Qu’est-ce que le livre idéal ?

Depuis un certain temps, j’avais l’envie de tenter de répondre à cette question. Voyons ensemble les différentes possibilités.

Couverture

La cover a une importance majeure car c’est la première chose que les lecteurs verront et par laquelle il sera possible de les accrocher. Une couverture de qualité reflétant au mieux l’ambiance du livre sera accrocheur. On voit fréquemment des visages ou corps humains sur la couverture de nombreux livres du fait de cette mode de l’érotisme, mode qui passera. Il n’est pas certain que ce soit l’idéal comme couverture pour attirer des lecteurs. Des couleurs, des ambiances, des paysages, des habitations sont des facteurs qui feront davantage d’impact car véhiculant mieux l’ambiance d’un livre.

Sujet

Sans doute le paragraphe le plus court car c’est là qu’interviennent les gouts et les couleurs qui restent indiscutables et propres à chacun. L’auteur je pense  doit réfléchir à l’objectif qu’il se fixe avec son livre et à sa cible favorite au niveau des lecteurs. Un sujet très documenté reste indispensable et sera toujours un point fort comparé à un sujet survolé. C’est donc une question de travail pour les auteurs. Après on aime ou on n’ aime pas.

Chapitres

Dans chapitres, il y a chapitres et chapitrage.

Lire un livre non chapitré reste éprouvant et difficile car il ne faut pas oublier que tout au long de sa lecture, le lecteur a besoin de repères et de cohérences pour bien suivre et s’y retrouver. Rien de tel qu’un livre réparti en différents chapitres. Le nombre en soi n’est pas forcément le plus important même si j’inciterai les auteurs à ne pas négliger un point, le confort de lecture du lecteur. Et pour cela, des chapitres relativement courts sont lus plus rapidement, des livres avec des chapitres beaucoup trop longs  peuvent rendre la lecture éprouvante. Il appartient aux auteurs de trouver un juste milieu. Un dizaine de pages par chapitre me semble une bonne moyenne.

L’orthographe

De nombreux auteurs passent énormément de temps à la relecture de leur écrits pour les corrections. Certains n’ont pas forcément les moyens de s’offrir les services d’un correcteur pro et encore la garantie n’est pas assurée à 100%. Mettez un point d’honneur à l’orthographe de vos livres car c’est sans doute le facteur le plus important qui fera fuir le plus vite les lecteurs. Si certains prennent le risque de publier parfois leur livre avec un minimum de correction, on découvre de véritables torchons.

Lorsque de petites fautes vous sont signalées, n’hésitez pas à les corriger immédiatement et procéder à une petite mise à jour de votre livre.

La qualité de l’orthographe est la première marque de respect de l’auteur envers le lecteur. C’est donc une étape importante à ne négliger sous aucun prétexte

L’invisible

Quel drôle de titre pour ce paragraphe non ?

Par invisible, j’entends tout ce qu’on ne voit pas et qui concerne l’effet et le ressenti sur le lecteur, cela relevant d’un bon travail des auteurs.

Des lecteurs qui se prennent des longueurs à n’en plus finir, des tonnes de descriptions auront vite fait de faire demi-tour et de mettre un terme à leur lecture avant la fin du livre. Donc éviter les excès de descriptions ou alors avec une meilleure répartition dans l’histoire afin que ça ne joue pas sur des longueurs.

La grande quantité de dialogues me semblent indispensable car ça aidera le lecteur à se rapprocher des personnages voir à s’identifier à certains et là on tape sur le ressenti des lecteurs, juste là où il faut. Un livre avec de trop nombreuses pages remplies de descriptions n’aura jamais le même succès qu’un livre avec de nombreux dialogues et quel que soit le sujet.

L’après

C’est je dirai plus familièrement l’outillage de base.

En finissant une histoire, un lecteur doit pouvoir comprendre s’il peut s’attendre à une suite de l’histoire ce qui relève du travail de l’auteur.

Il doit aussi pouvoir découvrir les autres références de l’auteur , son éditeur s’il en a un, tous les moyens doivent lui être donné pour un contact possible (email, url…..).Un numéro d’ISBN doit figurer au début ou à la fin du livre. Bref comme je disais, l’outillage de base.

Pour finir, n’oublions pas qu’un livre est fait pour voyager et s’évader de la réalité sans voir le temps passer.

