastien, Enzo, Mickaël, Lionel, Olivier, Patrick, Cédric,Marie, Anna, Sandrine, JB, Nikos et tous ceux que j’oublie et qui se reconnaitront.

Un immense merci à la famille de Tiphaine Véron et à l’association Unis pour Tiphaine pour leur accueil et leur combat que j’ai rejoint. Le site leur reste ouvert à tous moments. N’hésitez pas à soutenir l’association.

Merci à tous ceux qui contribuent de près ou de loin au succès de ce blog

Merci à tous les blogueurs et auteurs qui citent Destination Passions dans leurs articles ou se faire le relais d’opérations spéciales.

Merci à tous les followers sur Twitter et abonnés sur Facebook.

Merci pour vos nombreux mails ainsi que vos appels téléphoniques, vos messages dans Messenger votre amitié et votre confiance, cela fait un grand plaisir.

Merci à tous ceux et celles offrant régulièrement des cadeaux aux lecteurs.

Et bien évidemment merci à tous les lecteurs et lectrices pour leur fidélité en participant à ce blog tout au long de l’année par leurs réguliers commentaires ainsi qu’aux lecteurs occasionnels ou gagnants de livres sur le blog.

Merci également à Anatolem et Iceman lecteurs de l’ami Fred.

Merci à Caroline, Steve et Jean-Baptiste 🙂

Merci à tous pour votre confiance !