Et comme disait Victor Hugo “Les mots sont les passants mystérieux de l’âme”

Blacklist ou liste noire

A force d’être confrontée quotidiennement à de nombreuses constatations d’infractions , une telle liste rendue publique devenait nécessaire.

Voyons d’abord la définition même de ce qu’est une blacklist ou liste noire.

Une blacklist est une liste sur laquelle figure des noms ou pseudos de personnes,sites/blogs/auteurs/artistes/sociétés etc…..dans des domaines appropriés avec un comportement non conforme et hostile à leur domaine respectif.

Lorsque l’on se fait blacklister, il est relativement difficile de revenir, à moins de changer entièrement son mode de fonctionnement .

Figurer sur une telle liste signifie être désigné comme indésirable, déconseillé, désagréable, à boycotter.

Pour des raisons évidentes de contre-pub, aucun lien n’est intégré.

Auteurs

Chrystal Jones

James Osmond

Laurence Labbe

Mickaël Parisi

Pascale Marie Quiviger

Thibaut Delavaud

Thomas Lambert

Infractions constatées

  • Menaces judiciaires
  • Commentaires de livres non lus et non achetés
  • Utilisation de système d’achat de commentaires et de ventes
  • Incitation au suicide
  • Échange de bons procédés
  • Trafics de commentaires
  • Agression
  • Pressions répétées
  • Tentative de corruption
  • Propos insultants
  • Usurpation d’identité
  • Détournement de publicité

A consulter régulièrement car dans le cas d’un changement radical de fonctionnement, un “déblacklistage” est toujours possible.

1974 de Arnaud Codeville

Résumé

À Sebourg, petit village du Nord de la France, c’est l’effervescence. Les pompiers mettent le feu au 16 de la rue Jean Jaurès.
La plupart des habitants se massent pour admirer le spectacle. Tous redoutent la vieille demeure et tous se réjouissent de la voir disparaitre à jamais du paysage et pour cause : elle serait hantée…
Parmi la foule de curieux, un homme assiste à l’incendie. Il est sans doute le seul à être aussi fasciné par l’agonie de la bâtisse…
Pour rien au monde, il n’aurait raté ce moment.

Mon avis

Se lancer dans le nouveau roman de Arnaud Codeville reste une chose tout à fait spéciale qui se fait de manière  différente que pour tout autre livre. De mon ressenti, j’étais véritablement impatiente et dans un sens j’appréhendais beaucoup car la réussite et la puissance de son précédent livre La Tour de Sélénite  avait eu un tel effet de plaisir sur moi que je craignais la moindre déception. Et j’ai fait une chose que je n’avais jamais fait jusqu’à présent, faire durer la lecture. C’est que le livre devait en valoir le coup.

De la même manière que La Tour de Sélénite , nous avons droit pour 1974  à une superbe couverture qui d’entrée de jeu vous en met plein la vue et fait son effet, c’est véritablement une belle réussite.

Quand à l’histoire, elle commence gentiment par une scène classique, un flic dépressif avec des ennuis personnels qui se réfugie dans l’alcool et le laisser-aller. Pas le top pour remonter la pente mais suffisant pour laisser  le temps à l’intrigue de se mettre en place et vous rendre dépendant.

En comparaison, j’avais beaucoup apprécié dans le précédent roman le côté court des chapitres pour une raison de confort de lecture. Là dans 1974 on a droit à des chapitres un peu plus longs mais on s’en rend à peine compte tant l’auteur a pris la maitrise du lecteur.

De nouveau, on retrouve le côté très soigné et appliqué d’Arnaud ce qui sera sans doute toujours son point fort et c’est tant mieux. Ce qui peut toujours surprendre pour un auteur qui n’en est qu’à son deuxième roman mais le talent ce n’est ni sur rendez-vous ni sur plan.

Une histoire diabolique qui n’en finit plus de vous effrayer, de vous oppresser tant l’évolution est angoissante et la plume de l’auteur sait diaboliquement bien entretenir ces sentiments. Nous avons droit à une multitude de rebondissements qui lorsque les choses ont tendance à se calmer niveau intensité, eh bien non ça repart de plus belle. Et cela jusqu’à la fin.

Une fois de plus, Arnaud Codeville a su développer une intensité rarement lue dans un livre, cela reste véritablement impressionnant.

Le suspense n’en parlons même pas car au vu de l’ambiance générale, personne ne ressort étanche d’un tel livre.

Vous l’aurez compris, en vous lançant à la lecture de 1974 , vous ne savez pas encore à quoi vous vous attaquez. Le danger est partout……

Non seulement une grande réussite mais surtout un très grand cru que je classe parmi mes coups de cœur

La Couleur du Testament de Cédric Charles Antoine

Résumé

La mort est parfois comme un rideau qui s’ouvre sans retenue sur l’Histoire !

Alexandre, en plein deuil de ses parents, reçoit un pli cacheté. Une étrange photo découpée dans un journal datant de 1975 accompagne une lettre anonyme qui remet en cause l’intégrité morale de son père et de sa mère, décédés.
Ce fils unique, interprète indépendant à Paris, décidera avec l’assentiment de sa femme d’enquêter sur ces mystérieux indices. Le passé obscur des défunts, ignoré par l’ensemble de la famille depuis plus de 40 ans, ressurgira aux confins de l’Europe. La vérité se dévoilera au gré de rencontres humaines stupéfiantes.
Un roman dramatique polarisé sur deux époques, deux portraits, au cœur d’un univers méconnu. Une ville empreinte aux déchirures du temps, posée sur la Baltique, sera le théâtre d’une immersion historique ponctuée d’émotions et de suspense.

Le drame n’est pas toujours celui que l’on imagine…

Mon avis

Des retrouvailles avec Cédric Charles Antoine se préparent et ne se font pas dans la précipitation. C’est ce que j’ai jugé bon de faire afin d’appréhender au mieux les découvertes qui m’attendaient et une fois de plus la surprise n’en est que meilleure.

Avec La Couleur du Testament , l’auteur a fait un travail extraordinaire en mélangeant brillamment des facteurs savamment travaillés comme des passages historiques extrêmement bien documentés. des références à la littérature Russe,ses personnages tout en profondeur entre autres.

Se replonger dans l’histoire de l’URSS à l’époque du communisme et du goulag jusqu’à nos jours n’est pas une mince affaire et pourtant cela m’a laissé l’impression d’une immersion au cœur des idéologies russes tant les précisions et détails sont nombreux et décrits avec brio et finesse.

Un livre qui vous emporte dès le départ suite au décès des parents d’Alexandre avec cette photo mystère trouvée et la curiosité qu’elle déclenche. A partir de là, le piège s’est refermé sur le lecteur et l’intrigue originale et puissante savamment orchestrée vous fera ruminer des heures durant votre lecture .  On tourne les pages les unes après les autres afin de savoir ce qui se passe et l’effet est comme une dépendance. Tout y est, un parfait dosage des émotions, drames, histoire familiale. Il peut être intéressant pour les plus jeunes de découvrir le mode de vie russe avant et maintenant.

Le regard de l’auteur sur le régime russe de l’époque est un plus sur cette sombre période historique.

Cédric Charles est véritablement impressionnant dans ce livre qui nous offre un ensemble brillant et puissant. La couverture est superbe et le titre se prête bien à l’histoire.

Je vais avoir du mal à me remettre d’une telle lecture, je risque de garder l’histoire en tête un long moment car c’est un énorme coup de cœur.

Une brillante réussite pour un livre taillé pour le haut du podium.

Bonne lecture !

Le compteur indique déjà 4 ans

Quand j’ai lancé le blog et écrit le premier message le 9 Avril 2012, je me lançais dans une aventure dont j’ignorais le devenir. Et avec le temps, Destination Passions s’est créé son petit réseau de fidèles lecteurs et de nombreux contacts.

Cela a été l’occasion de faire connaissance avec de nombreux et sympathiques blogueurs/auteurs/lecteurs/artistes.

J’ai dû faire face également à une longue et difficile période suite à de trop nombreuses sollicitations d’auteurs et d’éditeurs notamment. Mais comme on dit un mal pour un bien et cela m’a poussé à mettre les hauts-là et prendre mon indépendance. Depuis ce moment, je respire et le blog s’en ressent.

J’ai pour objectif de continuer de la même manière.

Mes petits camarades ont voulu être à mes côtés et en ce jour de sortie des bougies vous offrent quelques cadeaux d’actualité.

Christelle Morize offre gentiment à 5 d’entre vous un exemplaire numérique de son tout dernier roman Nuits Macabres qui vient de sortir. Un livre à ne pas manquer ! 4 de pris déjà

Wendall Utroi est heureux de proposer un ebook dédicacé de l’Enjeu qui remporte un joli succès actuellement à 2 d’entre vous. Déjà pris

Isabelle Rozenn-Mari a le plaisir de gâter l’un d’entre vous avec un exemplaire papier dédicacé de Souviens-toi Rose….son grand succès qui a été récompensé et devenu incontournable. Déjà pris

Jérôme Dumont vous gâte en proposant au choix un exemplaire numérique de son intégrale de Rossetti & MacLane qui est sorti tout récemment à 5 d’entre vous ou un exemplaire papier à l’un ou l’une d’entre vous. Exemplaire papier déjà pris

Alice Quinn offre au choix 1 exemplaire numérique de Palace en Enfer à 2 d’entre vous ou 1 livre de Rosie se Fait la Belle pour 2 d’entre vous ou 1 ouvrage de Le Garçon qui Rêvait de Voler en Cadillac à 2 d’entre vous, le tout par chèque cadeau sur Amazon. 1 Palace en Enfer de pris

Olivier Michael Kim est heureux de vous gâter avec son succès Le Mal de La Mer et en propose 1 exemplaire numérique à 5 d’entre vous. Un excellent livre à ne pas manquer. 1 de pris déjà

Solene Bakowski est heureuse de proposer Parfois on Tombe son dernier roman plébiscité en version papier dédicacé à l’un ou l’une d’entre vous. Déjà pris

Cédric Charles Antoine propose à l’un ou l’une d’entre vous 1 exemplaire numérique de son dernier roman La Couleur du Testament par chèque cadeau sur Amazon.

Pour bénéficier de ces sympathiques cadeaux, une seule solution s’impose à vous. postez un commentaire afin de préciser votre choix, nom d’auteur, titre, format (epub ou mobi) ou papier si celui que vous choisissez est proposé en version non numérique. Lrs échanges de coordonnées se feront tous par voix privée.

Un seul choix possible par personne.

Je vous invite également à bien vérifier les commentaires précédents afin d’être sûrs que votre choix reste disponible.

A noter :

vous avez jusqu’à mercredi soir minuit pour faire votre choix

Vous vous en doutez bien, j’aurais de nombreux remerciements à formuler.

L’ami Fred Bezies un blogueur et ancienne connaissance sur le web qui dérange parfois mais qu’on aime tel qu’il est. C’est sur ses pages que j’ai été pompé la motivation pour lancer le blog.

Merci à tous ceux qui contribuent de près ou de loin au succès de ce blog

Merci à tous les blogueurs et auteurs qui peuvent citer Destination Passions dans leurs articles ou se faire le relais d’opérations spéciales.

Merci à tous mes followers sur Twitter.

Merci pour tous vos mails d’encouragement.

Merci à tous ceux et celles offrant régulièrement des cadeaux aux lecteurs

Et bien évidemment merci à tous mes lecteurs et lectrices pour leur fidélité en participant à ce blog tout au long de l’année par leurs nombreux et réguliers commentaires.

Merci à tous pour votre confiance !

Nuits Macabres de Christelle Morize

Nuits Macabres

Résumé

Nul n’est à l’abri d’une terrible légende enfouie par nos pères.
Trois étudiants en journalisme décident de faire leur enquête-reportage sur l’un des édifices les plus anciens de Lorraine, la Cathédrale Saint-Etienne de Toul.
Les jeunes imprudents vont descendre dans une crypte secrète et franchir une limite jusqu’alors interdite. Leur curiosité va libérer un monstre immonde de sa prison.
Chaque nuit, depuis lors, un homme est retrouvé mort, à moitié dévoré. La ville de Toul vit dans une tourmente insupportable. Les habitants parlent d’ombres gigantesques qui sillonnent l’épais manteau de la nuit.
Une enquête qui s’annonce sous de mauvais auspices pour le lieutenant Benjamin Delavaut qui semble dépassé par les évènements.

Mon avis

La plume de l’auteur Christelle Morize arrive toujours à me conquérir et c’est donc avec une grande impatience que j’attendais la sortie de Nuits Macabres.

Avant tout je dois dire que la cover est très réussie et que son choix ainsi que celui du titre est astucieux. Bon départ d’entrée de jeu quand on sait à quel point l’effet que peut faire une cover.

Parler de l’histoire est une chose mais du travail de l’auteur en est une autre. Faisons les choses dans l’ordre telles que je les ais ressenties.

Une première chose m’a surprise que j’ai trouvé véritablement dominante et plutôt inhabituelle de la part de Christelle est la prise de risque de par le mélange des genres.

On a affaire à des histoires de meurtres et donc d’enquête policière mais aussi à du fantastique voir de l’historique de par la remontée des explications de l’intrigue.

Avec mes faiblesses sur certains genres de lecture, j’ai crains de déconnecter sur certains passages mais pas du tout et c’est justement dans ces moments que je me suis rendue compte de l’évaluation de la prise de risque qu’avait du faire l’auteur et c’est bien pensé car ça passe à l’as.

Dès les premières lignes je me suis laissé entrainer par le ton de Christelle et une fois de plus cette dernière m’engloutissait et j’enfilais les pages. La preuve, ouvrage lu en trois jours.

On peut dire que le livre commence fort avec l’expédition des étudiants aux conséquences gravissimes et dont ils ne sont pas conscients. Ce qui permet donc de laisser le temps à l’intrigue de s’installer, un petit passage que les plus impatients pourraient trouver un peu long.

On découvre de nombreux personnages dont certains sympathiques tels que le grand-père Antoine et Léa. J’ai adoré me retrouver au côté d’Antoine pour ses explications et l’aide qu’il apportera dans la suite de l’histoire. La jeune Léa restant toujours soucieuse de ses amis et de papy Antoine est très délicate malgré un brin de caractère.

J’ai senti également que Christelle avait dû avoir comme maitre mot lors de l’écriture de son ouvrage le terme dosage car tout y est parfaitement dosé, équilibré et cela apporte une facilité déconcertante pour la découverte de l’histoire.

Et pour ne pas vous le cacher et histoire de vous faire rire, je suis retournée à l’école car j’y ai appris quelque chose, le pluriel de scénario est…………..scénarii.

Bref, je ressors totalement conquise de cette lecture et le plus dur va être maintenant d’attendre la suite.

Alors si vous aimez les genres policier fantastique historique, qu’attendez-vous pour vous laisser tenter par Nuits Macabres qui est une véritable réussite.

Bonne lecture !

Dazie Mae : Froth On a Daydream

Froth

Cela fait un petit moment qu’il n’avait pas été question de musique sur le blog et il n’est jamais trop tard pour rattraper le retard.

Froth On a Daydream, le dernier album des Dazie Mae est sorti fin 2015 et je me devais de vous en parler car je reste totalement fan de ce sympathique groupe dont je vous avais déjà parlé.

Ce dernier opus était très attendu car depuis Songs Matured in Oak paru en 2012, du frais et de la nouveauté ne pouvait qu’apporter du bon.Et cela ne pourra que faire plaisir aux nombreux auteurs et lecteurs car librement inspiré du roman culte de Boris Vian “l’Ecume des Jours”.

Une galette qui a de quoi surprendre car comprenant pas moins de vingt morceaux mais dont certains d’une durée assez courte. On retrouve la dominance jazz blues de la petite bande.

Comme toujours, la voix de Jeanne apporte tout son charme à l’album et le collectif du groupe laisse parler leur expérience des années passées.

L’Avant-Propos en Fa Majeur qui ouvre le bal vous met tout de suite dans le bain avec l’ambiance piano bar et la partie purement instrumentale.

Dans le deuxième morceau qui porte le titre de l’album, on découvre un véritable travail des solos instrumentaux et c’est agréable à souhait.

Je ne vais pas vous citer tous les morceaux en revue mais ils sont bluffants de subtilité et de raffinement. Le groupe a joué sur la patience de ses fans mais tenaient à faire encore mieux cette fois-ci et c’est réussi. Moi qui ai été musicienne, les harmonies  des garçons me laissent baba. C’est du grand art !

Moi qui ne suis pas fan du tout de voix féminines, cela a été un coup de cœur pour celle de Jeanne lorsque j’ai découvert la musique du groupe par hasard sur Jamendo en 2011. Depuis ce temps, je garde un œil sur eux et me régale à chaque fois que je lance un de leurs albums.

Leur site officiel

Leur page Twitter

Leur page Bandcamp

Leur page YouTube

Leur page Facebook.

Leur page Amazon

Je remercie Matthias et le reste de la petite bande de m’avoir envoyé le CD physique de ce dernier opus et d’avoir participé à la dernière opération de Noël sur le blog.

Un ensemble de qualité extrêmement remarquable. J’avoue avoir été totalement conquise et je vous souhaite de l’apprécier avec le même plaisir que moi.

Bonne écoute !